High TechTech

Les pubs intempestives sur Facebook

Peut-on dire stop ?

Selon le rapport d’un groupe de surveillance, les adolescents sur Facebook peuvent être ciblés par des publicités faisant l’apologie de l’alcool, des drogues, des jeux d’argent, du tabac et des troubles de l’alimentation.

Le Tech Transparency Project a créé six publicités test et les a soumises à Facebook, en précisant qu’il souhaitait atteindre des utilisateurs âgés de 13 à 17 ans. Facebook a approuvé toutes les publicités en quelques heures, dont une faisant la promotion de soirées pilule en 43 minutes.

« Il s’agit d’une solution facile, et Facebook aurait dû avoir la prévoyance de la mettre en place il y a longtemps », a déclaré Katie Paul, directrice du Tech Transparency Project. « Qu’il s’agisse d’un oubli ou d’une prise d’argent n’a pas d’importance. C’est totalement inacceptable ».

Lorsque vous naviguez sur Facebook et sur le Web en général, ses algorithmes surveillent votre comportement. Ils finissent par vous classer dans des catégories en fonction de ce qu’ils ont observé à votre sujet : vos tendances politiques, votre musique préférée, vos intérêts et vos loisirs, etc.

C’est ce qui attire les annonceurs, qui veulent montrer des publicités adaptées à ces groupes.

Mais de nombreux utilisateurs ne savent pas que Facebook peut déduire tout, de leur race à leur sexualité ou à leur statut relationnel, simplement à partir de leur activité en ligne. En outre, plusieurs de ces catégories sont inappropriées pour les mineurs. Le rapport a révélé que Facebook utilisait le comportement des adolescents pour les placer dans des catégories d’intérêt pour les « boissons alcoolisées », la « perte de poids extrême » et le « tabac », et notait même si les adolescents étaient célibataires afin qu’ils puissent être ciblés par des publicités de sites de rencontres.

Tous les utilisateurs de Facebook sont placés dans des catégories d’intérêt. Mais les mineurs de moins de 18 ans ne sont pas censés être placés dans certaines catégories pour adultes. Facebook s’est retrouvé dans l’eau chaude pour avoir montré des publicités inappropriées aux enfants depuis au moins 2014. En 2019, une enquête du Guardian a révélé que des enfants étaient encore étiquetés comme étant intéressés par le tabac et l’alcool.

Les journalistes ont découvert d’autres problèmes avec les catégories créées par l’algorithme de l’entreprise.

En 2017, un rapport de ProPublica a révélé que l’entreprise permettait aux annonceurs de cibler des utilisateurs qui indiquaient leur propre profession comme « chasseurs de juifs« . L’année suivante, Facebook s’est excusé pour avoir indiqué que des milliers d’utilisateurs en Russie étaient « intéressés par la trahison. » Puis, en 2019, Facebook a conclu un accord avec des groupes de défense des droits civils qui affirmaient que l’entreprise permettait aux annonceurs de discriminer certains groupes lorsqu’ils publiaient des annonces pour des emplois et des logements.

Facebook a mis en place des garde-fous pour empêcher que celles-ci ne soient montrées à des utilisateurs mineurs, mais le directeur du TTP affirme que les publicités test ont été approuvées « en quelques heures ».

« Il n’y a absolument aucune raison pour que Facebook ait marqué près d’un million d’adolescents comme potentiellement intéressés par les « boissons alcoolisées » et d’autres catégories », a déclaré Paul.

Facebook n’a pas fait de commentaire avant la publication initiale de cet article. Après la publication de l’article, un porte-parole a déclaré : « Nous enquêtons sur les raisons pour lesquelles certaines de ces publicités contrevenantes n’ont pas été détectées. Nous interdisons que les publicités sur l’alcool, les produits de perte de poids et certains autres sujets soient montrés aux personnes de moins de 18 ans et nous avons des outils de restriction d’âge pour que les entreprises puissent mieux contrôler qui voit leur contenu. Nous pouvons également réexaminer les publicités après leur mise en ligne ».

TTP a créé six publicités test, chacune conçue autour d’un sujet que les utilisateurs de moins de 18 ans ne sont pas censés voir. Il s’agit notamment d’une publicité pour des « conseils ana » (« ana » est une abréviation bien connue de l’anorexie), que TTP dit avoir ciblée sur les utilisateurs que Facebook classe comme étant intéressés par la « perte de poids extrême » et les « aliments de régime ». Une fausse publicité pour le vapotage ciblait des utilisateurs mineurs classés comme intéressés par les « cigarettes électroniques » et le « tabac ». Les annonceurs ne sont pas autorisés à cibler des utilisateurs de moins de 18 ans avec des annonces de sites de rencontres, mais l’annonce test de TTP a été approuvée en deux heures seulement.

En plus de créer les catégories, Facebook montre également aux annonceurs sa « portée estimée », c’est-à-dire le nombre d’utilisateurs susceptibles de voir une publicité une fois qu’elle est placée. Facebook a estimé que 900 000 utilisateurs verraient la publicité pour l’alcool, tandis que 5 millions verraient la publicité pour le site de rencontres. Si le réseau social ne corrige pas immédiatement la façon dont il contrôle ses propres règles en matière de placement des publicités, le groupe avertit que Facebook est « en position de tirer profit de messages nuisibles … destinés à un groupe d’âge vulnérable ».

Naviguez sans pub sur Facebook

Bloquez la pub et les traceurs sur les réseaux sociaux
Le logiciel antipub Shelblock bloque toutes les publicités de votre fil d’actualité et protège vos données personnelles sur le réseau social Facebook. Allez sur Facebook en toute sécurité grâce au logiciel Shelblock.

David SCHMIDT

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page