David SCHMIDTFlashPsychologie

La dépression

Reconnaître une personne atteinte

Si nous nous sentons tous tristes, moroses ou déprimés de temps à autre, certaines personnes éprouvent ces sentiments de manière intense, pendant de longues périodes (des semaines, des mois, voire des années) et parfois sans raison apparente.

La dépression est plus qu’une simple déprime :
– C’est une maladie grave qui a un impact sur la santé physique et mentale.

La dépression fréquente

Au cours d’une année, environ un million de personnes en Australie souffrent de dépression. Une femme sur six et un homme sur huit souffriront de dépression à un moment ou à un autre de leur vie. La bonne nouvelle, c’est que la dépression peut être soignée et qu’il existe des traitements efficaces. Plus tôt une personne souffrant de dépression cherche de l’aide, plus vite elle peut se rétablir.

Symptômes de la dépression

La dépression affecte la façon dont les gens pensent, ressentent et agissent. La dépression rend plus difficile la gestion du quotidien et interfère avec les études, le travail et les relations. Une personne peut être déprimée si, depuis plus de deux semaines, elle se sent triste, déprimée ou malheureuse la plupart du temps ou si elle a perdu tout intérêt ou plaisir dans la plupart de ses activités habituelles, et si elle a également ressenti plusieurs signes et symptômes dans au moins trois des catégories de la liste ci-dessous. Il est important de noter que tout le monde éprouve certains de ces symptômes de temps à autre et que cela ne signifie pas nécessairement qu’une personne est déprimée. De même, toutes les personnes souffrant de dépression ne présentent pas tous ces symptômes.

Sentiments causés par la dépression

Une personne souffrant de dépression peut se sentir:

triste
malheureuse
malheureuse
irritable
accablée
coupable
frustré
manque de confiance en soi
indécis
incapable de se concentrer
déçu.

Pensées causées par la dépression

Une personne souffrant de dépression peut avoir des pensées telles que :

Je suis un raté
C’est ma faute
Il ne m’arrive jamais rien de bon
Je ne vaux rien
Il n’y a rien de bon dans ma vie
Les choses ne changeront jamais
La vie ne vaut pas la peine d’être vécu
Les gens seraient mieux sans moi.

Symptômes comportementaux de la dépression

Une personne souffrant de dépression peut:

s’éloigner de sa famille proche et de ses amis
cesser de sortir
cesser ses activités agréables habituelles
ne pas accomplir ses tâches au travail ou à l’école
avoir recours à l’alcool et aux sédatifs.

Symptômes physiques de la dépression

Une personne souffrant de dépression peut éprouver les symptômes suivants:

être constamment fatiguée
se sentir malade et épuisée
des maux de tête fréquents, des douleurs d’estomac ou musculaires
des maux d’estomac ou des douleurs musculaires
des problèmes de sommeil
perte ou changement d’appétit
une perte ou un gain de poids important.

Les causes de la dépression

Bien que la cause exacte de la dépression ne soit pas connue, un certain nombre d’éléments peuvent être associés à son développement. En général, la dépression ne résulte pas d’un événement unique, mais d’une combinaison de facteurs biologiques, psychologiques, sociaux et liés au mode de vie.

Facteurs personnels pouvant conduire à la dépression

Les facteurs personnels qui peuvent entraîner un risque de dépression sont les suivants :

les antécédents familiaux – la dépression peut être héréditaire et certaines personnes présentent un risque génétique accru. Toutefois, cela ne signifie pas qu’une personne souffrira automatiquement de dépression si un parent ou un proche a souffert de cette maladie.

la personnalité – certaines personnes peuvent être plus à risque en raison de leur personnalité, en particulier si elles ont tendance à s’inquiéter beaucoup, si elles ont une faible estime d’elles-mêmes, si elles sont perfectionnistes, si elles sont sensibles aux critiques personnelles ou si elles sont autocritiques et négatives.

des problèmes de santé graves – ils peuvent déclencher une dépression de deux manières.
Les maladies graves peuvent provoquer une dépression directement ou y contribuer par le stress et l’inquiétude qu’elles entraînent, en particulier si elles impliquent une gestion à long terme d’une maladie ou d’une douleur chronique.

la consommation de drogues et d’alcool – peut à la fois conduire à la dépression et en résulter. De nombreuses personnes souffrant de dépression ont également des problèmes de drogue et d’alcool.

Événements de la vie et dépression

Les recherches suggèrent que des difficultés persistantes, telles que le chômage de longue durée, une relation abusive ou peu chaleureuse, un isolement ou une solitude de longue durée ou une exposition prolongée au stress au travail, peuvent augmenter le risque de dépression.
Des événements de vie négatifs importants, tels que la perte d’un emploi, une séparation ou un divorce, ou le diagnostic d’une maladie grave, peuvent également déclencher une dépression, en particulier chez les personnes qui sont déjà à risque en raison de facteurs génétiques, de développement ou d’autres facteurs personnels.

Changements dans le cerveau

Bien que de nombreuses recherches aient été menées dans ce domaine complexe, nous ignorons encore beaucoup de choses. La dépression n’est pas simplement le résultat d’un déséquilibre chimique, par exemple parce qu’une personne a trop ou pas assez d’une substance chimique particulière dans le cerveau. Cependant, on pense que des perturbations dans les processus normaux de messagerie chimique entre les cellules nerveuses du cerveau contribuent à la dépression.

Certains facteurs peuvent entraîner une régulation défectueuse de l’humeur dans le cerveau, notamment
une vulnérabilité génétique :
– des facteurs de stress importants dans la vie
– la prise de médicaments, de drogues et d’alcool
– certaines conditions médicales.

La plupart des antidépresseurs modernes agissent sur les transmetteurs chimiques du cerveau, en particulier la sérotonine et la noradrénaline, qui relaient les messages entre les cellules du cerveau. On pense que c’est ainsi que les médicaments agissent sur la dépression.

D’autres traitements médicaux, tels que la stimulation magnétique transcrânienne et l’électroconvulsivothérapie, peuvent parfois être recommandés aux personnes souffrant de dépression sévère qui ne se sont pas rétablies grâce à un changement de mode de vie, à un soutien social, à une thérapie psychologique et à des médicaments. Bien que ces traitements aient également un impact sur le processus de messagerie chimique du cerveau entre les cellules nerveuses, leurs modes d’action précis font encore l’objet de recherches.

Chercher de l’aide pour les symptômes de la dépression

La dépression n’est souvent pas reconnue et peut durer des mois, voire des années, si elle n’est pas traitée. Il est important de chercher de l’aide le plus tôt possible, car plus vite la personne est traitée, plus vite elle peut se rétablir.

Une dépression non traitée peut avoir de nombreux effets négatifs sur la vie d’une personne, notamment de graves problèmes relationnels et familiaux, des difficultés à trouver et à conserver un emploi, ainsi que des problèmes de drogue et d’alcool.

Il n’existe pas de méthode unique et éprouvée pour guérir d’une dépression. Cependant, il existe une gamme de traitements efficaces et de professionnels de la santé qui peuvent aider les personnes sur la voie de la guérison.

Les personnes atteintes de dépression peuvent également faire beaucoup de choses pour elles-mêmes afin de se rétablir et de rester en bonne santé. L’important est de trouver le bon traitement et le bon professionnel de santé pour répondre aux besoins de la personne.

Types de dépression

Il existe différents types de dépression. Les symptômes de chacune d’entre elles peuvent aller d’un état relativement mineur à un état grave.

Dépression majeure

La dépression majeure, ou trouble dépressif majeur, est le terme technique utilisé par les professionnels de la santé et les chercheurs pour décrire le type de dépression le plus courant. D’autres termes sont parfois utilisés, tels que la dépression unipolaire ou la dépression clinique.

La dépression peut être décrite comme légère, modérée ou sévère.

Mélancolie

La mélancolie est un terme plus ancien pour désigner la dépression et il est encore parfois utilisé pour décrire une forme plus grave de dépression ayant une forte base biologique, où de nombreux symptômes physiques de la dépression sont particulièrement évidents. Par exemple, l’un des principaux changements consiste à observer que la personne se déplace plus lentement ou que son sommeil et son appétit se modifient de manière significative.

Une personne atteinte de mélancolie est également plus susceptible d’avoir une humeur dépressive caractérisée par une perte totale de plaisir pour tout ou presque tout.

La dysthymie

Les symptômes de la dysthymie (parfois appelée trouble dépressif persistant) sont similaires à ceux de la dépression majeure, mais sont moins graves et plus persistants. Une personne doit souffrir de cette dépression plus légère pendant plus de deux ans pour qu’un diagnostic de dysthymie soit posé.

Dépression psychotique

Parfois, les personnes souffrant d’un état dépressif peuvent perdre le contact avec la réalité. Il peut s’agir d’hallucinations (voir ou entendre des choses qui n’existent pas) ou de délires (fausses croyances qui ne sont pas partagées par les autres), comme le fait de se croire mauvais ou maléfique, d’être surveillé ou suivi ou de penser que tout le monde est contre soi. On parle alors de dépression psychotique.

Dépression prénatale et postnatale

Les femmes courent un risque accru de dépression pendant la grossesse (période prénatale) et dans l’année qui suit l’accouchement (période postnatale). Cette période (la période couverte par la grossesse et la première année après la naissance du bébé) peut également être appelée la période périnatale.

Les causes de la dépression à cette période peuvent être complexes et résultent souvent d’une combinaison de facteurs. Dans les jours qui suivent immédiatement la naissance, de nombreuses femmes connaissent le “baby blues”, une affection courante liée aux changements hormonaux, qui touche jusqu’à 80 % des femmes ayant accouché.

Le “baby blues”, ou le stress général lié à l’adaptation à la grossesse ou à l’arrivée d’un bébé, sont des expériences courantes, mais différentes de la dépression.

La dépression dure plus longtemps et peut affecter non seulement la mère, mais aussi sa relation avec son bébé, le développement de l’enfant, la relation de la mère avec son partenaire et avec les autres membres de la famille.

Jusqu’à une femme sur dix souffrira de dépression pendant sa grossesse. Cette proportion passe à 16 % dans les trois mois qui suivent l’accouchement.

Le trouble bipolaire

Le trouble bipolaire était autrefois connu sous le nom de “dépression maniaque” parce que la personne connaît des périodes de dépression et des périodes de manie, entrecoupées de périodes d’humeur normale.

Les symptômes de la manie sont opposés à ceux de la dépression et peuvent varier en intensité :

se sentir en pleine forme
une énergie débordante
des pensées qui s’emballent
un faible besoin de sommeil
parler vite
difficulté à se concentrer sur les tâches à accomplir
se sentir frustré et irritable.

Il ne s’agit pas d’une expérience passagère. Parfois, la personne perd le contact avec la réalité et souffre d’hallucinations ou de délires, notamment en ce qui concerne ses idées, ses capacités ou son importance. Des antécédents familiaux de troubles bipolaires peuvent augmenter le risque de souffrir de troubles bipolaires.

Comme le trouble bipolaire comprend des périodes de dépression, il n’est pas rare qu’une personne atteinte de trouble bipolaire soit diagnostiquée à tort comme souffrant d’une dépression majeure jusqu’à ce qu’elle connaisse un épisode maniaque ou hypomaniaque. Le trouble bipolaire peut aussi parfois être confondu avec d’autres troubles mentaux tels que la schizophrénie.

Le traitement du trouble bipolaire est souvent différent de celui de la dépression majeure. Il est donc important de vérifier la présence de ce trouble lorsqu’une personne est évaluée pour une dépression.

Trouble cyclothymique

Le trouble cyclothymique est une affection peu courante qui est souvent décrite comme une forme plus légère de trouble bipolaire. La personne souffre de fluctuations chroniques de l’humeur pendant au moins deux ans, avec des périodes d’hypomanie (un niveau de manie léger à modéré) et des périodes de symptômes dépressifs, entrecoupées de très courtes périodes (pas plus de deux mois) de normalité.

Les symptômes durent moins longtemps, sont moins graves et ne sont pas aussi réguliers, de sorte qu’ils ne correspondent pas aux critères du trouble bipolaire ou de la dépression majeure.

Trouble affectif saisonnier

Le trouble affectif saisonnier est un trouble de l’humeur qui se manifeste de manière saisonnière. La cause n’est pas claire, mais elle pourrait être liée à la variation de l’exposition à la lumière selon les saisons. Le TAS se caractérise par des troubles de l’humeur (périodes de dépression ou de manie) qui commencent et se terminent au cours d’une saison donnée. La dépression hivernale est la forme la plus courante de dépression saisonnière.

La dépression saisonnière est généralement diagnostiquée après que la personne a présenté les mêmes symptômes pendant l’hiver pendant au moins deux ans. Les personnes souffrant de dépression saisonnière sont plus susceptibles de manquer d’énergie, de dormir trop longtemps, de trop manger, de prendre du poids et d’avoir envie de glucides.

La dépression saisonnière est rare en Australie et se rencontre plutôt dans les pays où les jours sont courts et les périodes d’obscurité plus longues, comme dans le climat froid de l’hémisphère nord.

David SCHMIDT

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Articles similaires

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page