Site icon David SCHMIDT

La violence politique à l’égard des femmes au niveau le plus élevé depuis 2018

La menace de violence politique envers les femmes a augmenté au cours des 19 derniers mois et est actuellement à son plus haut niveau enregistré depuis 2018, selon un nouveau rapport de l’ONG Armed Conflict Location & Event Data Project (ACLED).

ACLED a analysé plus de 4 000 événements impliquant des violences visant les femmes et plus de 3 600 manifestations mettant en scène des femmes entre janvier 2018 et juin 2019. Près de la moitié des événements étaient des attaques armées et un tiers d’entre eux étaient des préjudices de nature sexuelle.

Les femmes sont de plus en plus souvent la cible de diverses formes de violence telles que des attaques physiques, des enlèvements ou sont attaquées par des foules, indique le rapport.

En outre, de nouvelles tendances sont apparues, comme l’intervention et l’usage excessif de la force lors de manifestations mettant en scène des femmes.

“Il y a deux fois plus d’événements de violence politique ciblant les femmes signalés au cours du premier trimestre de 2019 qu’au cours du premier trimestre de 2018”, indique le rapport.

Le fait que la violence sexuelle ne représente qu’un tiers de tous les événements confirme que la violence politique ciblant les femmes va au-delà de l’élément sexuel. Cependant, la forme de violence varie selon la région et le contexte, écrivent les chercheurs.

Les attaques non sexuelles sont dominantes au Moyen-Orient, tandis que la violence sexuelle est prédominante en Afrique et en Asie du Sud-Est.

“Les motifs de ce type de violence sont de créer un espace politique à haut risque ; d’humilier et d’opprimer les femmes ; d’empêcher la participation politique effective des femmes ; et de perpétuer de manière générale un environnement de grande instabilité aux conséquences violentes”, explique le rapport.

La violence peut prendre diverses formes, notamment la violence sexuelle en temps de guerre, les attaques contre les femmes politiques ou la répression des femmes engagées en politique.

La violence sexuelle en tant qu’arme de guerre représente une majorité dans les événements de violence sexuelle. Le cas le plus mémorable est l’histoire de Nadia Murad, lauréate du prix Nobel de la paix 2018.

Elle appartient à l’ethnie Yazidi en Irak et après l’attaque de l’État islamique (EI) sur son village, Murad et d’autres femmes ont été battues et violées. Pendant sa captivité par les terroristes de l’État islamique, elle a été maltraitée à plusieurs reprises, mais a réussi à s’échapper. Aujourd’hui, elle s’efforce d’aider les femmes victimes d’abus et de trafic d’êtres humains.

Il est très probable que les femmes deviennent une cible dans les endroits où la violence organisée est déjà élevée, comme en Somalie ou en Syrie. Néanmoins, les femmes peuvent être en danger dans des endroits qui ne sont pas considérés comme étant en situation de crise, comme le Burundi ou le Pakistan.

Parmi les pays qui comptent le plus grand nombre d’événements de violence politique ciblant les femmes figurent l’Inde, la République démocratique du Congo et le Burundi.

Toutefois, si l’on compare les trois pays où les autres types de violence organisée sont les plus fréquents, le tableau change et la Syrie, l’Ukraine et le Yémen arrivent en tête.

Les manifestations où la majorité est représentée par des femmes sont en augmentation et au premier trimestre 2019, ACLED a enregistré l’un des nombres les plus élevés d’événements de ce type. Il existe des groupes de femmes qui prennent une part active à ces manifestations – comme Women of Zimbabwe Arise (WOZA) ou le Mouvement des femmes libres (TJA) en Turquie.

Dans 84% des cas, les manifestations ont eu un caractère pacifique, sans que les manifestants ne se livrent à des actes de vandalisme ou de violence. Cependant, les femmes sont confrontées à des interventions et à une force excessive lors d’une proportion importante de manifestations.

C’est le cas d’une marche pacifique organisée à l’occasion de la Journée internationale de la femme à Istanbul, où la police a bloqué la rue et, à la fin, a utilisé des gaz lacrymogènes contre les femmes.

Le rapport ne couvre que les événements où les femmes ont été la cible de violence politique. Toutefois, la situation n’est guère meilleure en ce qui concerne les autres catégories et formes de violence à l’égard des femmes.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, une femme sur trois dans le monde a subi des violences physiques ou sexuelles au cours de sa vie, très probablement commises par un partenaire intime, et près de 40 % des femmes assassinées le sont par un partenaire intime masculin.

La violence physique s’accompagne d’un abus contre les femmes sur les médias sociaux. “Il s’agit d’une variété d’expériences telles que des menaces directes ou indirectes de violence physique ou sexuelle, des abus ciblant un ou plusieurs aspects de l’identité d’une femme, des violations de la vie privée et le partage d’images sexuelles ou intimes d’une femme sans son consentement”, décrit Amnesty International.

Selon une enquête d’Amnesty International, un tiers des femmes aux États-Unis et 21 % des femmes au Royaume-Uni ont été victimes d’abus ou de harcèlement en ligne au moins une fois.

Quitter la version mobile