Site icon David SCHMIDT

Christine Lee Silawan, retrouvée morte avec la peau arrachée jusqu’à l’os

Je ne peux pas cesser de penser à comme certaines personnes peuvent faire preuve d’acte de cruauté. Cette histoire qui date de 2019 est particulièrement atroce.

Le 11 Mars 2019, une fille de 16 ans, élève de troisième et perceptrice de l’Église catholique a disparu.

Son cadavre a été trouvé le matin suivant dans un terrain vide de Barangay Bangkal, Lapu-Lapu City. Elle était morte, sans sous-vêtements, le visage entier avec la peau arrachée jusqu’à l’os; la langue, la trachée et l’œsophage manquantes.

Selon les sources, elle avait demandé à sa mère la permission d’aller à l’église, mais elle n’est jamais revenue chez soi. Elle a été vue sortir de l’église avec son ami enfant de chœur, mais selon lui elle lui avait demandé de l’attendre un moment parce-qu’elle nécessitait d’aller à la toilette, mais il a dit qu’après quelque temps elle n’était jamais revenue et qu’il pensait qu’elle fût rentrée chez soi.

L’Enquête minutieuse à été rendues publiques.

Cet assassinat brutal peut-être la pire que je connais jusqu’ici.
Comment un autre humain peut-il faire une telle chose à un autre humain?

La mère de Christine a dit qu’elle était une fille calme et obéissante. Elle ne se plaignait jamais lorsqu’on lui demandait de faire des corvées. Je ne peux m’empêcher de ressentir la douleur de sa famille, en particulier de sa mère…

 Les meurtriers arrêtés

Lara a déclaré que Silawan a subi un total de 20 coups de couteau, et neuf autres qui seraient des blessures de défense, ce qui indique que Silawan a tenté de se défendre.

“Le résultat de l’autopsie montre que la victime est décédée des suites de multiples coups de couteau au cou et au corps… Il y avait au total 20 coups de couteau et neuf autres blessures de défense”, a-t-il ajouté.

Des internautes veulent la peine de mort pour les “monstres” qui ont tué Christine Lee Silawan.

“Le laboratoire de la PNP est en train d’examiner les échantillons prélevés sur le cadavre de la victime afin de déterminer s’il y a présence de fluide corporel provenant d’un homme”, a déclaré M. Lara.

Le laboratoire criminel de la PNP est toujours en train de déterminer comment le visage de Silawan a été dépecé, car certaines de leurs premières constatations étaient incohérentes.

Lara a déclaré qu’ils n’ont pas encore exclu la possibilité qu’une substance corrosive ait été utilisée pour écorcher la moitié du visage de Silawan, même s’ils n’ont pas trouvé de traces de brûlure ou d’indication de l’utilisation d’un produit chimique.

“Nous étudions toutes les possibilités. Il est possible que l’objet corrosif (ou l’acide) ait été utilisé. Pour l’instant, tout reste une possibilité. Les bords de la peau sont très abîmés et les deux globes oculaires sont intacts. C’est difficile à déterminer à ce stade”, a-t-il ajouté

Jonas Martel Bueno, qui a été arrêté pour le meurtre d’un agriculteur de 62 ans à Danao City, Cebu, a nié toute implication dans le meurtre de Silawan[9] La police a déclaré que le style des meurtres à Danao City était ” étonnamment similaire ” à celui de Silawan[9].

Le suspect du meurtre, identifié comme ” John “, a été arrêté à son domicile de Barangay Maribago, Lapu-Lapu City, le 16 mars 2019, sur la base d’une conversation échangée sur Facebook Messenger. Selon le Département de la protection sociale et du développement (DSWD), si l’ex-petit ami de Silawan connu uniquement sous le nom de John l’a tuée, il pourrait être inculpé au tribunal. John a réussi la procédure de discernement menée sur lui.

L’enquête médico-légale a révélé que Silawan a été assassinée entre 18h00 et 19h00 le 10 mars 2019. Les images de vidéosurveillance du 10 mars montrent Silawan marchant avec un homme en début de soirée ; c’est la dernière image connue d’elle. Les autorités ont déclaré que Silawan avait rompu avec John quelques jours avant son meurtre, ajoutant qu’elles envisageaient la jalousie comme motif possible. La Police nationale philippine (PNP) avait précédemment déclaré qu’au moins trois personnes pouvaient avoir commis le meurtre. Cependant, les allégations contre le suspect étaient sans fondement selon le parent du suspect, qui a affirmé qu’il jouait au basket avec ses amis et faisait des tâches ménagères le jour du meurtre. La mère du suspect croyait que son fils était innocent et a plutôt appelé à trouver le véritable auteur du crime. [La mère du suspect a ajouté que son fils aurait été en fuite s’il avait commis le meurtre. Le suspect lui-même a ouvert la porte au NBI, qui a déposé un mandat de perquisition à son encontre. Selon le NBI, il a fondé ses soupçons sur les témoignages de témoins oculaires. Des images de vidéosurveillance ont montré que la victime s’éloignait de l’église en marchant précipitamment et en étant suivie par l’homme à 18 h 12 – contrairement à l’affirmation de la mère selon laquelle il jouait au basket. Selon l’ami de l’adolescent, qui vendait de la nourriture près du terrain de basket, il a acheté un balut vers 19 h ou 20 h, puis est rentré chez lui.

Le NBI a examiné les échanges sur Facebook Messenger entre le suspect et Silawan où ils ont trouvé quelques messages supprimés. Ils cherchaient également des preuves de l’utilisation par le suspect d’un faux compte pour inciter la victime à la rencontrer le 10 mars. Le suspect a subi un test de dépistage de drogues, qui s’est avéré négatif.

Selon le NBI, le suspect est un ancien amant de Silawan et il a été accusé de meurtre ; cependant, le suspect n’a pas reconnu le crime. La mère de Silawan, Lourdes Silawan, est convaincue que le suspect et d’autres cohortes ont commis le crime. La PNP a déclaré l’affaire “close” le 19 mars, mais la police continue à rechercher deux autres suspects.

Le suspect est maintenant sous la garde du DSWD.

Le meurtre a suscité une controverse et un débat politique sur la proposition de rétablissement de la peine de mort pour punir les crimes odieux.

L’équipe médico-légale du bureau du procureur général a confirmé le 2 avril 2019 que Silawan avait été violée. L’équipe a trouvé des saignements dans ses organes génitaux ; elle a également découvert que de l’acide avait peut-être été versé sur le visage de Silawan avant d’être épluché. Il a été découvert que Silawan a été étranglée à mort à l’aide d’une corde, et l’équipe médico-légale soupçonne qu’au moins trois personnes ont pu être impliquées.

Le 9 avril, le suspect présumé du meurtre, Renato Llenes, a été arrêté par la police où il a fait une “confession extrajudiciaire” pour l’avoir tuée, mais il a plaidé “non coupable” pour les accusations de meurtre. Llenes a affirmé que son crime a été inspiré par le Momo Challenge, qui était répandu à l’époque.
Le 24 mai 2020, il a été signalé que Llenes se serait suicidé par pendaison.

David SCHMIDT

Quitter la version mobile