Monde

Israël accusé d’avoir abattu une journaliste Shireen Abu Akleh

Abattue alors qu'elle couvrait un raid dans la ville de Jénine

Shireen Abu Akleh : Al Jazeera accuse Israël d’avoir abattu un journaliste en Cisjordanie

Une correspondante d’Al Jazeera a été abattue alors qu’elle couvrait un raid dans la ville de Jénine, en Cisjordanie occupée.

Le radiodiffuseur basé au Qatar a déclaré que Shireen Abu Akleh, une femme reporter palestinienne et américaine bien connue, a été tuée par les forces israéliennes.

Dans un communiqué, Al Jazeera a appelé la communauté internationale à “condamner et à tenir pour responsables les forces d’occupation israéliennes qui ont délibérément ciblé et tué notre collègue, Shireen Abu Akleh”.

Un autre journaliste, travaillant pour le journal Al-Quds basé à Jérusalem, a également été blessé par balle lors de l’incident, et a également imputé la responsabilité de l’incident à Israël.

L’armée israélienne a d’abord contesté que ses forces aient tiré sur les deux journalistes.
Elle a déclaré que les soldats israéliens avaient été attaqués par des tirs nourris et des explosifs alors qu’ils opéraient à Jénine, et qu’ils avaient riposté. L’armée a déclaré qu’elle “enquêtait sur l’événement et examinait la possibilité que les journalistes aient été touchés par des tireurs palestiniens”.

Un communiqué du ministère israélien des affaires étrangères a déclaré que “les terroristes palestiniens, tirant sans discernement, ont probablement touché la journaliste d’Al-Jazeera Shireen Abu Aqla”.

Toutefois, le chef de l’armée israélienne, le lieutenant-général Aviv Kochavi, a ensuite semblé revenir sur cette affirmation, déclarant qu'”à ce stade, nous ne pouvons pas déterminer par quels tirs elle a été blessée et nous regrettons sa mort”.

Abu Akleh était à Jénine pour couvrir les raids israéliens sur les camps de réfugiés palestiniens. Plusieurs autres journalistes se trouvaient également sur les lieux et ont escorté Mme Akleh dans un état critique jusqu’à l’hôpital, ont indiqué des responsables du ministère palestinien de la santé, où son décès a été constaté par la suite.

Selon un reportage d’Al Jazeera, les circonstances exactes de la mort d’Abu Akleh restent floues, mais il semblerait qu’elle ait reçu une balle dans la tête, selon sa collègue journaliste Nida Ibrahim.

Elle a déclaré : “Ce que nous savons pour l’instant, c’est que le ministère palestinien de la Santé a annoncé sa mort. Shireen Abu Akleh couvrait les événements qui se déroulent à Jénine, notamment un raid israélien dans la ville, située au nord de la Cisjordanie occupée, lorsqu’elle a été touchée par une balle à la tête.”

C’est un “choc pour les journalistes qui ont travaillé avec elle”, a ajouté M. Ibrahim.

Selon des responsables du ministère de la santé, le journaliste d’Al-Quds Ali Samoudi, également palestinien, a été touché par une balle dans le dos, mais son état serait stable.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, a déclaré que le pays avait proposé aux Palestiniens “une enquête pathologique conjointe sur la triste mort de la journaliste Shireen Abu Aqla [Akleh]”.

“Les journalistes doivent être protégés dans les zones de conflit et nous avons tous la responsabilité de faire éclater la vérité”, a déclaré le ministre de premier plan sur Twitter.

Mme Abu Akleh, 51 ans, est née à Jérusalem. Elle a commencé à travailler pour Al Jazeera en 1997 et faisait régulièrement des reportages devant les caméras dans les territoires palestiniens.

Des réactions de choc et de chagrin ont afflué du monde entier, ainsi que des déclarations condamnant les actions qui ont conduit à la mort d’une éminente journaliste qui couvrait le conflit.

Dans une déclaration, le ministère des affaires étrangères du Qatar a qualifié la mort d'”assassinat” par les “forces d’occupation israéliennes”.

Le consulat britannique à Jérusalem a appelé à plus de sécurité pour les journalistes.

“Nous sommes choqués par la nouvelle de la mort de Shireen Abu Aqleh, journaliste palestinienne chevronnée d’Al Jazeera. Shireen a été abattue lors d’une opération israélienne dans le camp de réfugiés de Jénine ce matin. La liberté des médias et la sécurité des journalistes sont essentielles et doivent être respectées”, a déclaré le consulat sur Twitter.

L’ambassadeur britannique en Israël, Neil Wigan, a pris la parole sur Twitter pour demander une enquête “approfondie et transparente” sur ce décès.

“Je suis profondément attristé par la mort tragique de @ShireenNasri d’Al Jazeera à Jénine ce matin. Les journalistes doivent être autorisés à travailler en toute sécurité et en toute liberté. Je demande instamment une enquête rapide, approfondie et transparente”, a déclaré l’envoyé.

Husam Zomlot, ambassadeur palestinien au Royaume-Uni, a déclaré qu’Abu Akleh était un ami proche : “Les forces d’occupation israéliennes ont assassiné notre journaliste bien-aimée Shireen Abu Akleh alors qu’elle couvrait leur brutalité à Jénine ce matin”.

L’ambassadeur des États-Unis en Israël, Tom Nides, a déclaré que la mort de la journaliste était “très triste” et a demandé une “enquête approfondie”.

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Articles similaires

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page