Monde

Permis de tuer : Les forces israéliennes tuent 5 Palestiniens et 2 enfants, en moins de 12 heures

Tirer pour tuer. Pas pour appréhender, pas pour blesser. Pour tuer.

L’armée israélienne donne à ses soldats un permis de tuer

Tirer pour tuer. Pas pour appréhender, pas pour blesser. Pour tuer. Telle est l’éthique de l’IDF 2016.

Les soldats des FDI sont appelés à tuer des enfants palestiniens. Tuez, soldats, tuez. Il ne vous arrivera rien de mal si vous déchirez le corps d’un adolescent palestinien en fuite en lui tirant trois balles à courte distance – vos commandants et Yair Lapid vous acclameront. Tirez sans crainte sur les lanceurs de pierres, tirez sur toute personne suspecte, du moment qu’elle est palestinienne.

Israël a condamné une jeune Palestinienne de 13 ans à la prison

Le soldat qui a tiré sur un assaillant palestinien maîtrisé à Hébron sera accusé d’homicide involontaire.
Bernie Sanders a raison. Israël a fait un usage disproportionné de la force à Gaza.

Ne vous méprenez pas : tirer pour tuer. Pas pour appréhender, pas pour blesser. Pour tuer. L’ordre mythologique “suivez-moi” dans sa nouvelle signification est “suivez-moi pour tuer des enfants ; suivez-moi pour assassiner”. C’est l’éthique de l’IDF 2016.

Les règles d’engagement sont mises à jour en conséquence. Ce qui est permis au commandant de la division Binyamin est permis à tout soldat. Le commandant de la division donne l’exemple. Par conséquent, que le bourreau d’Hébron soit libéré immédiatement.

Après l’incroyable décision de l’avocat général des armées, le général de brigade Sharon Afek, de clore le dossier du colonel Yisrael Shomer, il n’y a plus de raison de poursuivre la farce de l’enquête sur le bourreau d’Hébron.

Les FDI délivrent sans vergogne des permis de tuer signés par l’Avocat général des armées. Il n’y a plus besoin de tromper le public avec des procédures légales absurdes contre un paramédical militaire mineur, alors que le commandant de division, un bourreau comme lui, a été déclaré innocent. Ce qui est permis à Jove (Jupiter) est permis à un bœuf (les mortels).

Le chef d’état-major Gadi Eisenkot et le ministre de la défense Moshe Ya’alon peuvent arrêter de faire leurs beaux discours creux. Ils sont les commandants d’une armée qui n’a pas jugé le colonel Shomer, ce qui fait d’eux les commandants d’une armée qui légitime les crimes.

Un rappel : Une grosse pierre a frappé la jeep du commandant de division Shomer alors qu’il roulait, probablement lentement, dans un embouteillage entre Qalandiyah et A-Ram en juillet dernier. Le commandant de division était furieux. Il a quitté la jeep et a poursuivi l’adolescent qui s’enfuyait, qu’il soupçonnait d’avoir jeté la pierre qui a brisé la vitre de la jeep.

Shomer a tiré sur le jeune à une distance de sept ou huit mètres, trois balles dans le haut du torse. Le garçon est tombé, en sang, et le commandant n’a même pas pensé à appeler une aide médicale. Il est remonté dans la jeep et a pris la fuite. Que s’est-il déjà passé ? Le commandant a tué un garçon palestinien, rien de grave.

Mais c’était une affaire particulièrement horrifiante. Shomer n’était sûrement pas intéressé par l’identité de sa victime, dont la vie ne valait rien à ses yeux. Mais la victime était Mohammad, fils de Fatma et Sami Kosba du camp de Qalandiyah. J’ai raconté leur histoire en 2002 (“Les 40 jours de Sami Kosba”, Haaretz, 5 février 2002).

Le couple avait perdu deux enfants en 40 jours. Des soldats des FDI ont tué leurs fils Yasser, âgé de 10 ans, et Samer, âgé de 15 ans, leur tirant tous deux une balle dans la tête à courte portée. Le porte-parole des FDI a déclaré à l’époque que Yasser était un “incitateur en chef”, pour justifier son meurtre crapuleux. Après la mort des deux hommes, leur frère Tamer, âgé de 17 ans, a été grièvement blessé. Et puis, l’été dernier, le colonel Shomer a tué Mohammed, 17 ans, qui n’avait que 4 ans lorsque ses deux frères ont été tués.

L’adolescent en fuite n’a pas mis en danger la vie du commandant de la division. La fusillade était un acte de punition et de vengeance, impétueux, de l’espèce la plus méchante et la plus ignoble. Exécuté par un commandant supérieur. Lui aussi savait que rien de mal ne lui arriverait. Shomer a prétendu qu’il avait visé les jambes du garçon – voilà une autre raison de l’écarter. Soit il a menti, soit c’est un mauvais tireur.

Mais Shomer ne sera pas traduit en justice. Pourquoi cela ne nous surprend-il pas ? Après neuf mois d’enquête, qui auraient pu se terminer en neuf jours, l’Avocat général des armées a qualifié sa conduite d'”erreur opérationnelle” et a classé le dossier.

L’Avocat général des armées sait aussi ce qu’on attend de lui : enquêter rapidement et sans compromis sur les soupçons d’infractions sexuelles, comme dans le cas du général de brigade Ofek Buchris, et clore les dossiers des bourreaux comme le colonel Shomer.

Le message est clair : un baiser par la force est considéré plus sévèrement dans les FDI qu’une exécution. Soldats, prenez garde : Tuer des Palestiniens est tout à fait acceptable. Allez-y, tirez.

Permis de tuer : Les forces israéliennes tuent 5 Palestiniens, dont 2 enfants, en moins de 12 heures.

Face à la politique internationale de silence sur les graves crimes et violations commis par les forces israéliennes dans le territoire palestinien occupé (TPO), les forces israéliennes ont continué à commettre de manière flagrante de nouveaux crimes et violations contre les civils palestiniens. En moins de 12 heures, les forces israéliennes ont tué quatre civils palestiniens, dont deux enfants, à Hébron et un cinquième dans la bande de Gaza. Cette escalade coïncide avec les mesures arbitraires et coercitives prises par Israël à Jérusalem-Est occupée et dans sa banlieue pour isoler les quartiers arabes en application d’une série de décisions du Cabinet israélien. Le Centre palestinien des droits de l’homme (PCHR) condamne avec la plus grande fermeté le mépris des forces israéliennes pour la vie des civils palestiniens, la politique du “tirer pour tuer” en cas de suspicion de tentative de poignarder des soldats et des colons israéliens, et les politiques arbitraires appliquées à Jérusalem occupée. De plus, la Commission demande à la communauté internationale de prendre des mesures immédiates et de remplir ses obligations légales et morales pour protéger les civils palestiniens dans le territoire palestinien occupé. Le PCHR estime également que le silence de la communauté internationale face à ces crimes encourage le gouvernement israélien à poursuivre sa politique qui viole le droit humanitaire international.

Selon les enquêtes menées par la PCHR concernant les derniers crimes israéliens :

Le mardi 20 octobre 2015, vers 08h00, des dizaines d’écoliers du village de Beit Awwa, au sud-ouest de Doura, au sud-ouest d’Hébron, ont organisé une manifestation en direction du mur d’annexion, à l’ouest dudit village. En raison de quoi, les forces israéliennes ont pénétré dans la zone par la porte de fer de sécurité du mur. Les manifestants ont jeté des pierres sur les soldats israéliens qui les ont poursuivis et ont tiré des grenades lacrymogènes jusqu’à ce qu’ils atteignent les maisons palestiniennes. Vers 10h45, alors que quatre soldats israéliens étaient présents entre les maisons palestiniennes, Oday Hesham Mohammed al-Masalma (24 ans) portait un sac contenant des olives et marchait entre les arbres. Oday a poignardé l’un des soldats au bras, mais les 3 autres soldats ont ouvert le feu sur lui, ce qui l’a fait tomber au sol et rouler dans une descente en terre. Ils l’ont poursuivi et l’ont abattu. Les forces israéliennes ont refusé pendant une demi-heure l’accès aux blessés aux secouristes, qui sont arrivés dans l’ambulance du Croissant-Rouge palestinien (CRP). Les forces israéliennes se sont ensuite retirées, tandis que le cadavre était transporté à l’hôpital gouvernemental d’Hébron. Après examen médical, il s’est avéré qu’Oday avait reçu plusieurs blessures par balle à la jambe gauche, causant des lacérations dans les vaisseaux sanguins, et une blessure par balle à l’arrière gauche de la tête. Selon les investigations de la PCHR, les forces israéliennes auraient pu arrêter la personne susmentionnée après l’avoir blessée.

Vers 15h00, les forces israéliennes stationnées sur la route principale, en face de la colonie de “Gosh Etzion”, au sud de Bethléem, ont ouvert le feu sur un véhicule civil palestinien. Le conducteur, Hamza Mousa al-‘Amla (25 ans), du village de Beit Oula, à l’ouest d’Hébron, a été tué de plusieurs balles. Son cadavre a été transporté par une ambulance militaire israélienne vers une destination inconnue. Les forces israéliennes ont affirmé qu’al-‘Amla avait renversé deux colons sur le bord de la route.

Dans un nouveau crime de sang-froid, les forces israéliennes ont tué dans la soirée deux enfants de la famille al-Ja’bari dans les environs de la colonie de “Kiryat Arba”, à l’est d’Hébron.

Selon les enquêtes du PCHR et les déclarations de témoins oculaires, vers 21h30, des dizaines de colons ont organisé une manifestation en direction de la colonie de “Kiryat Arba” et de la mosquée Ibrahimi à Hébron. Pendant ce temps, Bashar Nizam Jamil al-Ja’abari (15 ans) et son cousin Hussam Isma’il Jamil al-Ja’abari (17 ans) rentraient chez eux dans le quartier d’al-Ras, adjacent à la colonie susmentionnée. Alors qu’ils regardaient la manifestation, les deux enfants se tenaient à côté d’un soldat israélien, qui se trouvait à l’angle du bâtiment d’al-Rajabi dont les colons israéliens tentent de prendre le contrôle. Le soldat était appuyé contre le mur et parlait normalement aux deux enfants lorsque ces derniers lui ont demandé de les aider à passer par la porte en fer qui sépare le bâtiment susmentionné de leur lieu de résidence. Lorsque les deux enfants qui se dirigeaient vers la porte n’étaient plus qu’à deux mètres du soldat, d’autres soldats israéliens installés dans une tour de guet militaire dans la zone ont ouvert le feu sur les enfants et les ont tués immédiatement. Les forces israéliennes ont détenu les cadavres des enfants et ont interdit l’accès de la zone aux civils palestiniens et aux ambulances.

Dans la bande de Gaza, vers 16h00, les forces israéliennes stationnées le long de la barrière frontalière avec Israël, à l’est du camp de réfugiés d’al-Bureij, ont ouvert le feu sur un groupe de civils palestiniens, qui se trouvaient dans un champ agricole situé à environ 350 mètres de la barrière susmentionnée. Ahmed Sharif al-Sarahi (30 ans), originaire de Deir al-Balah, a été tué après avoir reçu trois balles dans la poitrine, tandis que deux autres personnes ont été blessées. La radio de l’armée israélienne a rapporté que les forces israéliennes ont tué un sniper palestinien et en ont blessé deux autres. Il convient de mentionner que les avions de guerre israéliens avaient déjà visé la maison d’al-Sarhi à l’été 2014 lors de l’offensive israélienne sur la bande de Gaza.

Ainsi, le nombre de civils palestiniens tués depuis début octobre s’élève à 47 Palestiniens, dont 12 enfants et une femme, dans l’oPt.

L’escalade de la commission de ces crimes coïncide avec les mesures arbitraires et coercitives israéliennes dans Jérusalem occupée et sa banlieue. Suite à la décision du Cabinet israélien d’isoler les quartiers arabes en réponse aux “attaques” dans la ville, les forces israéliennes ont commencé à imposer un cordon sur les villages et les quartiers de Jérusalem-Est occupée en fermant ses entrées avec des cubes de ciment et en établissant des points de contrôle, en plus d’ériger des barrières de fer dans les rues et les routes principales. Tout ceci fait partie de la politique de punition collective pratiquée par les forces israéliennes contre les habitants de Jérusalem. Depuis la publication de la décision susmentionnée, les forces israéliennes ont commencé à appliquer la politique consistant à isoler les quartiers de la ville les uns des autres et à ériger des barrières de fer et des points de contrôle dans les rues, en particulier dans la vieille ville et ses marchés. Elles ont fermé hermétiquement les entrées et les rues menant aux villages d’al-Sawana, de la vallée d’al-Jouz, de Sour Baher, d’al-Mukaber Mountiain, d’al-Eisawiya, de Silwan et de Ras al-Amoud. Ainsi, ils perturbent délibérément la vie dans la ville occupée, entravent les mouvements des civils et augmentent leurs souffrances quotidiennes.

Le PCHR condamne fermement ces crimes qui prouvent le nombre croissant de meurtres parmi les civils palestiniens dans le TPO en général et à Jérusalem-Est occupée en particulier. De plus, la PCHR souligne que dans les cas susmentionnés, les forces israéliennes auraient pu utiliser moins de force contre les victimes ou les arrêter et les attacher si leurs allégations étaient vraies. Le PCHR réitère son appel à la communauté internationale pour qu’elle prenne des mesures immédiates et efficaces pour mettre fin à ces crimes et réitère son appel aux Hautes Parties Contractantes de la Quatrième Convention de Genève de 1949 pour qu’elles remplissent leurs obligations en vertu de l’article 1, c’est-à-dire de respecter et de faire respecter la Convention en toutes circonstances, et leur obligation en vertu de l’article 146 de poursuivre les personnes présumées avoir commis des infractions graves à la Quatrième Convention de Genève. Ces infractions graves constituent des crimes de guerre au sens de l’article 147 de la même Convention et du Protocole I additionnel aux Conventions de Genève.

David SCHMIDT

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Articles similaires

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page