David SCHMIDTVie au quotidien

Quand la trahison est-elle trop importante pour être pardonnée ?

Profit de gentillesse ? Céder à la peur d'être seul ?

Quand la trahison est-elle trop importante pour être pardonnée ?

Les histoires de pardon pour adultère manquent rarement de captiver l’imagination. Être infidèle à une personne que l’on est censé chérir par-dessus tout est largement considéré comme un péché impardonnable. Pourtant, certains couples persévèrent malgré l’indiscrétion, et certains d’entre eux prospèrent.

Un de ces couples est un de mes amis. Il a découvert qu’elle avait une liaison avec un collègue de travail. Cela l’a presque déchiré. Cela a déchiré leur relation pendant un certain temps. Mais ils se sont remis ensemble, et semblent plus forts que jamais.

Cependant, cela a pris du temps. Il leur a fallu du temps pour réparer les profondes déchirures dans le tissu de leur relation. Il a également fallu du temps avant que leurs amis acceptent que les réparations soient solides, et non les cordes fragiles d’un pur désespoir.

Cherchait-elle vraiment son pardon ? Ou cherchait-elle simplement à obtenir son indulgence ?

Les distinctions sont importantes.

Trop souvent, les personnes qui ont été trahies dans leurs relations semblent vouloir pardonner, alors qu’elles ne font que céder. Ils ne veulent plus souffrir et préfèrent revenir à la situation antérieure. Ils acceptent donc les excuses de leur amant et acceptent de passer à autre chose.

Comment a-t-il pu lui pardonner ? Il doit simplement préférer l’idée de leur vie commune à la réalité de la vie séparée. Mais est-ce une façon de vivre ? Profite-t-elle de sa gentillesse ? Est-il en train de céder à sa peur d’être seul ?

Avec le temps, il est apparu que sa trahison avait vraiment été pardonnée, en grande partie parce que les deux parties ont accepté que la trahison n’était pas seulement la sienne. Il avait trahi leur relation de bien d’autres façons – la négligence et la distraction étaient ses maîtresses aussi réelles que son autre amant.

La trahison n’était pas trop importante à pardonner car elle était partagée. Et le pardon était sincère et ample. Bien sûr, ce n’est pas toujours le cas. Certaines trahisons ne sont jamais pardonnées.

Mais est-ce parce que la trahison était trop grande, ou parce que les parties en question sont trop petites ?

Prenons un couple. Elle a accepté ses excuses pour la liaison qu’il avait eue et sa promesse de ne plus jamais recommencer. Et il ne l’a pas fait, pendant un certain temps, jusqu’à ce que la tentation prenne le dessus et qu’il reprenne ses anciennes habitudes. Encore une fois, il s’est excusé, et encore une fois, elle a pardonné. Du moins, c’est ce qui a été dit – mais ce n’est pas vraiment ce qui a été fait.

Le pardon exige l’acceptation – complète – de tout ce qui a été fait ; les actions du traître et de la personne trahie. Le pardon exige que la responsabilité de ces actions soit également acceptée. Sans cela, il y a encore de la place pour le blâme. Et le blâme creuse les fissures dans toute relation.

En partie, elle lui reprochait encore sa trahison. Elle pensait que c’était entièrement sa faute. Et que ses actions étaient finalement les siennes. Mais qu’en est-il de la situation qui les a menés ? Qu’en est-il des éléments présents dans leur relation qui l’ont rendu possible ? Qu’en est-il des caractéristiques de sa personnalité qui ont contribué à l’issue finale ?

La trahison ici était la sienne autant que la sienne. En ne traitant pas correctement le problème, elle s’est trompée elle-même. Sans surprise, il a continué à la tromper, avant de la quitter pour une autre femme.

Rétrospectivement, elle a réalisé son erreur et a tenté de lui pardonner, avant de se pardonner elle-même. Elle y travaille encore – le pardon ne vient pas facilement.

S’il vient tout court.

Doit-il l’être ? A chaque fois ? Doit-on toujours pardonner ? Ou certaines trahisons sont-elles trop importantes ? Est-ce trop demander, parfois, à nous-mêmes et à nos partenaires, que de pardonner vraiment, véritablement ? Dans certaines situations, pour certaines personnes, le processus de pardon peut-il faire plus de mal que de bien ?

David SCHMIDT

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page