Vie au quotidien

Comment arrêter de fumer ?

Et si on arrête cette année?

Ce n’est que le changement de mode de vie qui peut aider à arrêter de fumer, et je pense, d’après mes recherches, que les cigarettes électroniques, n’aident pas à perdre le réflexe oral lié à la consommation de tabac.

Pour arrêter de fumer, il faut qu’une personne change de mode de vie et ses moyens de communiquer avec le monde.

Le tabagisme n’est pas différent de toute autre dépendance. Le problème réside exactement dans le mode de vie que mène l’Homme et qui le pousse à cette mauvaise habitude, cela concerne les gens dépendant à la nicotine. Il faut analyser si le désir de fumer est lié à un besoin physiologique ou à un comportement social.

«Ces liens doivent être rompus. Avant tout, il faut renoncer à la situation qui vous amène à consommer de la nicotine».

Ce n’est que ce processus conscient qui aidera la personne à ne pas fumer, au travail je ne peux pas fumer comme je le souhaite. Je n’en éprouve pas l’envie quand je n’y pense pas !

Le tabagisme a des effets néfastes sur l’ensemble de votre corps.

Ce sont des symptômes concrets, aux conséquences directes sur votre quotidien. Cela va de la mauvaise haleine au manque de souffle, en passant par le déchaussement dentaire et le risque élevé de maladies graves.

Respiration et tabac
A chaque bouffée de cigarette, le fumeur respire de nombreux produits toxiques…

Peau et tabac
Fumer a des conséquences bien visibles, comme l’accélération du vieillissement de la peau.

Yeux et tabac
Quelques minutes d’exposition à la fumée suffisent pour provoquer une irritation et constituer un danger.

Poids et tabac
Un tiers des fumeurs arrêtent sans prendre de poids. Découvrez nos conseils pour contrôler votre ligne lors de votre arrêt.

Fertilité et tabac
Fumer entraîne une baisse de la fertilité et cela concerne autant les hommes que les femmes.

Ménopause et tabac
La cigarette accélère l’apparition de la ménopause. Quelles conséquences pour les femmes ?

Digestion et tabac
Fumer modifie le transit intestinal et entraîne des dérèglements du système digestif.

Sommeil et tabac
La nicotine est une substance excitante qui provoque des troubles du sommeil.

Hygiène buccale et tabac
La cigarette entraîne de nombreux problèmes dentaires : caries, gingivites, etc.

Et la cigarette électronique?

Je ne suis pas contre l’utilisation de patchs à la nicotine pour ceux qui tentent d’arrêter de fumer, mais je m’oppose à la cigarette électronique. En utilisant la cigarette électronique, le fumeur conserve le réflexe oral lié à la consommation de tabac.

Depuis son introduction sur le marché européen en 2005, la cigarette électronique inquiète car elle pourrait ne pas être sans danger et être un moyen d’initiation des jeunes au tabac. Sa place comme moyen d’arrêt du tabac est en cours d’évaluation. Bien qu’encore partielles, les études indiquent que si la cigarette électronique doit être surveillée et réglementée, elle est aussi une opportunité nouvelle car son développement est accompagné d’une baisse du tabagisme.

Toxicité comparée entre cigarette électronique et la cigarette conventionnelle

Le nombre d’études scientifiques sur la toxicité de l’e-cigarette reste faible en raison de problèmes méthodologiques (étude de petite taille, résultats contradictoires, absence de suivi à long terme, conflits d’intérêts). Néanmoins, des études de toxicité ont été réalisées généralement en laboratoire sur animaux ou sur cultures cellulaires exposées aux liquides et aux fumées d’e-cigarettes et des recharges. En 2018 Kamilari et al, ont mis en évidence par spectroscopie par fluorescence X à réflexion totale la présence de métaux lourds dans les liquides de recharge de cigarettes électroniques. Les éléments d’intérêt sont le cadmium (Cd), le plomb (Pb), le nickel (Ni), le cuivre (Cu), l’arsenic (As) et le chrome (Cr) considérés comme nocifs pour la santé humaine. Les liquides de recharge testés se sont avérés en dessous des concentrations définies par les autorités réglementaires (Kamilari, 2018).

L’aérosol, communément appelé « vapeur », émis par l’e-cigarette à la température d’environ 60 degrés, contient des substances toxiques communes à celles de la combustion des cigarettes conventionnelles comme le monoxyde de carbone ou les goudrons. Quant au principal composant des e-liquides : le propylène glycol, également utilisé comme additif alimentaire, il ne semble pas avoir de toxicité à court terme à la température de 60 degrés, la dégradation du glycérol en produits toxiques n’étant significative qu’au-delà de 250 degrés. Les concentrations de carcinogènes (formaldéhyde, acétaldéhyde, acroléine, toluène, nitrosamines) sont de 9 à 450 fois moins élevées qu’avec la cigarette traditionnelle (Pisinger, 2014). Les autres substances chimiques identifiées dans la composition des aérosols tels que le diacétyle, l’acétaldéhyde, le plomb, l’antimoine, l’arsenic, le nickel, le chrome et le cadmium sont réglementées par les normes AFNOR. Cependant, les connaissances scientifiques actuelles restent insuffisantes sur les effets de ces molécules sur le long terme.

David SCHMIDT

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page