Astronomies

Curiosity, un peu de casse, mais il avance toujours !

En attendant Persévérance, la recherche de la vie continue !

Trois mille sols et jamais un moment d’ennui ! Aujourd’hui, nous avons planifié les Sols 2999-3000 et cela nous a rappelé à quel point cette mission peut être complexe et enrichissante. Curiosity a récemment terminé une enquête sur le champ d’ondulation des “Sables de Forvie” et nous travaillons à retrouver le chemin que nous prévoyons de prendre pour gravir le Mt Sharp, en effectuant une transition vers un terrain où il y a moins de blocs rocheux cassés. Dans le plan précédent, la curiosité a légèrement changé lorsque nous avons d’abord décroché le bras pour les activités scientifiques de contact. Lorsque le logiciel de vol a détecté ce petit mouvement inattendu, le rover a cessé de déplacer le bras pour attendre de nouvelles instructions de la Terre. C’est exactement ce pour quoi nous avons conçu le logiciel, afin de nous assurer que tout reste en sécurité, et cela signifie que nous n’avons pas effectué les activités scientifiques de contact ultérieures ou le trajet du week-end. C’est un bon contrôle de sécurité, et un rappel de la façon dont nous sommes arrivés à Sol 3 000 avec un rover en bonne santé, en prenant de bonnes décisions et en nous assurant que nous sommes sur un terrain stable ! Tout va bien et cela signifie simplement qu’aujourd’hui nous avons un espace de travail familier et une chance de retrouver certaines de ces observations avant de reprendre la route.

Le plan à deux soles d’aujourd’hui commence par l’observation par ChemCam des cibles “Queyon” et “Longa Skerry” afin de caractériser les différentes textures et diagonales présentes dans le substratum rocheux. Ensuite, Mastcam effectuera une observation multispectrale de la “Place Saint-André” pour évaluer d’intéressantes variations de couleurs, et plus tard dans l’après-midi, MAHLI examinera de plus près les cibles nommées “Nugarth” et “Kleber”. Le second sol comprend une observation ChemCam de “Backagord” et un certain nombre d’observations de surveillance de l’environnement pour rechercher les tourbillons de poussière et surveiller la teneur en poussière de l’atmosphère. Ensuite, Curiosity se rendra au nord pour retrouver un terrain plus lisse, puis procédera à l’imagerie pour préparer le ciblage du prochain plan. Le lendemain matin, Curiosity fera l’acquisition d’un relevé du ciel passif ChemCam pour évaluer la vapeur d’eau et la poussière dans l’atmosphère.

Jusqu’à présent, les 3 000 sols ont été passionnants, et j’ai hâte de voir ce que nous allons découvrir au fur et à mesure que Curiosity continuera à gravir le Mt Sharp. Ce soir, je lèverai mon verre à Curiosity et aux équipes de scientifiques et d’ingénieurs qui nous ont menés jusqu’ici !

Curiosity a permis de déterminer que Gale abritait un système de lacs et de cours d’eau potentiellement habitable dans un passé ancien. Le rover de la taille d’une voiture grimpe maintenant sur les contreforts du Mt Sharp, la montagne de 5,5 kilomètres de haut qui s’élève du centre de Gale, à la recherche d’indices sur la transition de Mars, il y a longtemps, d’un monde relativement chaud et humide à la froide planète désertique que nous connaissons aujourd’hui.

Curiosity est présente sur le site de Mary Anning – une région riche en argile qui était probablement humide il y a des milliards d’années – depuis juillet, le mois où le rover Persévérance de la NASA pour Mars 2020 a été lancé vers la planète rouge. Perseverance se posera à l’intérieur du cratère de Jezero, large de 45 km, le 18 février 2021.

Pendant son séjour à Mary Anning, Curiosity a foré trois trous dans les roches de la région, recueillant et analysant des échantillons de la poudre résultante. Ces trois trous portent à près de 30 le nombre total de trous que Curiosity a forés sur Mars.

Il y a huit ans et demi, lorsque le rover Curiosity posait ses roues sur la Planète rouge, ils étaient peu nombreux à se douter que ce mercredi, ce petit bijou de technologie de la Nasa continuerait à arpenter le cratère Gale à l’occasion de son 3.000e jour martien. Pourtant, malgré de la casse, des pneus usés, il continue à se balader sur le sol rocheux, à la recherche de nouveaux indices et de signes d’une éventuelle vie.

« Nous avons fait de très belles découvertes, la plus grande a été celle de l’habitabilité de Mars. Pendant longtemps, nous cochions la case de l’eau sur Mars. Là, nous savons que l’eau a rendu la planète habitable. Curiosity continue à avancer sur cette habitabilité, à quelle époque l’était-elle, comment elle est arrivée, comment elle est partie. Pour cela il faut remonter les strates, c’est un livre ouvert de géologie, plus on remonte plus on va vers des temps récents », explique Sylvestre Maurice, le « père » de la ChemCam, l’un des instruments ultra-sophistiqués de Curiosity.

Cette image a été prise par la caméra de navigation de gauche à bord du rover martien Curiosity de la NASA sur Sol 2979. Crédit : NASA/JPL-Caltech.

Nous avons réussi. Après une rapide escapade à travers l’unité “rubbly”, Curiosity a atteint les “Sables de Forvie” à temps pour les vacances. Cette couche de sable fait environ 400 mètres de diamètre et un kilomètre de large, et les vues qui s’offrent à nous sont spectaculaires.

Lundi, nous avons fait un méga plan en 10 sol pour couvrir la période des vacances, et le trajet qui a mené Curiosity au bord de la couche de sable faisait partie du premier sol de ce plan. Aujourd’hui, nous avons prévu 3 autres sols qui se produiront à la fin de ce méga plan. En d’autres termes, les activités que nous avons planifiées aujourd’hui ne seront pas exécutées sur Mars avant la prochaine année civile terrestre !

L’étoile du plan à 3 sols d’aujourd’hui est une éraflure où nous utiliserons la roue du rover pour couper l’une des grandes ondulations des Sables de Forvie et nous permettre d’observer sa structure intérieure. Nous allons également recueillir des observations par ChemCam de deux cibles de sable appelées “Corryhabbie Hill” et “Mill Loch”, et d’un petit rocher appelé “Fethaland”. Nous allons également acquérir des données MAHLI et APXS sur une crête d’ondulation sur une cible nommée “Braewick Beach” et un autre petit rocher dans l’espace de travail nommé “Ronas Hill”. Ces observations seront complétées par plusieurs mosaïques Mastcam et RMI de la zone, dont une mosaïque Mastcam 360˚. Des observations pour surveiller l’environnement et des images de détection des changements sont également parsemées dans tout le plan.

Alors que l’année 2020 touche à sa fin, j’aimerais prendre un moment pour réfléchir à tout ce que Curiosity a accompli cette année (Terre). En mars, nous avons escaladé le fronton de Greenheugh, établissant des records de mission pour la science de contact la plus raide (26.9˚) et la montée la plus raide (32˚) en cours de route. Nous avons également établi un record de mission pour le plus grand changement d’altitude sur le chemin du retour, lorsque nous avons descendu 11 mètres en une seule fois, ce qui, comme me l’a fait remarquer le scientifique du projet Ashwin Vasavada, est la hauteur d’un bâtiment de trois étages ! Nous avons foré et analysé six échantillons de roche martienne, classant 2020 avec 2016 comme “l’année de la Terre où Curiosity a le plus foré”. Au cours de l’été, nous avons réalisé des expériences spéciales de chimie humide sur deux de ces échantillons forés, y compris la première utilisation d’hydroxyde de tétraméthylammonium (TMAH), afin de mieux comprendre leur composition. Enfin, nous avons terminé la collecte de notre quatrième relevé météorologique complet de Mars lorsque nous avons célébré notre quatrième année martienne à la surface. L’équipe scientifique a travaillé à distance pendant des années, mais l’équipe d’ingénieurs de Curiosity au JPL a commencé à travailler à distance à partir du mois de mars. Je suis vraiment étonné de tout ce que nous avons accompli en faisant fonctionner le rover depuis nos tables de salle à manger et nos bureaux de fortune à domicile au cours des 41 dernières semaines, et je suis très fier de cette équipe.

Je souhaite santé et bonheur à tous en cette période de fêtes, et nous nous reverrons en 2021 !

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Articles similaires

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page