Vie au quotidien

Comment le bore-out peut détruire une personne

Comprendre le bore-out et s'en prémunir

Des employés stressés… qui se sentent constamment fatigués et sans vie, mettent peu d’énergie dans leur travail, réagissent de manière irritable ou sont même déprimés. En tant que manager, responsable des ressources humaines ou chef d’équipe, vous connaissez probablement le phénomène du « burnout » ?

Malheureusement, ce phénomène est courant sur le lieu de travail. Mais êtes-vous sûr d’avoir affaire à des burnouts, ou bien vos employés s’ennuient-ils et doit-on parler d’un « bore-out » ? Dans cette article, je vous aide à reconnaître un bore-out et à engager la conversation avec vos employés, en vous proposant des conseils concrets et des amorces de conversation.

Là où un burn-out est souvent lié à des employés trop passionnés et engagés dans leur travail, un bore-out survient lorsque les employés manquent de passion pour leur travail.

Qu’est-ce que le bore-out ?

Le terme « bore-out » est un phénomène relativement peu connu. Il peut être considéré comme un épuisement professionnel causé par l’ennui. L’épuisement professionnel survient souvent lorsque les employés, qui sont passionnés et engagés, travaillent trop dur sans prendre suffisamment de temps pour se détendre et se reposer. Au contraire, un bore-out se produit lorsque les employés manquent de passion pour leur travail. Ces employés se sentent structurellement insuffisamment stimulés.

Le bore-out peut se produire pour les raisons suivantes:

  • d’être surqualifié pour le poste,
  • d’avoir à faire beaucoup de travail répétitif,
  • ou simplement avoir trop peu de tâches pour s’occuper.

Un autre facteur négatif est le fait que les employés ne peuvent plus tirer de satisfaction ou d’épanouissement de leur travail. Ce sentiment d’inutilité peut être causé, par exemple, par l’absence de valeur ajoutée sociale ou personnelle de son travail. Pour résumer brièvement, il existe deux types de bore-out : le bore-out dû à une (trop) grande quantité de travail qui n’est ni satisfaisante ni utile, ou le bore-out dû à une trop petite quantité de travail qui est également trop facile.

Pourquoi le bore-out est-il si difficile à reconnaître ?

Le bore-out est provoqué par des causes fondamentalement différentes de celles du burn-out. Les symptômes ne sont que suspicieusement similaires. Il est donc difficile de reconnaître avec précision et à temps le bore-out de vos employés. De plus, les employés ne comprennent souvent pas pourquoi ils se sentent ainsi. Ou bien la honte joue un rôle important.

« Puis-je me sentir fatigué ou même déprimé alors que tout le travail est fait et géré facilement ? » En conséquence, ils consultent trop tard leur manager ou un conseiller.

Un autre facteur qui joue un rôle est qu’aujourd’hui  » ne pas avoir le temps  » et  » le stress «  est presque devenu la norme ou symbolise le statut :  » L’ennui ne vient pas seul, si vous vous ennuyez, vous avez peur d’être considéré comme quelqu’un de paresseux ou qui n’est pas assez innovant ». 7,5 % des employés doivent faire face à des plaintes de bore-out.

Quelle est l’ampleur du problème de l’ennui ?

Mais quelle est l’ampleur du problème de l’ennui au travail ?
Selon une enquête américaine menée auprès de 382 employés de bureau et 307 cadres supérieurs, il apparaît que les salariés s’ennuient 10,5 heures par semaine. D’ailleurs, 2 employés sur 5 indiquent qu’ils quitteraient leur emploi s’ils s’ennuyaient (structurellement).

Selon les recherches du médecin flamand et spécialiste du burn-out Luc Swinnen, 7,5% des employés doivent faire face à des plaintes de bore-out.

Une autre étude du Call Center College et de Lucent Technologies montre que 28 % de tous les employés qui quittent un centre d’appels mentionnent « l’ennui dû à un travail répétitif » comme principale raison de leur départ.

Les conséquences négatives au travail

Bien sûr, les employés comprennent qu’il peut y avoir des moments où il y a peu de travail ou que faire des tâches ennuyeuses et routinières peut parfois faire partie du travail. Cependant, les effets négatifs de l’ennui ne doivent pas être sous-estimés.

Trop d’ennui peut entraîner:

  • une baisse des performances des employés (procrastination),
  • une baisse de la productivité (passer du temps à consulter les médias sociaux et à régler des affaires privées),
  • une augmentation de l’absentéisme (dû à la fatigue, au stress ou au manque d’énergie positive),
  • et un engagement moindre (ne plus s’intéresser au travail).

Une autre raison essentielle pour laquelle le bore-out doit être pris au sérieux est qu’il peut arriver à n’importe qui, tout comme un burn-out. Nous sommes simplement soumis à des méga-tendances telles que l’individualisation, la numérisation et la mondialisation. « Le besoin d’épanouissement, de stimulation et d’autonomie des employés est de plus en plus grand, alors que nos emplois deviennent plus efficaces, plus uniformes et plus prévisibles. »

Par exemple, pensez  :

  • aux nombreux diplômés qui ne trouvent pas d’emploi correspondant à leur niveau d’études et de compétences
  • aux millénaux qui sont intrinsèquement motivés pour avoir un impact (social, environnemental) mais qui ne peuvent le faire dans leur emploi,
  • aux employés de l’industrie de la production qui doivent faire face à l’automatisation,
  • aux chauffeurs routiers qui sont soumis à des règles strictes et à un travail de routine,
  • aux quinquagénaires qui ne peuvent plus s’épanouir et se développer personnellement et professionnellement dans leur emploi actuel, mais qui n’osent pas abandonner en raison de la position de sauvegarde financière qu’ils occupent.

Pour se débarrasser du bore-out, il est important que les employés sachent ce qui les motive réellement et ce qui les rend enthousiastes.

Que pouvez-vous faire en cas de bore-out ?

Maintenant que vous savez quelles peuvent être les conséquences d’avoir des employés qui s’ennuient (trop), il est temps pour vous, de vous manager, de faire quelque chose ! Les amorces de conversation suivantes peuvent vous aider à déterminer si un ennui est susceptible de se produire.

Asseyez-vous avec vos collègues/employés et posez-leur les questions suivantes :

– Vous sentez-vous stimulé dans votre travail ?
– Apprenez-vous de nouvelles choses dans votre travail ?
– Avez-vous vos propres responsabilités ?
– Vous sentez-vous libre de faire votre travail comme vous le souhaitez ?
– Ne vous ennuyez-vous pas souvent ?
– Y a-t-il assez de travail à faire ?
– Trouvez-vous votre travail utile ?
– Vous sentez-vous en confiance au travail ?
– Pensez-vous que le temps passe vite dans votre travail ?
– Osez-vous changer d’emploi même si vous gagnez moins ?
– Vous sentez-vous toujours plein d’énergie après votre journée de travail (même si vous n’avez pas eu une journée chargée) ?
– Avez-vous des collègues intéressants ?

Les questions ci-dessus reçoivent-elles souvent une réponse négative ? Alors il y a de fortes chances que le bore-out se produise parmi vos employés ou vos collègues. Suivez l’un des conseils suivants pour aborder et résoudre ce problème avec votre employé !

1. Demandez à l’employé de dresser une liste des tâches qu’il n’aime pas ou qu’il trouve ennuyeuses, et une liste des tâches qu’il aime ou qu’il trouve utiles. Les listes sont-elles proportionnelles ? Y a-t-il des tâches non amusantes qu’un autre collègue aime faire et qui peuvent être échangées avec lui ? Existe-t-il des moyens d’externaliser ou de réduire les tâches ennuyeuses et désagréables ?

2. Utilisez une approche fondée sur les points forts. Vérifiez avec l’employé quels sont ses talents. Y a-t-il des talents « oubliés » qui ne sont pas actuellement déployés ou qui sont bien utilisés ? Les forces peuvent-elles être mieux utilisées dans le rôle, les responsabilités et les tâches actuels ?

3. Demandez à l’employé où il se voit dans quelques années. Quelles sont les motivations de cet employé ? Que veut-il réaliser ? Pour éviter de s’ennuyer, les employés doivent savoir ce qui les motive vraiment et ce qui les rend enthousiastes. En tant que manager, vous pouvez préparer cet entretien en vérifiant s’il existe des opportunités de carrière pour le collaborateur, des possibilités de responsabilités accrues ou des formations complémentaires à proposer.

4. Soyez créatifs ensemble. Parfois, certaines tâches routinières ou ennuyeuses font partie du travail et l’employé devra l’accepter. Essayez de donner à l’employé une reconnaissance, une appréciation et des encouragements supplémentaires lorsqu’il accomplit ce type de tâches ou réfléchissez à la façon dont vous pouvez donner à ces tâches ennuyeuses une tournure amusante. Par exemple, pouvez-vous en faire une compétition sportive avec d’autres collègues ?

5. Brisez le tabou, parlez-en. Soyez ouvert d’esprit et abordable. Indiquez que vous l’appréciez et que vous pensez que cela caractérise une forte personnalité si un employé déclare de manière proactive qu’il s’ennuie. Prenez-le au sérieux si on vous le signale. Informez également l’employé de sa propre responsabilité pour éviter et combattre l’ennui. Encouragez les employés à continuer à demander plus de travail. N’y a-t-il vraiment pas assez de travail disponible ? Encouragez alors l’employé à se tourner vers les collègues d’un autre service. Peut-être auront-ils besoin de bras supplémentaires et l’employé apprendra immédiatement de nouvelles choses !
Découvrez si vos employés s’ennuient ou se lassent en organisant des réunion de groupe ou l’on ne parle plus du travail mais des conditions de travailles.

Vous pensez que le bore-out est susceptible de se produire dans votre équipe et vous voulez l’éviter ?
Dans ce cas, il est important d’avoir un aperçu régulier de l’humeur de vos employés ; se sentent-ils fatigués, ennuyés ou tristes … Ceci afin qu’ils ne quitteraient pas leurs travailles, ni qu’il se mettent en maladie.

David SCHMIDT

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page