Site icon David SCHMIDT

Qu’est devenu Vanilla Ice?

Non, Vanilla Ice n’est pas mort ! Il se produit encore dans des milieux privés.
Vanilla Ice se souvient de l’audition de Gwyneth Paltrow pour le film “Cool as Ice”
et de son histoire d’amour avec Madonna…

Vanilla Ice – Vanilla Sprite Remix Ft Rick Ross & Forgiato Blow – Sortie le 18 sept. 2019

Des années avant d’épouser William Shakespeare dans Shakespeare in Love, Gwyneth Paltrow a failli vivre une histoire d’amour avec un autre maître des mots : le célèbre artiste des années 90 Rob Van Winkle, alias Vanilla Ice. La future lauréate d’un Oscar et entrepreneuse a auditionné pour jouer le rôle de l’intérêt amoureux du rappeur dans son premier (et seul) long métrage, Cool as Ice, qui est sorti en salles il y a 30 ans ce mois-ci.

“Je ne savais même pas qui elle était à l’époque”, déclare Van Winkle à Yahoo Entertainment dans sa première longue interview sur le film en près de trois décennies. “C’était avant qu’elle ne fasse de grands films. Je ne connaissais Gwyneth Paltrow de personne, vous savez ? Je l’ai rencontrée, et plus tard, je me suis dit : “Oh, c’est la fille qui auditionnait pour le film !”. Elle a tout déchiré. Elle a un talent incroyable ; c’est pourquoi elle est devenue une grande superstar comme elle l’est.” (Regardez notre interview vidéo ci-dessus.)

Paltrow n’a finalement pas décroché le rôle de Cool as Ice et a obtenu son grand rôle quatre ans plus tard dans Seven de David Fincher. Au lieu de cela, c’est Kristin Minter, soutien de Home Alone, qui a été choisie pour jouer le rôle de Kathy, la lycéenne cinglée qui attire l’attention de Johnny Van Owen (Van Winkle), rappeur et passionné de moto, alors qu’elle traverse sa petite ville. La performance de Kathy Minter a fait forte impression sur son co-star, au point qu’il a commencé à confondre la vie réelle et la vie de bobine.

“Elle a joué comme une folle”, dit-il en parlant de leurs scènes romantiques. “Je me disais : ‘Tu es sérieuse ? J’ai une copine, mec ! Je pensais vraiment qu’elle me draguait et puis tout d’un coup, on s’arrêtait. Je me suis dit : ‘Oh, c’était de la comédie, OK’. J’avais vraiment l’impression qu’on passait un moment ensemble ! Gwyneth aussi, mec. Elle m’a vraiment impressionné [lors de son audition]. Je me disais : “Cette fille me fait du rentre-dedans ?”. Et puis les caméras s’arrêtent, et [elle] fait : ‘Hey, Rob.'”

Paltrow et Minter ne cherchaient peut-être pas à se rapprocher de Vanilla Ice pour de vrai, mais Van Winkle a fait partie d’une véritable histoire d’amour à Hollywood au début des années 90. Madonna et lui ont vécu une romance intense qui s’est soldée par une demande en mariage. “Elle m’a vraiment demandé en mariage”, dit-il. “J’étais comme, ‘Je suis trop jeune pour ça. Je ne fais que commencer, je ne fais que m’activer, je suis désolé”. Mais c’était un amour, et nous avons passé de très bons moments. Je pense qu’elle aimait, un peu comme moi maintenant, être la plus vieille adolescente de la ville.” (Van Winkle a ensuite été marié à Laura Giaritta de 1997 à 2016).

À l’époque, Madonna avait une carrière d’actrice bien remplie pour compléter son portefeuille musical, et Van Winkle se souvient d’avoir vécu avec elle dans l’Indiana pendant qu’elle tournait A League of Their Own, le film préféré de Penny Marshall en 1992. La même année, il est apparu dans son livre controversé, Sex. “On s’amusait partout où on allait, et on y allait juste tous les deux. C’est drôle parce que nous étions déguisés, donc vous ne le sauriez jamais, mais nous étions en public avec tout le monde. On faisait du shopping dans les centres commerciaux, on mangeait chez Chili’s et Waffle House. J’avais une moustache, une perruque folle et des lunettes, et on allait au cinéma, par exemple.”

Bien sûr, il y avait des gens qui voyaient ces déguisements. “Si les gens nous remarquaient, je me souviens qu’elle n’aimait pas être remarquée. Je m’en fichais et elle n’aimait pas que je m’en fiche. Si on lui demandait un autographe, elle disait ‘Non’, et si la même personne venait me voir, je disais ‘Oui, pas de problème’. Elle se mettait tellement en colère contre moi pour ça, et je devais lui dire : “Hé, ce fan ? Tu ne le reverras jamais, mais ils vont raconter cette histoire neuf millions de fois pour le reste de leur vie. Fais-en un bon moment pour eux.”

Vanilla Ice assiste en 1991 à une projection de Truth or Dare avec Madonna, qu’il fréquentait à l’époque (Photo Ron Galella, Ltd./Ron Galella Collection via Getty Images).

“Je pense que cela a en quelque sorte aidé ses relations publiques après cela”, explique Van Winkle. “Avec les célébrités, il est difficile de faire face à la réalité. Je dis à mes enfants : ‘Écoutez, tout ce que vous voyez dans le cybermonde ou à la télévision n’est qu’une vie artificielle. Quand je rentre à la maison, c’est juste papa”. C’est aussi simple que ça. Après le succès, vous êtes tellement trompé par la vie artificielle que vous pensez que c’est votre vraie vie. Donc avec Madonna, je comprenais pourquoi elle était comme ça. Je ne lui en veux pas d’être comme ça, mais je devais lui faire comprendre que c’était artificiel et que ça, c’était réel. Sois vrai avec les gens, mec”.

Et comme Van Winkle le rappelle, leur histoire d’amour a inclus de multiples visionnages de Cool as Ice, dont la première a eu lieu le 18 octobre 1991. Elle adorait ça, mec”, dit-il à propos de ces soirées cinéma “Madonna et Ice”. “Elle assistait à mes concerts et venait danser. Elle adorait le hip-hop et toutes les danses, parce qu’elle chorégraphiait aussi beaucoup de ses propres trucs. C’est tout simplement une super animatrice.”

Aujourd’hui encore, la chanson Cool as Ice est jouée en boucle dans le foyer de Vanilla Ice. “C’est drôle, je n’ai pas beaucoup parlé du film depuis des années, mais pour une raison quelconque, au cours de l’année écoulée, beaucoup de gens y reviennent et j’adore ça”, dit Van Winkle, qui aura 54 ans le 31 octobre. “Beaucoup de gens reviennent et font les danses classiques, et j’adore ça. Le plus drôle, c’est que la génération de ma fille aînée pense que je suis à nouveau cool ! Elle me demande : “Papa, où est-ce que je peux trouver ces vêtements aujourd’hui ?”. Les années 90 sont de retour, et j’espère pouvoir y vivre pour toujours. Je préfère les fêtes de barils à Fortnite tous les jours.”

Laissez tomber ce zéro et accompagnez le héros alors que nous plongeons dans le 30e anniversaire de Cool as Ice avec sa star lisse comme de la glace.

– Parlons de l’histoire de Cool as Ice. Comment le film vous a-t-il été présenté à l’origine ?

Eh bien, j’ai débuté avec le film des Tortues Ninja [Le secret de l’Ooze], et c’est toujours le moment fort de ma vie. Cela peut paraître hilarant, mais je suis un grand fan des Tortues Ninja. J’ai des tatouages partout et j’ai une collection de trucs des Tortues Ninja à la maison. Après ça, j’ai reçu un appel des producteurs d’Universal qui m’ont dit : “Hé, on va faire un film pour toi.” J’ai dit : “Laisse-moi lire le script”, et j’ai vu qu’il y avait des motos et des filles géniales et j’ai dit : “Allons-y”. C’est tout ce que j’avais besoin de voir.

N’oubliez pas que je suis devenu un fan d’Elvis Presley grâce à ses films. Ma mère était fan de sa musique et je le suis aussi maintenant, mais ça a commencé avec moi par les films. Je trouvais qu’il était un vrai maquereau. Personne d’autre ne faisait de films comme ça où le [héros] pouvait vraiment être un chanteur et avoir toutes les filles, battre les gars, partir dans une hot rod au coucher du soleil et s’asseoir sur la plage avec toutes ces filles en bikini qui dansent autour. Alors, quand j’ai vu le scénario de Cool as Ice et que j’ai vu que je pourrais avoir une fille, me battre et tout ça, j’ai pensé : “C’est presque comme un de ces films d’Elvis !”

Vanilla Ice et les Tortues Ninja dans Le secret de l’Ooze (Photo : Courtesy Everett Collection)

Le film contient beaucoup d’éléments différents : il y a un peu de Footloose, un peu de The Wild One et un peu de La Fureur de vivre.

Oui, tout à fait. Il y a des ingrédients de toutes sortes qui donnent du piquant à ce film. Si vous êtes prêt pour un bon film ringard, vous pouvez le regarder un soir. C’est une bonne occasion de rire et de se remémorer des souvenirs. Les années 90 étaient une grande époque. Ça me manque encore d’aller chercher mes films chez Blockbuster – c’était une bonne raison de sortir de chez soi le vendredi soir, vous savez ? Je pense que nous sommes la dernière génération qui se souviendra de ce que c’était de vivre sans ordinateur ni smartphone. Mes enfants sont nés avec ça et ils ne le sauront jamais. Et Cool as Ice est l’un des films les plus représentatifs des années 90. J’ai même pensé à l’incorporer dans mon spectacle en direct. Je fais la tournée “I Love the ’90s”, mais je ne joue pas de musique de Cool as Ice. Il faut que je trouve un moyen de l’intégrer à mon groupe en direct !

J’ai pu ajouter beaucoup de choses [au scénario]. Je suis un rappeur, alors j’ai inventé des répliques spontanées, comme “Lâche ce zéro, et va avec le héros”. J’ai encore des gens qui me disent ça tous les jours. J’ai un tas de répliques là-dedans qui sont comme celles de “Ice Ice Baby”, vous savez, comme “arrête, collabore et écoute”. J’ai besoin d’avoir un petit dictionnaire de Vanilla Iceisms avec toutes les répliques ringardes que je dis. Ça me donne des idées !

“Laisse tomber le zéro et va avec le héros” est vraiment la phrase immortelle du film. Comment vous est-elle venue à l’esprit ?

Eh bien, c’était vraiment drôle parce qu’elle n’a jamais été dans le script. Je l’ai lancée alors que nous tournions et je ne savais pas s’ils allaient l’utiliser ou non. Nous devions faire les scènes deux ou trois fois chacune pour être sûrs d’obtenir la meilleure ou les meilleures parties de différentes scènes. À chaque fois, j’improvise et je lance des choses différentes, et ils les utilisent toutes ! Je ne me souviens pas d’une chose que j’ai jetée et qu’ils n’ont pas utilisée. Je ne savais pas ce qu’ils allaient utiliser jusqu’à ce que je regarde le film et je me dis “Oh mon Dieu, ils ont utilisé toutes mes répliques !”. Pareil pour le film d’Adam Sandler que j’ai fait, That’s My Boy. Toutes ces répliques que j’ai lancées et il les a utilisées. Je m’amuse juste à être moi-même avec les gens, et quand je suis entouré de bonnes personnes qui sont de bonne humeur, le jus créatif coule à flot, vous savez ?

Était-ce amusant d’avoir Michael Gross dans le film dans le rôle du père méchant après qu’il ait été le père gentil dans Family Ties ?

Absolument. Michael Gross était incroyable. En fait, il m’a foutu la trouille. Voici une histoire amusante à son sujet : nous étions chez Kathy et il répétait son texte, tandis que je me promenais derrière parce qu’il y avait de beaux arbres et d’autres choses. J’ai dit, “Hey, Michael, comment ça va ?” Et il fait : “Eloigne-toi de moi !” Il était vraiment en colère contre moi ! Il m’a dit : “Je ne peux pas te parler maintenant. Je te parlerai après qu’on ait joué ces lignes, mais ne t’approche pas de moi maintenant.” Il était en mode acteur sérieux. Il n’y avait pas de caméras qui tournaient et c’était une heure avant de filmer, mais il vivait vraiment ça.

Tu me connais, je peux l’allumer et l’éteindre, mec. Je suis un amuseur : Je peux rapper, je peux danser, je peux faire n’importe quoi. Mais ces gens étaient si sérieux ! J’ai beaucoup appris d’eux, mais Michael était tellement en colère contre moi. J’ai dit, “Désolé de te déranger, mec,” et il a dit, “Ouais, vas-y,” – comme, vraiment grossier. Et quand on a filmé la scène, il a ouvert la porte, furieux contre moi ! Après que ce soit fini, il m’a serré la main et m’a dit, “Bon travail.” Je n’arrive pas à croire que je me souvienne de ça il y a 30 ans ! [Les chemins de la vie, mec. J’ai rencontré beaucoup de gens et j’ai appris de tout le monde.

Plongeons dans la musique du film : la chanson d’ouverture “Cool as Ice” est interprétée par Naomi Campbell. Comment avez-vous réussi à l’avoir à un stade très précoce de sa carrière ?

Eh bien, c’est une légende et évidemment un gigantesque mannequin. Vous vous rappelez comment Grace Jones était dans tous ces films ? [Naomi est arrivée là comme une sorte de personnage de James Bond. Elle est très grande et je suis très grande, alors elle me regardait et je me disais : “C’est génial.” Nous avions engagé une dame qui pouvait chanter avec Gail “Sky” King en studio, donc nous avions déjà terminé la chanson. [Pour le film] on s’est dit : “Pourquoi ne pas demander à Naomi Campbell de la rechanter ?” Nous l’avons donc fait entrer en studio et l’avons réorchestrée au début du spectacle, avec Bobbie Brown et ses cheveux blonds qui traversent le couloir, toutes ces lumières qui se balancent d’avant en arrière, et je fais un mouvement. Puis Naomi Campbell fait irruption dans la scène. Et Naomi Campbell sait chanter ! Je pense que c’était ses débuts en tant que chanteuse, et elle a réussi.

“The People’s Choice” est un autre morceau de fou.

Cette scène était incroyable parce que j’avais la coiffure la plus folle, et j’essayais de la garder cohérente. Le film a duré quatre ou cinq mois et mes cheveux n’arrêtaient pas de pousser, donc je devais essayer de garder ces lignes de façon constante. Personne ne l’a fait pour moi – ce n’est pas comme si les coiffeurs et les maquilleurs s’occupaient de mes répliques ! Ils n’y connaissaient rien à l’époque. Alors j’ai fait tout ça moi-même et je me suis dit : “Oh mon Dieu, j’espère que je ne vais pas tout gâcher.” Je venais de gagner le People’s Choice Award cette année-là, et c’est ce qui a en quelque sorte inspiré la chanson.

Et j’avais une allure folle dans cette scène avec tous mes néons et mes pantalons peints de graffitis. Je crois que j’avais deux chaussures de couleurs différentes : une orange et une verte, avec des lacets de différentes couleurs et tout ça. Cette mode était folle, et je ne sais toujours pas ce qui l’a inspirée. Je pense que ce sont des films comme Breakin’ et Beat Street et l’influence du mouvement breakdancing qui ont inspiré tout ça, vous voyez ? C’est devenu une vie à part entière, c’est sûr.

Vous avez une ballade d’amour dans le film, “Never Wanna Be Without You”. Étiez-vous heureux de montrer une autre facette de vous-même ?

Vous savez, je ne suis pas un grand fan de ces chansons lentes et autres. C’est plus le côté corporatif et les gens en costume et cravate. Vous me connaissez, je suis d’accord avec ça, mais c’est un côté un peu plus doux. Je suis plus du genre sexuel. Si vous écoutez mon premier album, To the Extreme, “Stop That Train” parle de sexualité, et ensuite j’ai “Life Is a Fantasy”, qui parle aussi de sexualité.

Alors, les chansons lentes, c’est plutôt le propriétaire de mon label qui dit : “Hé, on a besoin de cette chanson – aide-nous à faire ça pour le film. Nous devons faire une scène d’amour, et nous avons besoin d’une chanson de vous. Elvis l’a fait, alors on a besoin que tu le fasses.” Et j’ai dit, “Elvis l’a fait ? OK, je la fais.” [Ils utilisaient toujours des références, comme : “MC Hammer a une chanson lente, et ça ne le dérange pas !” Ou “LL Cool J a ‘I Need Love’, alors c’est bon !” Mais quand ils ont dit : “Elvis l’a fait”, j’ai dit : “D’accord, je vais le faire.”

Vous conduisez votre propre moto dans le film – parlez-moi de votre moto.

J’ai fait du motocross toute ma vie, depuis l’âge de huit ans. Je cours toujours – je ne peux pas abandonner. Quand ils ont parlé de l’aspect de la moto dans le film, j’étais comme, “Oh, c’est génial.” Et puis, en lisant le scénario, je leur ai demandé : “Où allez-vous faire cette scène d’amour ?” Et ils ont dit, nous allons le faire sur le Salt Flats. J’ai dit : “Les Salt Flats ! On amène la moto ?” Et ils ont dit, “Oh oui.”

Ils ne savaient pas vraiment à quel point j’étais doué pour la moto avant de faire le film. En tant que producteur, vous avez probablement 400 pages de police d’assurance pour la star principale du film, il y a donc des millions et des millions de dollars en jeu. Si ce type est blessé, on est foutu ! Mais j’ai regardé le cascadeur … [et] il n’avait tout simplement pas les compétences. Je lui ai dit : “Je suis désolé, mon frère – je sais que tu sais comment tirer et faire tout ça, mais laisse-moi te montrer comment monter ça rapidement”.

Donc toutes ces figures et ces sauts par-dessus les barrières et tout, c’était moi ! J’ai mis mon casque et mes bottes et j’ai sauté la barrière probablement six ou sept fois plus loin que [le cascadeur]. J’aurais pu faire une prise d’aile de Superman si j’avais voulu, mais j’ai juste sauté la barrière et ils étaient là : “Oh, c’était bien mieux. Tu peux sauter la voiture maintenant ?” J’ai dit : “Oui, je vais sauter par-dessus la voiture !” Alors j’ai sauté la voiture, j’ai sauté la barrière jusqu’au cheval et j’ai atteint les 320 km/h sur les Salt Flats pendant cette scène d’amour. Je ne pensais pas m’en souvenir un jour ! C’était génial.

Lorsque le film est sorti, il a été encensé par la critique et a obtenu plusieurs nominations aux Razzie. Êtes-vous heureux qu’il ait trouvé un public maintenant ?

Écoutez, tout est comédie et divertissement pour moi. C’était un film génial pour l’époque et il représente totalement les années 90, de toutes les manières ringardes possibles. Il y avait beaucoup de bonne énergie, et beaucoup de choses amusantes en coulisses. On s’amusait vraiment beaucoup. Et mon Dieu, la mode ! [Pendant un certain temps, j’étais gênée par ce genre de choses : c’est comme si votre grand-mère sortait de vieilles photos de vous avec vos amis, mais pour moi, tout est là, dans un film ! Mais maintenant, ça revient en force et mes enfants me trouvent cool, alors je me dis : “C’est génial !”.

À l’époque, j’ai eu un week-end qui a duré trois ans. J’avais un peu d’autodestruction en cours. Je regarde des [artistes] comme Justin Bieber : il a traversé son petit moment là où il conduisait une Lamborghini sous l’effet de la drogue ou autre. Vous traversez une période difficile et vous vous autodétruisez presque, et cela prend plus d’ampleur que votre nouveau disque. Les gens veulent vous voir vous autodétruire et voir tout le drame qui vient avec les hauts et les bas. Ils veulent voir le bas plus qu’ils ne veulent voir quelque chose de positif.

Vanilla Ice prend la pose dans Cool as Ice (Photo : Music Corp. of America/Courtesy Everett Collection)

J’ai donc traversé cette étape de ma vie, et maintenant je la vois comme si je surfais sur une grosse vague et que je m’écrasais sur le rivage, vous voyez ? Ma philosophie, c’est que je me suis relevé, j’ai enlevé la saleté de mes épaules, j’ai nagé et j’ai pris une autre vague, mec. Tu peux traîner sur le rivage et bronzer, mais moi, je me remets en selle.

J’aime être un artiste – même maintenant, avec la tournée “I Love the 90’s”, nous avons un public si large. Beaucoup de gens n’aimaient peut-être pas ma musique quand elle est sortie, mais les jeunes et les étudiants viennent aussi parce qu’ils sont amusés par tout ça. Tout le monde veut être un adolescent, quel que soit son âge, et retourner dans les années 90. C’est un moment pour moi de m’évader le week-end aussi, et d’être un adolescent. Puis le lundi à 5h du matin, je retourne payer les factures et être un adulte minable.

Lorsque vous étiez dans The Surreal Life, vous aviez un lien avec Tammy Faye Messner qui était fascinant à regarder. Est-ce qu’elle te manque depuis qu’elle est décédée ?

Mec, tu viens de me donner la chair de poule. Non seulement elle me manque, mais je l’aime. Elle a été l’une des plus grandes influences de toute ma vie. Je suis allé voir le nouveau film sur sa vie dès qu’il est sorti, et c’était vraiment incroyable parce qu’elle m’a raconté toutes ces histoires. Je ne savais pas qui elle était avant le spectacle, et elle m’a approchée parce qu’elle avait vu tous mes tatouages. Elle m’a dit : “Moi aussi, j’ai un tatouage : mon eye-liner. Je pleurais tellement à la télévision qu’il coulait tout le temps sur mon visage, alors j’ai décidé de le mettre de façon permanente.”

Elle a vu que je me battais avec mon ancien moi : Je n’étais pas heureux avec l’ancien Vanilla Ice, et je n’arrivais pas à trouver mon but ou ma motivation après cet énorme succès. Elle m’a aidé à trouver qui j’étais. Quand je suis entré dans ce bar karaoké de The Surreal Life, j’ai dit aux producteurs : “J’ai l’impression que vous allez m’entraîner dans ce moment “Ice Ice Baby”, et je n’interprète plus cette chanson”. J’étais prêt à quitter le plateau, et en fait je l’ai fait. Elles m’ont poursuivi, m’ont pris dans leurs bras et m’ont dit : “On t’aime.”

Puis Traci Bingham et Tammy Faye l’ont interprétée, et Tammy Faye ne connaissait pas très bien la chanson, mais elle a essayé d’avoir le rythme. C’était hilarant de la voir chanter “Ice Ice Baby”, alors j’ai pris le micro. Je ne l’avais pas chantée depuis des années, mais je me suis baissé et je l’ai chantée et la foule est devenue folle, mec. C’est ce qui m’a fait passer le cap, et je le dois à Tammy Faye. Merci de me rappeler la grande influence qu’elle a eu sur ma vie. Je n’ai pas souvent une question comme celle-là, alors c’est génial.

Maintenant, on doit tous aller voir Cool as Ice ! Je vais le regarder ce soir.
– Vidéo produite par Anne Lilburn et montée par John Santo.

Cool as Ice est actuellement en streaming sur Tubi

Source: (Ethan Alter pour yahoo)

Quitter la version mobile