FlashGuerre en UKRAINEMonde

Le témoignage glaçant d’Elena, violée par des soldats russes

Signalée aux forces russes par un concitoyen comme étant la femme d'un soldat ukrainien

Ayant parfois du mal à contrôler ses émotions, Mme Elena insiste sur le fait qu’elle veut raconter l’histoire du viol qu’elle a subi aux mains de deux des soldats russes qui ont pris le contrôle de sa ville natale dans le sud de l’Ukraine.

Signalée aux forces russes par un concitoyen comme étant la femme d’un soldat ukrainien, Mme Elena, dont le nom a été modifié pour protéger son identité, raconte un calvaire qui a duré des heures.

Son histoire est similaire à celle d’autres victimes documentées par des organisations de défense des droits de l’homme qui affirment que le viol est utilisé comme une “arme de guerre” en Ukraine.

S’adressant à l’AFP dans la ville de Zaporizhzhia après avoir réussi à évacuer la région de Kherson tenue par les Russes, Mme Elena attend un bus pour retrouver ses quatre enfants dans le centre de l’Ukraine.

Son mari a été envoyé sur la ligne de front et Mme Elena est restée sur place pour essayer d’organiser un déménagement plus important de leurs biens vers une partie plus sûre du pays.

Mais elle n’a pas été en mesure d’obtenir une voiture et la situation sur le terrain a rapidement changé, les troupes russes ayant repris la ville.

“C’EST LA FEMME D’UN SOLDAT”.

Tout s’est passé dans l’après-midi du 3 avril.

“Vers 15 heures, je suis allée au magasin. Pendant que je faisais la queue, des soldats russes sont entrés et ont commencé à parler aux clients”, raconte Mme Elena.

“Je ne pouvais pas entendre ce qu’ils disaient, mais je me suis rendu compte que l’un des résidents me montrait du doigt en disant ‘C’est une banderovka !'”.

Le terme fait référence au leader nationaliste ukrainien de la guerre, Stepan Bandera, qui a collaboré avec l’Allemagne nazie pour lutter contre l’Union soviétique. Il est fréquemment utilisé par les autorités russes comme une manière désobligeante de désigner les responsables ukrainiens ayant des opinions supposées nationalistes.

Selon elle, l’homme qui l’a désignée a dit : “C’est à cause de ce genre de personnes que la guerre a éclaté”, ajoutant : “C’est la femme d’un soldat”.

“J’ai compris qu’ils me regardaient, alors j’ai rapidement quitté le magasin. J’ai juste eu le temps de rentrer dans ma maison. Les deux soldats russes sont entrés par la porte après moi. Je n’ai pas eu le temps de sortir mon téléphone pour appeler à l’aide ou pour faire quoi que ce soit.

“Sans un mot, ils m’ont poussée sur le lit. Ils m’ont maintenue au sol avec un fusil et m’ont déshabillée”, a raconté la jeune femme, fondant en larmes.

“Ils ne disaient pas grand-chose. Parfois, ils m’appelaient ‘banderovka’ ou ils se disaient ‘à ton tour’. Puis, à 4 heures du matin, ils sont partis parce que c’était leur tour d’être de service” dans leur camp.

Mme Elena a déclaré qu’elle n’avait parlé à aucun médecin ou thérapeute de cette épreuve, ni à son mari.
“Je suis une sage-femme. Je me suis soignée moi-même”, a-t-elle déclaré.

“Je trouverai tout ce dont j’ai besoin une fois que j’aurai atteint ma destination. Je veux juste voir mes enfants”.

Interrogée sur son état physique et mental, elle craque à nouveau.

“Dégoûtant. Très dégoûtant. Je ne veux pas vivre”, dit-elle.

SEPT CAS SIGNALÉS AU SERVICE D’ASSISTANCE TÉLÉPHONIQUE

Le cas de Mme Elena est loin d’être le seul.

La branche ukrainienne de La Strada, une organisation de défense des droits des femmes, a déclaré avoir reçu des appels sur sa ligne d’assistance concernant sept cas de viol.

Mais Mme Alina Kryvoulyak, une représentante du groupe, a déclaré à l’AFP que davantage de femmes et de filles pourraient se manifester une fois le choc initial dissipé.

“Il pourrait y avoir des centaines ou des milliers de femmes et de jeunes filles qui ont été violées”, a-t-elle dit.

Le premier appel reçu par La Strada le 4 mars concernait un “viol collectif d’une mère et de sa fille de 17 ans par trois hommes” à Kherson.

Les autres cas se situaient dans la région de Kiev, a-t-elle précisé.

“Les soldats russes ont commis des violences sexuelles à l’encontre de femmes et d’hommes ukrainiens, d’enfants et de personnes âgées”, a déclaré cette semaine Iryna Venediktova, procureur général d’Ukraine.

Elle a toutefois reconnu qu’il était difficile de recueillir des preuves dans un pays en guerre où les signaux téléphoniques et la couverture électrique sont, au mieux, inégaux.

Pour sa part, Mme Elena a déclaré qu’elle pensait que les forces ukrainiennes “se vengeront” lorsqu’elles reprendront les zones actuellement tenues par les troupes russes.

“Je montrerai du doigt les personnes qui m’ont distinguée. Je les montrerai du doigt à mon mari”. 

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Articles similaires

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page