France

Le fils de Valérie Pécresse arrêté avec du cannabis

Un épisode particulier qui remonte à l'année 2016

Dans cette campagne pour les présidentielles, Valérie Pécresse n’échappe pas aux coups durs. Cependant, la candidate LR est certaine du soutien indéfectible de sa famille, son mari Jérôme Pécresse et leurs trois enfants. Cependant, ces derniers sont parfois la cible d’attaques, dont l’une a particulièrement marqué leur famille. Elle en parle dans le magazine “Closer”.

Valérie Pécresse est sous tous les projecteurs depuis qu’elle a commencé sa campagne pour les élections présidentielles 2022, validant le nombre de parrainages suffisants pour se présenter au poste suprême. A deux mois du scrutin, la femme politique de 54 ans doit surmonter de nombreux obstacles, comme les sondages en baisse, notamment depuis son meeting au Zénith de Paris ou les accusations d’élection bidonnée lors des primaires LR. Mais la présidente de la région Ile-de-France a la peau dure. Ce qui est plus difficile, c’est lorsque les épreuves concernent ses enfants. Maman de trois enfants avec Jérôme Pécresse, Baptiste (25 ans), Clément (23 ans) et Émilie (18 ans), elle se souvient d’un moment particulièrement difficile.

En interview pour le magazine Closer, Valérie Pécresse revient sur un épisode particulier qui remonte à l’année 2016, l’arrestation de son fils Clément en possession de 3,8 grammes de cannabis : “Mon fils a passé sept heures en garde à vue pour un joint. Mes adversaires ont prévenu les médias, ça tournait en boucle sur les réseaux. Mon fils était majeur, étudiant. Il n’habitait plus à la maison… Il a été très meurtri. Mais c’était destiné à m’atteindre. Cela aurait pu briser notre famille.” Une affaire qu’elle avait dit avoir été “montée en épingle” par des “collaborateurs de Claude Bartolone et Manuel Valls”, selon des informations rapportées par Le Canard enchaîné.

Valérie Pécresse avait été vivement critiqué puisqu’elle était à l’origine de la proposition de mise en place de tests salivaires dans les lycées sur la consommation de cannabis. “Il y a un fléau en Île-de-France, c’est le décrochage scolaire. (…) Les tests salivaires sont un des outils pour faire le diagnostic de la situation”, disait-elle en 2016.

Un incident qui ne doit pas caricaturer la famille qu’elle a bâtie avec son mari comme elle le clame dans Closer : “Jérôme et moi, nous nous sommes organisés afin d’être toujours présents pour les enfants, quels que soient nos agendas. On a longtemps sacrifiés les sorties et les amis. Nous sommes une famille très soudée. La preuve, cet appel à l’instant, c’est ma fille qui me demande de l’aide pour récupérer sa machine à laver ! (rires) Je n’aurais pas pu me lancer dans cette campagne sans le soutien total de ma famille. Et pourtant, ça fait 20 ans qu’elle morfle.”

Dans son ouvrage, “Et c’est cela qui changea tout”, Valérie Pécresse se livrait en toute liberté à Marion Van Renterghem. La candidate de la droite revenait notamment sur l’arrestation de son fils, révélée dans la presse par l’un de ses rivaux…
Une fuite assurément volontaire. Candidate de la droite à la présidentielle 2022, Valérie Pécresse a essuyé bien des polémiques en devenant présidente de la région Île-de-France. Dans l’ouvrage Et c’est cela qui changea tout publié en 2019, l’épouse de Jérôme Pécresse se livrait en toute liberté sur l’arrestation de son fils révélée à son insu dans la presse  : “Nous sommes à l’automne 2016, juste avant la primaire de la gauche. Manuel Valls est encore Premier ministre”, rappelait-elle dans cet entretien, recueilli par Marion Van Renterghem.

En détail, l’ancienne conseillère de Jacques Chirac se confiait sur cet incident  : “Je suis en train de présider une séance du conseil régional et je reçois un SMS d’un journaliste de BuzzFeed : ‘Madame Pécresse, est-ce vrai que votre fils est en garde à vue pour détention de shit ?’ Le choc”. Loin d’être complotiste, l’ancienne conseillère de 54 ans a tout de même flairé “une odeur de coup fourré”, voire “un traitement “spécial Pécresse”, assurait-elle.

Persuadée, Valérie Pécresse dénonçait une manœuvre orchestrée et “de déstabilisation politique, avec une fuite à la presse organisée par des proches de Valls et de Bartolone, qu’a révélée quelques mois plus tard le livre Bienvenue place Beauvau”, assurait-elle dans l’ouvrage. Le fils de la candidate avait alors, été arrêté en possession de 3 grammes de cannabis, en septembre 2016.

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Articles similaires

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page