FlashPsychologie

Les enfants victimes de Grooming sur les réseaux sociaux

La victime est généralement un enfant, un adolescent ou un adulte vulnérable.

Comprendre le grooming sexuel

Dans de nombreux cas d’abus sexuels sur des enfants, l’abus est précédé d’une préparation sexuelle.

La préparation sexuelle est un processus préparatoire au cours duquel un auteur gagne progressivement la confiance d’une personne dans l’intention d’abuser sexuellement d’elle.

La victime est généralement un enfant, un adolescent ou un adulte vulnérable.

La compréhension du conditionnement sexuel et des comportements courants de conditionnement sexuels peut aider les professionnels à prévenir les abus sexuels avant qu’ils ne se produisent.

Les preuves de conditionnement sexuel sont utilisées pour condamner les délinquants dans les procédures judiciaires. Le conditionnement sexuel est reconnu pour corroborer les allégations d’abus sexuels lorsque le témoignage de la victime n’est pas clair, pas explicite, car des victimes sont brisées moralement, ou n’admettent pas avoir été trompées. Dans un article que j’ai publié, il y a plus d’un an, des ados était clairement manipulés par des adultes et pensaient que c’était une histoire d’amour dont il/elle rêvait. Parfois, des jeunes filles mineures fuguaient de chez leurs parents pour rejoindre leurs “amoureux secret” et fuyaient ensuite leurs prédateurs pour finalement retourner chez leurs parents et leur raconter leurs mésaventures. Les plaintes qui s’en suivent permettent de mettre ces prédateurs hors d’état de nuire, mais bien souvent le mal est déjà fait.

Ces blessures, qui semblent oubliées avec le temps, peuvent émerger à des moments de la vies ou ce mal refait surface. Il y a des moments dans la vie ou la morale est au plus bas, ce qui permet à de vieilles blessures de se rouvrir.

Le grooming sexuel
Les aspects du grooming sexuel peuvent être les suivants:

Le ciblage de la victime:

  • obtenir l’accès à la victime et l’isoler,
  • gagner la confiance de la victime,
  • contrôler et dissimuler la relation.

Où cela se produit-il ?
Le grooming peut se produire dans de nombreux contextes :

  • en personne, par l’entourage direct,
  • via Internet et les réseaux sociaux
  • dans un cadre institutionnel, école, milieu du sport, cours de musique …

La manipulation psychologique est une méthode utilisée par les délinquants qui consiste à gagner la confiance de sa victime et des adultes qui l’entourent afin d’avoir accès à lui et de passer du temps seul avec cette dernière.

Dans les cas extrêmes, les délinquants peuvent recourir aux menaces et à la force physique pour agresser sexuellement ou abuser d’une personne. Les approches subtiles visant à établir des relations avec les familles sont toutefois plus courantes, telles que cousin/cousine ou oncle/nièce. Parfois, c’est de l’inceste à l’état pure et cruelle du mot, allant jusqu’à détruire totalement la confiance d’une victime envers les adultes et ceux, pour une durée allant des années à toute une vie.


Le délinquant peut jouer le rôle d’un soignant, se lier d’amitié avec une personne ou même exploiter sa position de confiance et d’autorité pour solliciter l’enfant, l’ados et/ou sa famille. Ces individus établissent intentionnellement des relations avec les adultes qui entourent la victime ou ciblent une victime qui est moins surveillée par les adultes de son entourage. Cela augmente la probabilité que le temps que le délinquant passe avec la victime soit bien accueilli et encouragé. Des cas également de grooming ont été relevé chez les personnes handicapées voir trisomique dont les délinquants sont issus du personnel encadrant ou de la famille des victimes.

L’objectif du grooming est le suivant:

  • Manipuler les perceptions des autres adultes autour de l’enfant.
  • Manipuler l’enfant pour qu’il devienne un participant coopérant, ce qui réduit la probabilité d’une divulgation et augmente la probabilité que l’enfant revienne de façon répétée vers le délinquant.
  • Réduire la probabilité que l’enfant soit cru s’il fait des révélations.
  • Réduire la probabilité que l’abus soit détecté.

Comportements de manipulation sexuels
Pour comprendre le concept de conditionnement sexuel, il est essentiel de reconnaître les comportements courants que les prédateurs utilisent pour préparer leurs victimes à l’abus sexuel. Les comportements courants de préparation sexuelle sont souvent subtils et peuvent ne pas sembler inappropriés.

Ces comportements comprennent : 

  • Un adulte semble excessivement intéressé par un enfant.
  • Un adulte prend souvent l’initiative ou crée des occasions d’être seul avec un enfant (ou plusieurs enfants).
  • Un adulte fait une fixation sur un enfant.
  • Un adulte accorde des privilèges spéciaux à un enfant.
    (par exemple, il le conduit à l’entraînement et le ramène chez lui, etc.)
  • Un adulte se lie d’amitié avec une famille et montre plus d’intérêt à établir une relation avec l’enfant qu’avec les adultes.
  • Un adulte fait preuve de favoritisme envers un enfant au sein d’une famille.
  • Un adulte trouve des occasions d’acheter des cadeaux à un enfant.
  • Un adulte s’intéresse aux intérêts de l’enfant, de sorte qu’un enfant ou un parent peut prendre l’initiative d’un contact avec le délinquant.
  • Un adulte qui affiche des préférences en matière d’âge et de sexe.

D’autres comportements que les prédateurs peuvent utiliser, dans le cadre du processus de conditionnement sont des activités qui peuvent être sexuellement excitantes pour les adultes qui ont un intérêt sexuel pour les enfants.

Ces comportements comprennent :

  • donner le bain à un enfant.
  • surprendre un enfant en train de se changer.
  • surprendre délibérément un enfant en train de faire sa toilette.
  • demander à un enfant de regarder un adulte faire sa toilette.
  • chatouiller et toucher “accidentellement” les organes génitaux.
  • les activités qui impliquent d’enlever des vêtements (massage, natation).

Lutter en sous-vêtements.

  • Jouer à des jeux qui impliquent de toucher les organes génitaux (jouer au docteur),
  • raconter à un enfant des blagues sexuellement explicites,
  • taquiner un enfant sur le développement des seins et des organes génitaux,
  • discuter d’informations sexuellement explicites sous couvert d’éducation,
  • montrer à l’enfant des images sexuellement explicites,
  • prendre des photos d’enfants en sous-vêtements, en maillot de bain, en tenue de danse, etc.

Protéger les victimes du grooming sexuel

Pour prévenir les abus sexuels, il est important, d’un point de vue psychologique ou sociologique, de comprendre le grooming sexuel et de déterminer à quel moment il se produit. Sa définition précise et sa portée sont tout aussi importantes d’un point de vue juridique. Bien qu’il soit considéré comme un précurseur de l’acte criminel d’abus sexuel, le grooming sexuel constitue, dans certains contextes, à une infraction criminelle.

Le fait d’utiliser un lien interétatique pour tenter de persuader, d’inciter, d’attirer ou de contraindre sciemment toute personne âgée de moins de 18 ans à se livrer à la prostitution ou à toute activité sexuelle pour laquelle une personne peut être accusée d’une infraction pénale.

Pour le prouver, l’enquête doit démontrer que le délinquant avait l’intention d’accomplir le crime et qu’il a fait un “pas substantiel” vers son accomplissement. En ce qui concerne l’intention, l’enquête doit prouver que le défendeur avait l’intention de provoquer l’assentiment du mineur, et non qu’il a agi avec l’intention spécifique de se livrer à une activité sexuelle.

Il y a des défenseurs du net qui lutte contre cette pratique et sensibilise la dessus, “Les enfants d’Argus”.
– Cette association a pour objet d’œuvrer activement contre la pédo-criminalité. Je vous invite à regarder la vidéo sur ” le mode de fonctionnement ” et la ” vidéo informative “. Des cas mentionnés ci-dessous auxquels les enfants d’Argus ont vécu le même procédé, la même façon de faire, le même comportement …

On ne peut donc pas s’arrêter là ! 

L’abus sexuel peut être accompli par plusieurs moyens et qu’il est souvent réalisé au cours d’une :
période de préparation

Si un tribunal reconnaît que la préparation fait référence à des actions délibérées prises par un accusé pour conditionné la victime à un acte sexuel ; le but ultime de la préparation reste de former un lien émotionnel avec l’enfant/la victime et de réduire les inhibitions de ces derniers pour les préparer à l’activité sexuelle. Se servant simplement de son immaturité ou de sa curiosité sexuelle de la victime pour qu’elle n’en voie pas quelque chose de mal, mais parfois pour qu’elle voit cela comme “un jeu secret”.

Par conséquent, le tribunal doit trouvé des preuves significatives du grooming, ce qui est parfois suffisant pour établir une tentative ou préméditation de viol.

Dans une affaire, L’accusé s’est adressé à la mineure en termes sexuellement explicites.
Il lui a envoyé par messagerie instantané, de la pornographie adulte et enfantine, a discuté d’activités sexuelles avec elle, lui a montré comment s’exciter, lui a dit qu’il avait eu des rapports sexuels pendant des années avec la fille de 14 ans de son ex-petite amie, et a tenté de la préparer à une rencontre sexuelle avec lui en discutant en détail de la manière dont l’acte se déroulerait. Ainsi, les comportements de préparation sexuelle peuvent être utilisés pour condamner un délinquant pour un crime lorsqu’il existe un lien interétatique.

Une personne commet un grooming lorsqu’elle utilise sciemment un service en ligne, un service Internet ou tout autre dispositif capable de stocker ou de transmettre des données électroniques pour séduire, solliciter, attirer une victime, le tuteur d’un enfant, ou une autre personne que la personne croit être un enfant pour commettre un délit sexuel. Fréquemment, le prédateur envoi des photographies représentant les organes sexuels de l’enfant ou pour se livrer à tout autre comportement sexuel illégal avec un enfant ou avec une autre personne vulnérable.

Au cœur des témoignages …

Étant donné que les comportements de conditionnement sexuels sont souvent similaires aux comportements normaux d’un adulte comme l’achat d’un cadeau pour un enfant, les tribunaux ont autorisé les experts à témoigner sur le processus de conditionnement sexuel lorsque ce témoignage peut aider le juge des faits à déterminer l’intention ou le modus operandi de l’agresseur présumé. La preuve de l’intention d’un agresseur de commettre un abus sexuel à l’aide de comportements de conditionnement sexuel peut être utilisée au procès pour prouver les allégations de conditionnement sexuel.

Lors d’un procès, une personne était accusé d’avoir tenté d’attirer une victime au-delà des frontières de France dans le but de se livrer à une activité sexuelle illicite en Suisse. Des éléments de preuve ont été présentés au procès, montrant que l’accusé avait emmené la victime faire du shopping, dîner, aller au cinéma, entre autres choses, avant de l’amener au-delà des frontières de l’État et de l’abuser sexuellement.

Autre pratique comportementale à l’égard d’un enfant :

Le prétexte de toilettage pour attoucher

La preuve de comportements sexuels non spécifiques de toilettage est admissible à un procès par le biais d’un témoignage d’expert/assistantes sociales pour étayer les allégations d’abus sexuel, en particulier lorsque le témoignage de la victime et sur le façon d’avoir été attouché, l’enfant est peu clair, trompeur, contradictoire ou manque de connaissances à ce sujet.

Les expert expliquent comment les pratiques et comportements généraux des abuseurs d’enfants sont conçus pour s’attirer les faveurs de leurs victimes. L’expert a déclaré que le “grooming” comprend des comportements tels que le fait de montrer à un enfant une attention particulière, de le complimenter, de lui offrir des cadeaux, de lui faire des promesses et de multiplier les contacts. Des comportements qui peuvent sembler innocents pour le profane. Ce témoignage d’expert était admissible car il était pertinent et utile pour clarifier pour un juge, un schéma complexe de comportements apparemment inoffensifs. Ces témoignages ont permis d’expliquer le modus operandi général des agresseurs d’enfants.

Au cœur du conditionnement, il y a la tromperie, et la tromperie n’agite jamais le drapeau rouge.

En apprenant les définitions et les nuances de ce comportement, la communauté juridique peut mieux détecter le grooming et intervenir avant que des abus sexuels ne se produisent. Les avocats ont besoin d’une documentation et de ressources pertinentes et opportunes pour se familiariser avec le grooming sexuel et pour guider la défense des intérêts et la prise de décision lorsqu’il se produit.

Conclusion

Chaque fois qu’une victime est victime de grooming et d’abus sexuel, nous nous demandons comment cela a pu se produire, comment les signes avant-coureurs de l’abus ont pu être manqués. La connaissance, la formation et la sensibilisation sont nos meilleures armes, et notre meilleure chance de prévenir les abus avant qu’ils ne se produisent. Cet articles, je l’ai écrie par rapport à un abus vécu lors de ma préadolescence. Il représente une libération de la parole sur le mode opératoire auquel j’ai été victime et qui porte le nom de “Grooming” aujourd’hui.

David SCHMIDT

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Articles similaires

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page