Site icon David SCHMIDT

La dépression pourrait essayer de nous dire quelque chose

Sad girl complaining and crying at home

La dépression pourrait essayer de nous dire quelque chose

Les percées médicales ne résultent pas toujours de la découverte de nouveaux faits, mais aussi d’une nouvelle façon de voir les anciens faits.

Un paradigme évolutionniste émergent considère la dépression comme une réponse conçue à un problème de vie, plutôt que comme un trouble.

Le fait de considérer la dépression comme une réponse conçue a des répercussions sur le traitement ou un état psychologique et constitue un allié utile dans la lutte contre la stigmatisation. Jusqu’à récemment, l’un des principes fondamentaux de la psychiatrie biomédicale était que la dépression était due à un faible taux de sérotonine. Une étude récente a démenti cette affirmation, à grand renfort de publicité. En réaction, certains chercheurs ont appelé à “redoubler d’efforts” dans la recherche des causes biologiques de la dépression.

Je veux présenter quelque chose de radicalement différent.
Et si la dépression était intentionnelle plutôt que pathologique ?
Et s’il s’agissait d’une réponse conçue à un problème de la vie, et non d’une maladie ?

La psychiatrie évolutionniste

Au cours des 30 dernières années, certains chercheurs ont affirmé que la dépression n’était pas une maladie mais une adaptation évoluée. Bien qu’il existe un certain nombre d’hypothèses spécifiques, elles partagent toutes l’idée que la dépression est une façon pour la nature de nous dire que quelque chose ne va pas dans notre vie, en particulier dans nos interactions sociales.

L’une des premières de ces hypothèses est celle de la compétition sociale. Selon cette hypothèse, la dépression trouve son origine dans les compétitions préhistoriques pour les ressources. Lorsque je me trouve en concurrence avec une autre personne pour une ressource précieuse, la dépression m’enlève toute motivation à me battre.

Un deuxième point de vue, plus général, est que la dépression est un moyen naturel de nous aider à nous détacher d’objectifs de vie irréalistes. La déprime m’enlève la motivation de viser des objectifs irréalistes et me permet de me concentrer sur des objectifs réalistes.

Une troisième hypothèse est appelée la théorie du risque social. Selon ce point de vue, la dépression est une réponse à la menace d’exclusion. Par la dépression, je communique que je suis un “faible risque social” pour les autres, et je transmets le besoin d’un soutien supplémentaire de la part des amis proches et des parents.

Une quatrième hypothèse est celle de la rumination analytique. Elle découle de l’observation selon laquelle les personnes déprimées ruminent souvent leurs échecs perçus. Cela suggère que le but de la dépression est de nous aider à concentrer notre attention sur des problèmes sociaux complexes.

Preuves de l’hypothèse de conception

Malheureusement, les hypothèses évolutionnistes ne peuvent pas être testées directement. Elles nécessitent de puiser des preuves dans un grand nombre de domaines différents. Et le fait est qu’il n’y a pas beaucoup de fonds disponibles pour les tester.

Pourtant, certaines données intrigantes suggèrent que la dépression est une adaptation, et non une maladie.

La dépression est présente dans le monde entier, avec une incidence élevée et un fort risque génétique. C’est souvent le signe qu’elle joue un rôle important dans nos vies. S’il s’agissait d’une maladie, nous ne nous attendrions pas à ce qu’elle soit si fréquente, en particulier chez les personnes en âge de procréer.

Il est reconnu depuis longtemps que la dépression est plus susceptible d’être déclenchée par des pertes sociales perçues, plutôt que par des pertes non sociales. Elle est plus susceptible d’être déclenchée par des facteurs tels que le divorce ou l’humiliation, plutôt que par la perte d’une maison ou d’une voiture.

La dépression présente une comorbidité élevée avec d’autres troubles à forte composante sociale, comme le trouble d’anxiété sociale. En outre, les personnes déprimées ont tendance à être très vigilantes face à la menace de rejet social.

Même si la dépression est une adaptation, cela ne signifie pas qu’elle a toujours une issue positive. Dans certains cas, la dépression peut devenir incontrôlée et se transformer en une spirale destructrice.

Par exemple, la dépression peut avoir un caractère “auto-renforçant”. La dépression peut conduire à l’isolement social, qui peut renforcer la dépression. Le fait de ruminer sur ses échecs perçus peut renforcer les schémas de pensée négative.

En outre, même si la dépression a aidé nos ancêtres préhistoriques, cela ne signifie pas qu’elle soit toujours utile aujourd’hui. Par exemple, si la dépression est causée par des objectifs de vie irréalistes, le fait que nous soyons entourés de médias nous disant que notre valeur en tant qu’êtres humains est liée à nos réalisations n’aide en rien.

Changer de perspective, changer de traitement

Si la dépression fait partie de la conception de la nature, qu’est-ce que cela signifie pour la recherche ?
Qu’est-ce que cela signifie pour les traitements ?

Tout d’abord, cela ne signifie pas toujours que les gens doivent arrêter de prendre des médicaments. Le fait que quelque chose soit une réponse conçue par la nature est compatible avec la prise de pilules pour soulager l’inconfort qu’elle crée – tout comme nous prenons de l’aspirine pour la fièvre ou une injection péridurale pour l’accouchement.

Ce que cela signifie, c’est qu’au cours du traitement, nous devrions nous demander : à quoi ma dépression est-elle une réponse ?

Qu’est-ce qui, dans ma vie, ne se passe pas comme il le faudrait ?

Plus précisément, nous devrions examiner attentivement les causes sociales. Nous pouvons examiner le contenu de la rumination dépressive pour voir s’il contient des indices sur le domaine de la vie auquel la dépression répond. Ce n’est pas parce que la dépression est une réponse à un problème que sa source est évidente pour les personnes qui ne bénéficient pas de l’aide d’un thérapeute.

L’idée que la dépression est une adaptation doit être considérée comme un outil permettant de compléter les traitements existants plutôt que de les rejeter entièrement.

De récentes données intrigantes suggèrent que le fait de considérer la dépression comme une réponse conçue à un problème de vie, plutôt que comme une maladie, peut en fait conduire à de meilleurs résultats thérapeutiques.

Cela peut amener les personnes déprimées à avoir plus d’espoir quant à la possibilité de guérir et à moins stigmatiser leur dépression.

David SCHMIDT

Quitter la version mobile