David SCHMIDTMonde

La famille de Fawaz retient son souffle, 48 heures sans communications avec le gang

Le sort de l'enfant enlevé reste inconnu.

Sur le sort de l’enfant syrien Fawaz Qetaifan, l’Observatoire syrien des droits de l’homme a confirmé que la communication avec le gang a été complètement coupée, ce qui laisse penser que les ravisseurs craignent que les communications ne soient surveillées en cas de communication avec la famille de l’enfant.

Les répercussions de l’affaire de l’enlèvement de l’enfant syrien, Fawaz al-Qutayfan, se poursuivent toujours, au milieu de nombreux avertissements sur la gravité de la situation.

Le délai que le gang a fixé à la famille de l’enfant a expiré ce mercredi, sans  nouvelle au cours des dernières heures, la famille annonçant avoir collecté la totalité du montant requis.

Au milieu de ces développements, l’Observatoire syrien des droits de l’homme a confirmé aujourd’hui que la communication avec le gang a été complètement coupée, ce qui suggère que les ravisseurs craignent que les communications ne soient surveillées en cas de communication avec la famille de l’enfant, surtout après la sécurité les services sont intervenus dans l’affaire, qui est devenue un problème d’opinion publique.

Voici l’article de l’observatoire Syrien:

Deux jours après l’expiration du délai pour la remise de la rançon au gang qui a enlevé “Fawaz Qutayfan” à Daraa, dans le sud de la Syrie. Cependant, jusqu’à présent, le gang, qui a enlevé l’enfant et brisé le cœur des personnes qui ont vu les images montrant l’enfant brutalement torturé, n’a toujours pas contacté la famille.

Les sources de SOHR ont confirmé que la famille de l’enfant, jusqu’à présent et depuis que le gang a envoyé la dernière menace, n’a pas reçu de nouvelles de leur fils ni même d’informations sur son sort en raison de la coupure totale de la communication avec le gang.

Hier, SOHR a publié que les jours passent et que l’enfant kidnappé “Fawaz Qutayfan” est toujours loin de sa famille, enlevé par des personnes sans pitié qui ne connaissent rien de l’humanité et de l’enfance.

L’enlèvement de Fawaz est devenu un sujet public, ce qui a semblé confondre les ravisseurs, puisque la date limite pour la remise de la rançon a été fixée, aucun des ravisseurs n’a communiqué avec la famille de Fawaz.

Pendant ce temps, la zone d’Abtaa dans la campagne de Daraa est toujours complètement assiégée et bouclée.

Selon les sources du SOHR, les forces de sécurité ont tendance à s’attaquer à cette question, alors que la résolution pacifique continue de vaciller.

Les sources de l’Observatoire syrien ont rapporté que la famille de l’enfant enlevé “Fawaz Qatifan” attend toujours un appel du gang pour leur remettre la rançon après qu’elle ait été collectée.

Il convient de noter que le délai pour la remise de la rançon expire mercredi. Cependant, jusqu’à présent, les ravisseurs n’ont toujours pas contacté la famille, et aucun détail supplémentaire n’a encore été signalé.

Les sources de SOHR ont également rapporté que les parents de Fawaz Qutayfan attendent toujours un appel téléphonique du gang pour remettre la somme convenue après avoir réussi à collecter la rançon demandée pour libérer l’enfant.

Cependant, la communication avec le gang est complètement coupée. On pense que les membres du gang craignent que leurs communications soient surveillées s’ils communiquent avec les parents de l’enfant.

Cette situation survient après que les services de sécurité du régime soient intervenus pour traiter l’affaire, qui est devenue un problème public.

Le 7 février, les militants de SOHR ont rapporté que la famille de l’enfant enlevé “Fawaz Qutayfan” a confirmé qu’elle avait réussi à collecter la rançon demandée pour libérer l’enfant. Les ravisseurs, qui avaient enlevé l’enfant il y a plus de trois mois, ont demandé 400 millions de SYL en échange de sa libération.

L’argent a été collecté par les membres de la tribu Al-Qutaifan à l’intérieur et à l’extérieur de la Syrie, tandis que la famille de l’enfant attend de communiquer avec le gang pour leur donner de l’argent et recevoir “Fawaz”.

Des sources de SOHR ont confirmé que la famille attend un appel du gang, car elle n’a reçu aucune réponse jusqu’à présent.

D’autre part, des dignitaires de la campagne occidentale de Daraa ont émis un jugement tribal pour deux jeunes hommes de Sahem Al-Golan pour leur “implication dans l’enlèvement d’un jeune homme de la même ville le mois dernier”. Le jugement stipule le renvoi des deux jeunes hommes hors des provinces de Daraa et d’Al-Quneitra, ainsi qu’une amende de 20 millions de SYL. La famille du jeune homme kidnappé a renoncé à cette somme.

De plus, les sources de SOHR ont obtenu de nouvelles informations sur le cas de “Fawaz Qutayfan” qui a été kidnappé par un gang dans la province de Daraa le 2 novembre. Selon les sources de SOHR, la famille de l’enfant a reçu de nouvelles menaces de la part du gang “de démembrer les doigts de l’enfant s’ils ne recevaient pas la rançon d’ici mercredi.”

Dans le même temps, d’autres sources ont déclaré que l’enfant serait libéré dans quelques heures, conformément à un accord conclu entre la famille de l’enfant et le gang pour libérer le garçon après avoir reçu la rançon.

D’autre part, des sources fiables de SOHR ont rapporté l’arrivée de troupes militaires des “5èmes récoltes” soutenues par la Russie et des forces du régime dans la ville d’Abtaa, dans la campagne centrale de Daraa, et ont complètement encerclé la région suite à des informations sur la présence d’un enfant dans la ville.
Le 4 février, SOHR a obtenu une vidéo montrant un enfant de huit ans appelé “Fawwaz Qutayfan” torturé brutalement par les ravisseurs afin de forcer sa famille à payer une rançon.

L’enfant, qui a été kidnappé il y a trois mois, est originaire de la ville d’Abtaa, dans la campagne moyenne de Daraa.

Selon les sources, l’enfant a été enlevé par des hommes masqués sur une moto le 2 novembre, alors qu’il se rendait à l’école avec sa sœur.

Les ravisseurs ont demandé une importante rançon, estimée à 500 millions de SYL (150 000 USD), en échange de sa libération.

La vidéo montre le garçon suppliant les ravisseurs d’arrêter de le battre, en disant “ne me battez pas, pour l’amour de Dieu”.

Des sources ont également rapporté que les ravisseurs ont envoyé plusieurs séquences vidéo à la famille de l’enfant, le montrant en train d’implorer sa libération.

Source : syriahr

David SCHMIDT

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Articles similaires

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page