Site icon David SCHMIDT

Dahbia B : C’est un fantôme qui a tué Lola

Dahbia B. nie toujours avoir tué Lola.

Les expertises estiment que la meurtrière présumée est une jeune femme hautement dangereuse, qu’elle ne souffre d’aucun trouble psychique, la voie à un procès est donc ouverte !

Le rapport des expertises met toutefois en lumière des propos troublants tenus par l’accusée :

“Je ne sais pas s’ils m’ont endormie mais ce que j’ai raconté, c’est n’importe quoi. Cet enquêteur, c’est Sheitan [le diable]. Dieu voit tout, c’est un fantôme qui a tué cette petite sans que je le sache”, aurait déclaré l’Algérienne face au psychiatre, lors de leurs rencontres à la maison d’arrêt de Fresnes.

Durant son évaluation, la jeune femme répète par la suite qu’elle voit régulièrement des fantômes et réfute avoir vu Lola ou sa mère avant les faits. En plus des fait reprochés, Dahbia Benkired est une manipulatrice qui joue entre aveux et rétraction.

D.S. : Là où ces déclarations deviennent de plus en plus tordues, c’est qu’elle raconte aussi avoir été droguée, séquestrée et violée par un homme qui l’aurait forcé à transporter le corps de la collégienne dans la caisse … Oui, vous avez bien compris, elle essaie de faire croire aux enquêteurs que maintenant c’est quelqu’un qui lui a dit de faire cela ! Lisez bien ce qui suit …

Elle accuse Rachid, l’homme l’ayant conduite chez lui avec le corps, d’avoir tout organisé.
Dahbia Benkired avait pourtant partagé des détails sordides du meurtre de Lola avec les enquêteurs.
“Tout ce qui s’est passé, ça s’est produit dans l’appartement. Je l’ai un peu tapée, je n’étais pas bien en fait, j’ai fait ce que j’avais à faire”, avait ainsi lâché Dahbia B.
“J’ai abusé un peu, histoire d’avoir mon plaisir et point barre”, a-t-elle ajouté, sans l’ombre d’un remord, évoquant une vengeance visant la mère de Lola, qui lui avait refusé un badge d’accès à l’immeuble quelques heures avant le drame.

La soeur de Dahbia : “C’est une voleuse et une menteuse”

Friha (la grande sœur de Dahbia) a dévoilé quelques détails sur la personnalité trouble de la principale suspecte. “Elle fait tout dans son intérêt. C’est une voleuse et une menteuse. Je ne lui fais pas confiance, a raconté Friha. Quand elle n’allait pas bien, elle venait chez moi et repartait en volant mes affaires.” Cependant, ce n’est pas tout. Bien avant la mort de Lola, Dahbia lui aurait également fait d’étranges confidences… “Dina [surnom de Dahbia, ndlr] me disait des choses bizarres comme : ‘J’ai vendu mon âme’. Et qu’elle avait été envoûtée, a-t-elle ajouté. Une nuit, elle m’a réveillé en disant : ‘J’ai reçu un message, ils vont me tuer le 16…‘ J’ai pensé que c’était à cause [de la drogue].”

Friha revient sur le soir du meurtre

La grande sœur de Dahbia B (disculpée de tout soupçon dans cette affaire judiciaire) a ensuite partagé quelques confidences sur le soir du meurtre.

“Quand je suis descendue, je lui ai dit : ‘C’est quoi ce bordel’. Il y avait deux valises roses et noires et elle m’a dit de l’aider à descendre une caisse”, a-t-elle d’abord rappelé.

Pensant que les valises contenaient de la drogue ou des armes, elle n’a donc pas voulu aider sa sœur à les transporter et souhaitait alors appeler les autorités. Apeurée, Dahbia B a alors pris la fuite, laissant les deux valises dans une poubelle…

Certaines informations sur l’incarcération de Dahbia faites à des enquêteurs nous font éprouver un sentiment de colère et de laxisme. Au sein de la prison de Fresnes (dans le Val-de-Marne), la jeune femme est actuellement placée en isolement. “Dahbia B. bénéficie d’une heure de promenade quotidienne”,
“Le reste du temps, elle regarde la télévision dans sa cellule…”

La principale suspecte dans la mort de Lola n’est pas du genre à se laisser faire.
Certaines gardiennes de prison ont du mal à gérer son caractère.

Une gardienne vivant dans un quartier non loin de la prison témoigne à visage couvert, soutenue par l’une de ses collègues pour un média indépendant, donnant des faits glaçant sur l’ambiance dans la prison.

Une gardienne témoigne :
“Côtoyer la meurtrière de Lola au quotidien est assez difficile à vivre … j’ai vraiment beaucoup de mal à la regarder sans avoir cette boule de colère dans le ventre”,
Pourquoi ?
“Parce qu’on est rongé par le fait de devoir faire son travail et l’envie de venger LOLA”

Une autre petite confidence :
Dahbia aurait un caractère de diva. Sans musique avec la télé éteinte, on la retrouve entrain de danser dans la cellule en sifflotant des airs, c’est juste à ces instants-là, que l’on a envie de faire justice nous-mêmes, de la prendre et la jeter dans la cour avec les autres détenus qui aimeraient tant lui faire la peau !”
L’autre gardienne rétorque :
“Je ne suis plus habilité à rentrer dans le quartier où elle est incarcérée ! je n’ai pas caché que Lola me fait trop penser à ma fille du même âge et j’ai vraiment envie de la défoncer au point qu’elle [Dahbia] ne se relèvera plus jamais !”

La suspecte avait été confrontée face à plusieurs clichés du corps de Lola.
Face à ces fameuses photographies, Dahbia n’aurait “montré aucune empathie à l’égard de la victime”.
“Ça ne me fait ni chaud, ni froid”, avait-elle rapidement lâché.
Ajoutant, ensuite, presque tentant de se justifier :
“Moi aussi, je me suis fait violer et j’ai vu mes parents mourir devant moi”.

La dernière rencontre de Dahbia B.

Hakim*, un autre proche de Dahbia B., a également témoigné pour raconter, quant à lui, sa dernière rencontre avec elle. L’homme, qui assure être comme son “tonton”, tient un café hôtel que fréquentait régulièrement la jeune femme. Selon lui, la suspecte lui a rendu visite quelques jours avant la mort de Lola. Elle s’est alors révélée, s’est-il souvenu, plutôt mal en point. “Dahbia avait le visage creusé”, a raconté Hakim à nos confrères. “Elle était comme perdue. Elle n’était pas en forme, ça se sentait. Elle parlait de sa maman, de la difficulté de vivre sans elle. Je voyais bien qu’elle n’était pas bien”, a-t-il ajouté.
*Le prénom a été modifié

Mardi 18 octobre, un ancien compagnon de Dahbia B a partagé quelques confidences à BFMTV sur son ex. D’après ses dires, la principale suspecte dans la morte de Lola avait, avant le meurtre, un comportement inquiétant.

D’après les dires de l’ancien compagnon de la principale suspecte, cette dernière aurait un profil psychologique inquiétant. “La dernière fois que je l’ai vue, c’était il y a 10 jours, a fait savoir l’ami de Dahbia B, à son sujet, auprès de BFMTV mardi 18 octobre. Elle avait un peu perdu la boule, dans le sens où elle parlait toute seule”. À cela, toujours d’après les confidences de cet homme, la présumée coupable de la mort de Lola “parlait entre ses lèvres…” “Je lui disais : ‘qu’est ce que tu dis?’. Elle répondait : ‘rien, rien, c’est entre moi et moi'”, a-t-il ensuite indiqué.

D.S. : Ma conclusion
On espère tous que la justice va faire son travail et prononcer une peine exemplaire !
Mais entre nous, j’espère qu’après son procès, quelqu’un lui fera vraiment payer !

David SCHMIDT

Quitter la version mobile