AstronomiesFlash

Ariane 6, le premier vol en 2023

Ce retard est un problème de "connexion cryogénique"

Le premier lancement de la prochaine fusée européenne, Ariane 6, a été à nouveau reporté et devrait désormais avoir lieu en avril 2023 au plus tôt. Le patron de l’ESA, Josef Aschbacher, a admis le retard d’une année supplémentaire dans une interview à la BBC, la date plus précise désormais visée provient d’ArsTechnica, citant une source anonyme. L’une des raisons de ce retard est un problème de “connexion cryogénique”, qui semble avoir été résolu. D’autres préparatifs ont également été retardés.

Des années de retard

À l’origine, la première Ariane 6 était censée s’envoler dans l’espace en 2020, mais divers retards ont ensuite été enregistrés pendant la pandémie de corona. Officiellement, le dernier retard devrait être annoncé à la mi-juillet, écrit ArsTechnica. Entre-temps, la disponibilité d’Ariane 6 est attendue de façon de plus en plus pressante, les vols restants de son prédécesseur sont complets et depuis le début de la guerre d’agression russe contre l’Ukraine, il y a encore moins d’alternatives. Au cours du développement, on craignait que la fusée ne soit pas compétitive sur un marché largement stagnant, mais cela ne devrait plus être une préoccupation aujourd’hui.

Ariane 6 est conçue pour transporter du fret dans l’espace à moindre coût et est à peu près au même niveau que le Falcon 9 de SpaceX en termes de charge utile. Son développement, financé en grande partie par l’ESA, est la réponse de l’Europe à la concurrence accrue sur le marché des lanceurs. Une transition continue d’Ariane 5 à Ariane 6 était en fait prévue, mais les retards actuels ont contrecarré ce plan. Entre-temps, l’isolement de la Russie dans le secteur spatial a récemment fait en sorte que les commandes ne devraient pas manquer, du moins. En avril dernier, Amazon avait réservé un total de 18 lancements pour le satellite internet “Project Kuiper”. Il s’agit de la plus grosse commande de l’histoire du constructeur Arianespace.

Le vol inaugural d’Ariane 6, qui était prévu pour la fin 2022, est maintenant prévu pour l’année prochaine, a déclaré le 13 juin le directeur général de l’Agence spatiale européenne, Josef Aschbacher.

Lors d’une interview à la BBC, M. Aschbacher a déclaré qu’Ariane 6 devrait voler “à un moment ou à un autre” en 2023, sans donner la raison de ce retard.

Il y a quelques semaines, un cadre supérieur d’Arianespace avait déclaré que la société se préparait à effectuer le lancement inaugural vers la fin de 2022 depuis le port spatial européen de Kourou, en Guyane française.

Arianespace a renvoyé les questions à l’ESA, qui n’a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

Le lancement d’Ariane 6 était auparavant prévu pour 2020 avant de subir de multiples retards suite à la pandémie COVID-19.

Le lanceur de nouvelle génération se décline en deux versions : Ariane 64 avec quatre boosters et Ariane 62 avec deux. Elles sont destinées à remplacer respectivement la fusée européenne Ariane 5 et la fusée russe Soyouz.

Arianespace prévoit de déployer les satellites de la constellation européenne de navigation Galileo avec Ariane 6 lors de la mission qui suivra son lancement inaugural. Parmi les clients commerciaux d’Ariane 6 figurent Viasat et la mégaconstellation du projet Kuiper d’Amazon. L’Europe développe également un successeur à Vega, son petit lanceur, appelé Vega C.

Selon une invitation lancée par l’ESA aux médias le 7 juin, Arianespace devrait procéder au lancement inaugural de Vega C le 7 juillet à 7 h 13 (heure de l’Est) depuis Kourou. Giulio Ranzo, PDG du fabricant italien de fusées Avio, maître d’œuvre de Vega et sous-traitant d’Ariane 6, a évoqué les calendriers de développement des deux lanceurs dans une récente interview à SpaceNews.

M. Aschbacher a également déclaré, lors de l’interview accordée à la BBC, que l’Europe n’avait toujours pas “décidé de ce qui allait se passer ou de l’avenir” de la mission du rover ExoMars qu’elle avait partagée avec la Russie.

Il a déclaré que l’ESA “travaille avec la NASA pour voir si elle pourrait être un partenaire sur cette mission”, après avoir suspendu la coopération avec la Russie en mars en réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Il a toutefois souligné qu’aucune décision n’avait été prise quant à la suite à donner à la mission scientifique.

ExoMars devait auparavant être lancé en septembre par une fusée russe Proton et utiliser une plate-forme d’atterrissage russe pour déposer le rover Rosalind Franklin, construit par l’ESA, à la surface de Mars.

Lors d’une réunion du 3 mai du groupe d’analyse du programme d’exploration de Mars (MEPAG) de la NASA, Jorge Vago, scientifique du projet ExoMars à l’ESA, a déclaré qu’il doutait qu’un nouvel atterrisseur puisse être prêt d’ici 2026 et qu’il pensait que le lancement du rover serait reporté à 2028 au moins.

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Articles similaires

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page