Site icon David SCHMIDT

Emmanuel Macron, son programme présidentielle

Le président-candidat a égrené une trentaine de propositions de son programme lors d’une conférence de presse de plus d’une heure à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), jeudi 17 mars 2022. Trois axes ont nourri son exposé : l’indépendance de la France, une société unie et un pacte républicain. Voici les mesures essentielles présentées par Emmanuel Macron pour l’élection présidentielle.

Emmanuel Macron a fait le choix d’une conférence de presse pour présenter son projet, à trois semaines du premier tour de la présidentielle. Pendant plus d’une heure, le président-candidat a égrené une trentaine de propositions de son programme aux Docks d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Sa présentation s’est articulée autour de trois axes : « l’indépendance de la France », “mieux vivre dans une société unie” ​et “un pacte républicain”​.

Un fascicule de 24 pages va être envoyé à 6 millions de foyers en fin de semaine avec l’intégralité de ses propositions. Si certaines mesures étaient déjà connues, d’autres étaient moins attendues. RSA, retraite, droits de succession…

Voici ce qu’il faut retenir de cette conférence de presse d’Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron a ouvert ses annonces en évoquant la situation des armées françaises. Il a confirmé que la France allait poursuivre l’augmentation de son budget pour les armées. L’objectif de 50 milliards en 2025 sera atteint. « Nous devons continuer à gagner en efficacité et en adaptabilité pour nos armées. Nous devons réinvestir dans l’industrie de pointe », a indiqué le chef de l’État.

Emmanuel Macron a annoncé par ailleurs la généralisation du service national universel. Le nombre de réservistes sera doublé. Le candidat à l’élection présidentielle dit vouloir aussi « mettre en place un plan de mobilisation civile pour renforcer notre résilience qui passera par un renforcement des stocks stratégiques de la nation, par un recensement des compétences des Français volontaires pour être mobilisés en cas de crise grave ».

Des propositions pour le climat

Emmanuel Macron a détaillé de nombreuses mesures concernant la transition énergétique. Pour lui, la France peut être « la première grande nation à sortir de la dépendance au gaz, au pétrole et au charbon ». Pour cela, il estime que « la stratégie doit passer par plusieurs leviers ». Il a confirmé que la taxe carbone européenne « est un élément déterminant que nous porterons ».

Emmanuel Macron a rappelé son programme nucléaire, notamment la création de six réacteurs et huit autres qui seront à l’étude. Il a également confirmé vouloir augmenter « la puissance solaire » ainsi que le déploiement de 50 parcs éoliens en mer seront déployés d’ici 2050.

Sur le climat toujours, le président sortant fixe l’objectif de rénover « au moins 700 000 logements par an » pour réduire la consommation d’énergie. Il veut aussi développer des « filières 100 % françaises » en matière d’éolien, de solaire et de voiture électrique.

Favoriser la reprise des exploitations agricoles

Pour Emmanuel Macron, l’indépendance du pays passe par une indépendance agricole. Pour renforcer le secteur, il souhaite « une loi d’orientation et d’avenir agricole sur cinq à dix ans. Il faut que nous puissions renforcer le renouvellement des générations, la formation, l’installation » des agriculteurs.

Du côté de l’industrie, Emmanuel Macron a annoncé un investissement de « 30 milliards d’euros dans les secteurs d’avenir ».

Pôle Emploi deviendrait France Travail

Autre axe du programme d’Emmanuel Macron : le “« plein-emploi » d’ici à cinq ans “​. Pour cela, le président sortant veut réformer l’assurance-chômage mais aussi Pôle Emploi. En dehors du fait de renommer l’institution “France Travail”​, le candidat veut qu’il n’y ait plus “qu’un guichet unique. Il faudra réussir à l’échelle d’un territoire, de mettre en commun tous les savoir-faire et les compétences, celle de Pôle emploi, celle de nos régions, de nos départements, des communes, des missions locales. Il y a une trop grande segmentation de celles et ceux qui accompagnent le retour à l’emploi »,” ​estime-t-il.

« Cette réforme de France Travail est un élément clé pour gagner en efficacité et permettre le plein-emploi », a-t-il assuré.

Le RSA conditionné à des heures d’activité

Cette proposition avait déjà trouvé de l’écho dans la presse ces derniers jours. Emmanuel Macron a confirmé que le Revenu de solidarité active (RSA) allait être conditionné à des heures d’activité. « Il faut un revenu de subsistance pour toute personne mais lui demander une part de devoir », explique-t-il. Le candidat évoque l’obligation de travailler 15 à 20 h par semaine pour une activité de retour à l’emploi.

Vers un départ à la retraite à 65 ans « progressif »

Cette proposition n’est pas une surprise. Elle avait fuité dans la presse il y a quelques jours avant d’être confirmée par le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, le 10 mars. Emmanuel Macron veut repousser l’âge de départ légal à la retraite à 65 ans, contre 62 ans actuellement.

Lors de sa conférence de presse, le président-candidat a indiqué que “cette réforme n’était pas la même que celle de 2017″​. Il a rappelé que les carrières longues seront prises en compte. Il a par ailleurs précisé que “la réforme que je souhaite mener, c’est d’augmenter l’âge légal progressivement avec un système de trimestres progressif, mais donc de mener cet âge légal jusqu’à 65 ans”​. Le candidat ne ferme bien entendu pas la négociation sur ce sujet.

En dehors de l’âge, Emmanuel Macron a annoncé que la pension minimale pour une carrière complète atteindra 1 100 €.

Lutter contre les déserts médicaux

C’est l’une des préoccupations majeures des Français et des Françaises : les déserts médicaux. Sur ce point, le président Macron, s’il est réélu, veut aider les médecins de ville, comme les dentistes pour qu’ils prennent davantage de patients. Comment ? En mettant en place un système de “référent” ​pour les “actes simples”​. Il veut aussi développer les téléconsultations, mais aussi accompagner les jeunes praticiens issus des territoires concernés par la difficulté à recruter des médecins à s’installer, notamment sur le volet administratif.

Pour ce qui est de la situation des hôpitaux, il veut poursuivre les réformes entamées, mais n’a pas donné plus de détails concrets sur ce point.

Concernant les Ehpad, Emmanuel Macron a annoncé le recrutement de 50 000 infirmiers et aides-soignants supplémentaires ainsi qu’un renforcement des contrôles dans les établissements, en écho à l’affaire Orpéa.

Une « grande concertation » sur l’école, une réforme du lycée professionnel

“Comment réformer l’école ? « Le premier levier ce sera un pacte nouveau avec les enseignants », avancé Emmanuel Macron”​. Pour cela, Emmanuel Macron propose une augmentation des rémunérations, à condition qu’ils acceptent de réaliser de nouvelles missions.

Le deuxième levier mis en avant par le candidat LREM est d’accorder “plus de liberté pour les établissements en valorisant les initiatives de terrain, permettre aux équipes pédagogiques de porter un projet”​, en citant ce qu’il a pu “lancer à Marseille”​.

Parmi les mesures plus concrètes listées par le président, on retrouve le renforcement de l’enseignement des mathématiques, du français, ainsi qu’intégrer les 30 minutes de sport quotidien au primaire et renforcer la pratique du sport au collège.

En ce qui concerne l’enseignement supérieur, Emmanuel Macron a indiqué vouloir accélérer la recherche. D’une part, il veut renforcer l’autonomie des universités. D’autre part, rendre les organismes de recherches plus attractifs.

Autre annonce, qui concerne cette fois le lycée professionnel : « Nous mènerons une réforme pour en faire une voie d’excellence », a indiqué Emmanuel Macron, en mettant en avant l’apprentissage. Et ce pour répondre aux besoins de main-d’œuvre dans « les secteurs d’avenir d’ici la fin de la décennie ».
Plus de liberté pour utiliser son compte épargne temps

Autre réforme annoncée par Emmanuel Macron lors de cette conférence de presse, celle du compte épargne temps (CET). Le CET permet d’engranger des jours de congé qui n’ont pas été utilisés durant leur carrière.

Le candidat à la présidentielle veut que le CET devienne “portable”​. “Beaucoup de gens aujourd’hui, quand ils changent d’entreprise, quand ils font carrière, sont obligés d’abandonner leur compte épargne temps qu’ils avaient accumulés”​, a rappelé le président. Jugeant cela injuste, il veut donc le rendre “portable”​, mais qu’il soit aussi possible de “le monétiser” ​lorsque le travailleur en a besoin.

Protéger davantage les enfants sur l’usage des écrans

L’une des mesures voulues par Emmanuel Macron est de renforcer la protection des enfants, notamment dans leur usage des écrans. Il souhaite accroître le contrôle parental sur ces supports. « Protéger nos enfants, c’est les protéger contre les nouveaux usages », justifie-t-il.

Il insiste également sur la lutte contre le harcèlement « à l’école et dans le cyber. La souffrance de nos enfants et de nos adolescents face au harcèlement qu’ils subissent est de plus en plus importante à l’école, sur les réseaux sociaux, les boucles de messageries ou autres. » Emmanuel Macron appelle à se mobiliser sur ces questions et davantage réguler les plateformes.

Baisse des droits de successions

L’information avait été révélée dans Le Figaro mercredi soir. Emmanuel Macron souhaite augmenter l’abattement sur les successions en ligne directe à 150 000 € contre 100 000 € actuellement, tout en élargissant le régime des héritiers en ligne directe aux enfants des conjoints. Et pour les successions en lignes indirectes, il suggère de porter l’abattement à 100 000 € sur les petites et moyennes successions.

Vers une suppression de la redevance audiovisuelle

C’est l’une des mesures fortes du programme d’Emmanuel Macron : la suppression de la redevance télé, qu’il avait déjà annoncée lors d’un déplacement dans les Yvelines le 7 mars. Le président a redit les raisons de cette proposition lors de sa conférence de presse. Une mesure que le candidat estime « cohérente avec la suppression de la taxe d’habitation », proposition phare de son programme de 2017.

Quitter la version mobile