FlashMonde

Persécution des chrétiens au Pakistan

Pourquoi les chrétiens du Pakistan sont-ils visés ?

Au Pakistan, les chrétiens sont persécutés en permanence:
humiliés, menacés, pourchassés, torturés et tués.

Les chrétiens du Pakistan, comme les autres minorités religieuses du pays, ont été la cible d’une escalade d’attaques ces dernières années.

Ces attaques, qui visent leurs zones résidentielles et leurs lieux de culte, ont été principalement motivées par les lois controversées du pays sur le blasphème.

Mais il y a également eu des motifs politiques.
M. Ilyas Khan, de la BBC, en dit plus sur la communauté et sur les raisons pour lesquelles elle est prise pour cible.

Combien y a-t-il de chrétiens au Pakistan ?

Le Pakistan est majoritairement musulman, mais les chrétiens et les hindous constituent les groupes minoritaires les plus importants, chacun représentant environ 1,6 % de la population.

Des chrétiens pakistanais assistent à la messe du vendredi saint à l’église Saint-Antoine de Karachi le 25 mars

En plus de Karachi, d’autres villes comme Lahore, Faisalabad et Peshawar ont également des populations chrétiennes

La métropole du sud de Karachi compte une importante population chrétienne, tout comme les villes de Lahore et de Faisalabad.

Il y a d’innombrables villages chrétiens dans le cœur du Pendjab, tandis qu’il y a aussi une population importante dans la province très conservatrice du nord-ouest Khyber Pakhtunkhwa, en particulier dans la ville de Peshawar.

Avant la partition de l’Inde, ce qui est aujourd’hui le Pakistan était un endroit beaucoup plus diversifié, mais la tolérance a diminué à mesure que la société s’est islamisée et est devenue plus homogène.

Les minorités représentaient autrefois 15 % de la population dans ces villes.
Aujourd’hui, elles représentent moins de 4 %.

Sont-elles un groupe influent ?

La majorité des chrétiens du Pakistan descendent d’hindous de basse caste qui se sont convertis pendant le Raj britannique en partie pour échapper au système des castes. Les minorités religieuses, y compris les chrétiens, sont de plus en plus prises pour cible dans le contexte de l’islamisation croissante du Pakistan. Nombre d’entre eux fournissent de la main-d’œuvre dans les villes de garnison. En fait, à ce jour, chaque ville de cantonnement au Pakistan possède une zone appelée Lal Kurti, qui est traditionnellement le lieu de résidence des chrétiens.

Mais les communautés chrétiennes restent parmi les plus pauvres de la société et font encore souvent des travaux subalternes. Des villages entiers dans certaines parties du Pendjab sont chrétiens et leurs habitants travaillent comme ouvriers et comme fermiers.

Cependant, certaines parties de la communauté chrétienne sont plus aisées. Plus instruits et principalement installés à Karachi, ils sont venus de Goa pendant le Raj britannique.

Tous partagent cependant un sentiment de vulnérabilité. Ainsi, un certain nombre de chrétiens plus aisés ont quitté le Pakistan pour s’installer dans des pays comme le Canada et l’Australie, car ils estiment que le climat d’intolérance dans le pays est devenu insupportable.

Pourquoi sont-ils attaqués ?

La plupart des musulmans et des chrétiens coexistent assez amicalement, sans manifestations fréquentes d’animosité.

Mais les accusations de blasphème ont aussi souvent conduit à des violences collectives contre les chrétiens, tandis que les islamistes militants ont également pris la communauté pour cible.

Parmi les attaques récentes, on peut citer

  • Un attentat contre une église à Quetta en décembre 2017, qui a fait neuf morts et 57 blessés
  • Un attentat suicide visant les chrétiens qui célèbrent Pâques sur un terrain de jeu de Lahore en mars 2016 a fait 70 morts et plus de 340 blessés.
  • Deux attentats à la bombe dans des églises de Lahore en mars 2015 ont tué 14 personnes et en ont blessé plus de 70.
  • Un double attentat suicide à la bombe dans une église de Peshawar en 2013 a fait environ 80 morts.
  • En 2009, près de 40 maisons et une église ont été brûlées par une foule dans la ville de Gojra, au Pendjab, et huit personnes ont été brûlées vives.
  • En 2005, des centaines de personnes ont fui leurs foyers à Faisalabad, lorsque des églises et des écoles chrétiennes ont été incendiées par une foule, après qu’un habitant ait été accusé d’avoir brûlé des pages du Coran.

Un chrétien pakistanais brûle une effigie des talibans lors d’une manifestation à Karachi le 23 septembre 2013, en réaction aux attentats à la bombe dans une église de Peshawarimage.
Les chrétiens ont organisé des manifestations anti-talibans après les attentats à la bombe de Peshawar en 2013.

Depuis les années 1990, des dizaines de chrétiens ont également été condamnés pour « profanation du Coran » ou « blasphème contre le prophète Mahomet », bien que les experts affirment que la plupart des accusations sont alimentées par des disputes personnelles.

Alors que la plupart ont été condamnés à mort par des tribunaux inférieurs, ces condamnations ont souvent été annulées par des tribunaux supérieurs en raison du manque de preuves ou parce qu’il s’est avéré que les plaignants visaient la communauté pour des raisons économiques.

En 2012, une jeune fille chrétienne, Rimsha Masih, est devenue la première non-musulmane à être acquittée dans une affaire de blasphème lorsqu’il a été découvert qu’elle avait été piégée par un religieux musulman local.
Des manifestants pakistanais crient des slogans lors d’une manifestation contre l’exécution du meurtrier condamné Mumtaz Qadri à Lahore le 29 février 2016.

De nombreux islamistes ont vu Qadri comme un martyr et ont protesté contre son exécution

L’exemple le plus connu est peut-être celui d’Asia Bibi, une femme chrétienne d’un village du Pendjab qui, en 2010, a eu une altercation avec des femmes musulmanes et a été accusée par celles-ci d’avoir blasphémé.

Salman Taseer, le gouverneur du Pendjab de l’époque, qui a déclaré que la loi pakistanaise stricte sur le blasphème avait été violée dans cette affaire, a ensuite été assassiné par son garde du corps islamiste, Mumtaz Qadri. Qadri a été déclaré coupable et exécuté en février 2016, ce qui a suscité des protestations de masse.

Le ministre pakistanais des minorités et leader chrétien, Shahbaz Bhatti, a été assassiné en 2011 par les talibans pour avoir dénoncé la loi.

Y a-t-il d’autres raisons ?

Des chrétiens pakistanais marchent dans une rue d’un quartier chrétien de taudis à Islamabad le 10 décembre 2015. De nombreux chrétiens sont parmi les plus pauvres de la société pakistanaise

Une partie de la violence est directement liée à la guerre menée par les Américains en Afghanistan, elle a donc un motif expressément politique.

Quelques mois après l’attaque de la coalition américaine en Afghanistan fin 2001, une attaque à la grenade sur une chapelle à l’intérieur d’un hôpital missionnaire chrétien de la ville de Taxila a tué quatre personnes.

Quelques mois plus tard, des hommes armés ont exécuté six employés d’une organisation caritative chrétienne dans leur bureau de Karachi. Ces incidents, bien qu’isolés, ont continué au fil des ans.

Les attaques contre les minorités chrétiennes et hindoues du Pakistan pourraient faire partie d’un plan militant visant à envoyer un message à l’Occident ou à embarrasser les gouvernements civils du pays lorsqu’ils semblent trop favorables à l’Occident.

Il pourrait également s’agir d’une stratégie des puissants militaires du pays qui sont connus pour avoir protégé les militants islamistes opérant en Afghanistan et en Inde, et qui ont soutenu les groupes d’autodéfense antiblasphème dans le passé.

Deux jeunes sœurs chrétiennes de 26 et 28 ans ont été assassinées en début d’année dans la ville de Lahore, après avoir refusé de se convertir à l’islam. Une information rapportée par l’agence Fides, et qui n’a malheureusement rien d’étonnant.

Au Pakistan, les chrétiens sont persécutés en permanence: humiliés, menacés, pourchassés, torturés et tués.

Abida et Sajida travaillaient dans une usine de fabrication de médicaments ontt disparu le 26 novembre dernier. Leur famille a déposé plainte et ne dissimulait pas son inquiétude, car les deux sœurs s’étaient plaintes de harcèlement sexuel et d’ordres de se convertir à l’islam, de la part de deux de leurs collègues de travail musulmans.

Selon la police qui a retrouvé les corps il y a quelques jours, Abida et Sajida auraient été menottes et étranglées. Les deux hommes ont été arrêtés. Ce double meurtre a évidemment provoqué l’indignation de la communauté chrétienne locale. “Ce meurtre sans pitié d’Abida et de Sajida constitue une tragédie qui montre combien la vie des minorités religieuses au Pakistan tient à un fil, voire même est privée de toute valeur”, a déclaré Nasir Saeed, qui dirige l’association humanitaire CLAAS (Centre for Legal Aid Assistance & Settlement).

Les deux soeurs vivaient dans le quartier de Makhan, dans la banlieue de Lahore, deuxième ville du pays. Selon le pasteur Amir Salamat Masih, qui connaît la famille des victimes, “la majorité de la population de ce quartier est composée de chrétiens très pauvres et analphabètes”, qui “n’ont pas d’autre choix que de travailler dur comme ouvriers dans les usines des environs, pour y produire des vêtements, des chaussures, des médicaments, des matériaux variés”.

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page