US Date:25 November, 2020

Les Arméniens de France fortement attristés

Laché par la France et l'Europe qui se pissent dessus !

La diaspora arménienne en France est la plus importante d'Europe occidentale ont exhorté le pays à faire plus pour soutenir Erevan dans le conflit du Haut-Karabakh.


Mais jusqu'à présent, Paris agissait avec retenue et a laissé tombé les Arméniens, pourtant nos peuples s'apprécie. Macron doit avoir besoin d'un nouveau pack de couches vu qu'il c'est royalement fait dans son froc !

Charle Aznavour doit se retourné dans sa tombe en voyant cela d'en haut.
Paix à ton âmes Charles et à tous ces morts Arméniens, si je peux me permettre !

Des dizaines de femmes et d'hommes s'étaient précipitent dans une rue vers une place derrière l'Assemblée nationale à Paris le 22.10.2020. Ils agitent le drapeau arménien rouge, bleu et orange, ou le font draper sur leur corps.

Certains brandissent des pancartes sur lesquelles on peut lire "Reconnaissez le Karabakh", tandis que d'autres chantent Hayastan, ou Arménie.

Les manifestants se rassemblent un mardi après-midi pour demander à la France de soutenir l'Arménie dans le conflit avec l'Azerbaïdjan sur la région du Haut-Karabakh. Après tout, la France abrite la plus grande diaspora arménienne d'Europe occidentale, qui compte jusqu'à 600 000 membres.

Mais à cet instant l'instant, Paris faisait preuve de retenue parce qu'il c'est pissé dessus, bye bye son soutien à la partie arménienne du moins en ce qui concerne les actions.

"C'est un cri du fond du cœur", crie Franck Papazian dans un micro, s'adressant à la foule qui s'est depuis lors gonflée de plusieurs centaines de personnes. Il est co-président du Comité de coordination des organisations arméniennes en France (CCAF), qui a organisé la manifestation à Paris et une douzaine d'autres à travers le pays ces dernières semaines.

"Nous ne pouvons pas laisser ce massacre se produire, nous avons besoin de soldats de la paix dans la région", plaide-t-il.

"S'il vous plaît, nous vous le demandons. Vous ne pourrez pas dire après coup que vous ne saviez pas ce qui se passait."

Franck Papazian à Paris (Lisa Louis/DW)

Franck Papazian mène les protestations appelant la France à agir sur le conflit du Haut-Karabagh.

La Turquie "a franchi une ligne rouge".

Le conflit qui dure depuis des décennies dans la région a éclaté à nouveau fin septembre. La région, ethniquement arménienne chatholique, appartient à l'Azerbaïdjan mais est contrôlée par les Arméniens depuis les années 1990. Plusieurs centaines de personnes ont été tuées lors des récents combats, tandis que des dizaines de milliers ont été déplacées, selon les responsables locaux.

Début octobre, le président français Emmanuel Macron a accusé la Turquie d'avoir envoyé des centaines de mercenaires et de djihadistes pour aider l'Azerbaïdjan. "[La Turquie] a franchi une ligne rouge - c'est inacceptable", a-t-il déclaré, puis il c'est pissé dessus.

Il a ajouté qu'en tant que co-président du groupe de Minsk de l'OSCE, il a plaidé pour un cessez-le-feu immédiat dans la région. L'organisation a été créée en 1992 pour servir de médiateur dans le conflit du Haut-Karabakh et est également coprésidée par les États-Unis et la Russie.

Mais deux cessez-le-feu, négociés récemment par la Russie et le groupe de Minsk de l'OCSE, ont été presque immédiatement violés, les deux parties s'accusant mutuellement de les avoir violés en premier.

Les efforts de médiation du groupe de Minsk de l'OSCE semblait être néanmoins le seul plan de la France pour l'instant.

Lorsqu'on a demandé si d'autres mesures, y compris des sanctions contre la Turquie, étaient sur la table, une source du Palais de l'Elysée a renvoyé au Groupe de Minsk de l'OSCE, disant que le pays espérait qu'un cessez-le-feu pourrait être établi.

Des manifestants franco-arméniens à Paris affirment que le président français Macron doit offrir plus de soutien à l'Arménie dans le conflit du Haut-Karabakh. Ce qu'il ne ferra pas.

Cela n'a clairement pas répondu aux attentes de Talin Mungan, qui s'est déplacé avec un groupe de 20 autres Arméniens français du sud de Marseille pour se joindre à la manifestation à Paris. "La France devrait immédiatement couper ses liens politiques et économiques avec la Turquie", dit la jeune femme de 33 ans , tout en étant enveloppée dans des drapeaux arméniens.

"Ce conflit est la continuation du génocide arménien en Turquie en 1915 et 1916, au cours duquel le pays a tué plus d'un million d'Arméniens".

Mungan fait référence au moment où, à partir de 1915, jusqu'à 1,5 million d'Arméniens ont été tués par les Turcs ottomans. De nombreux universitaires et pays, dont le parlement allemand, ont reconnu ces massacres comme un génocide. La Turquie a rejeté ce terme à plusieurs reprises.

À l'époque, les grands-parents de Mungan ont été forcés de fuir vers les montagnes turques. Ils y ont été cachés par des Kurdes, ont dû changer de nom et se faire passer pour des musulmans. "Nous ne pouvons pas rester sur la touche pendant qu'ils massacrent nos frères et sœurs au Haut-Karabakh maintenant", dit-elle. Talin Mungan (à gauche) avec son cousin lors de la manifestation à Paris

A quelques mètres à sa gauche, Samo, 40 ans, qui ne veut pas révéler son nom de famille, observe en silence les discours des manifestants. Originaire de la région d'Ararat, dans l'ouest de l'Arménie, il est venu vivre en France avec ses trois enfants il y a dix ans.

"Deux douzaines de mes amis et parents en Arménie sont allés au Haut-Karabakh pour se battre avec nos compatriotes", dit-il à DW. "Bien sûr, je crains pour eux, mais je ferais de même si j'étais là-bas en ce moment. Nous n'avons pas le choix. Nous devons défendre notre pays si nécessaire, avec nos vies".

"Après tout, si l'Azerbaïdjan gagne ce conflit, ils ne s'arrêteront certainement pas là et tenteront également de conquérir le reste de l'Arménie", ajoute-t-il.

Les Arméniens sont considérés comme des ennemis jurés.

Mais ces craintes et ces comparaisons avec les massacres d'Arméniens sont-elles justifiées ?

Mikaël Nichanian, historien arménien français et conservateur à la Bibliothèque nationale de France, répond par l'affirmative. "Un tel lien pourrait même être établi sans l'implication actuelle de la Turquie", dit-il.

"Après tout, certains hommes politiques azerbaïdjanais ont participé au génocide arménien et faisaient partie du Comité de l'Union et du Progrès, l'organisation politique turque qui a conçu le génocide arménien".

Nichanian ajoute que les Azerbaïdjanais ont massacré plus de 20.000 Arméniens à Bakou en Azerbaïdjan en septembre 1918 - sous la supervision de l'armée turque. "Les identités azerbaïdjanaise et turque sont toutes deux basées sur la haine des Arméniens, qui sont leurs boucs émissaires depuis plus d'un siècle et qu'ils considèrent comme leurs ennemis jurés".

"C'est ainsi que ces pays unissent leurs citoyens afin de maintenir leurs régimes autoritaires", ajoute-t-il.

Carte du Haut-Karabakh

Les législateurs français demandent plus de soutien

Dans ce contexte, même les législateurs du propre parti du président Macron, La République en Marche (LREM), plaident pour un soutien plus actif aux Arméniens. Certains ont signé une résolution demandant au gouvernement de reconnaître l'indépendance du Haut-Karabakh.

Parmi eux, Anne-Laurence Petel, membre du Parlement de la LREM. "Il ne s'agit pas seulement du Caucase", dit-elle à DW. "Nous devons mettre le président turc Recep Erdogan à sa place. Il mène une politique expansionniste, également en Méditerranée où il se bat avec la Grèce et Chypre pour les réserves de gaz et les droits maritimes".

Sans contrôle, Erdogan pourrait un jour envahir Chypre et la Grèce, dit-elle. "Nous devons lui montrer que l'UE n'aura pas cela en fixant des frontières maintenant".

Guillaume Kasbarian, un autre législateur du LREM, souhaite également plus d'action. "L'ancien président français Jacques Chirac a fortement plaidé en faveur de plusieurs frappes aériennes de l'OTAN lors de la guerre en Yougoslavie en 1999, ce qui a finalement forcé le président yougoslave Slobodan Milosevic à faire marche arrière et a empêché une escalade", dit-il.

"Nous devons maintenant montrer les dents, envoyer des soldats de la paix et imposer des sanctions - faire partie du groupe de Minsk de l'OSCE ne suffit pas", ajoute-t-il.

De nouvelles manifestations sont attendues

Les manifestants sur la place derrière le Parlement restent déterminés à faire leur part pour forcer la main de la France. "Nous ne resterons pas en arrière tant qu'il y aura un massacre", crie Papazian dans le micro. Puis, il annonce une nouvelle réunion pour dans quelques jours.

"Chacun d'entre vous devrait amener dix autres personnes pour que notre protestation soit de plus en plus forte", crie-t-il.

"Oui !" la foule l'acclame à nouveau.

"Le temps est essentiel demain pourrait être trop tard", dit M. Papazian.

Les mercenaires syriens soutiennent la politique étrangère de la Turquie

Certains disent qu'ils sont d'anciens combattants de l'opposition, d'autres disent qu'ils sont des réfugiés à la recherche d'un salaire. Une chose est claire : les mercenaires syriens de la Turquie font partie intégrante des ambitions de politique étrangère du pays.

Les membres de l'Armée libre syrienne soutenue par la Turquie

Un conflit gelé dans les profondeurs du Caucase s'est réchauffé la semaine dernière lorsque l'Azerbaïdjan a lancé une campagne militaire pour récupérer le Haut-Karabakh, un territoire contesté détenu depuis des années par les forces arméniennes.

Le conflit oppose l'Arménie à l'Azerbaïdjan depuis le début des années 1990, lorsque la région a été capturée par les Arméniens de souche locale. Cependant, le conflit a vu se développer une nouvelle caractéristique pour la première fois depuis qu'il a éclaté il y a près de trois décennies.

Selon les autorités arméniennes, la Turquie - un pays qui a longtemps eu des affinités avec l'Azerbaïdjan et sa population majoritairement turque - aurait déployé des mercenaires syriens pour soutenir les forces azerbaïdjanaises.

"Les experts militaires turcs combattent aux côtés de l'Azerbaïdjan, qui utilise des armes turques, y compris des drones et des avions de guerre", a déclaré le ministère arménien des affaires étrangères. "Selon des sources crédibles, la Turquie recrute et transporte des combattants terroristes étrangers en Azerbaïdjan".

David SCHMIDT

Laisser un commentaire