US Date:28 October, 2020

Bataille pour FORBACH, le 276e d’infanterie

Forbach pendant la guerre

BATAILLE POUR FORBACH, par Frank H Lowry

Après la libération d'Oeting, l'objectif immédiat du 276e d'infanterie était Forbach, un centre minier français bien défendu près de Sarrebruck, en Allemagne. Pour atteindre Forbach, les Pionniers devaient franchir trois imposantes barrières de terrain : les hauteurs du Kleinwald couvertes d'épais bois, l'ancien château de Schlossberg dominant Forbach, et à gauche des hauteurs une étroite vallée bien protégée que les GI devaient traverser. La tour du Schlossberg, vieille de quatre cents ans, servait de poste d'observation à l'ennemi, à partir duquel ses observateurs dirigeaient les tirs d'artillerie et de mortier contre les pionniers qui avançaient. Des armes automatiques couvraient la vallée sur presque toute la distance entre Oeting et Forbach.

Le 18 février, sous un feu d'artillerie de 88 mm, un feu intense de mitrailleuses et une pluie froide terrible, les compagnies A et C s'emparèrent de deux collines du Kleinwald et les compagnies I et L combattirent jusqu'à des positions où elles attaqueraient le château et les casernes voisines le lendemain matin. En fin d'après-midi du 19 février, [voir rapport S-3, 276e] après avoir subi de nombreuses pertes, la compagnie I avait encerclé le château, la compagnie L avait nettoyé les casernes et la compagnie A prit pied à Forbach en capturant l'hôpital Marie-Madeleine. Le régiment se met alors en position pour entrer dans Forbach. Les compagnies de fusiliers du 1er Bataillon plus la compagnie F étaient à droite, et les compagnies de fusiliers du 3e Bataillon plus la compagnie E étaient à gauche. Les compagnies d'armes lourdes étaient en soutien. Cette nuit-là, les Allemands intensifient leurs efforts pour défendre la ville par un bombardement continu de mortiers et d'artillerie sur toutes les positions du 276e d'infanterie, y compris le château de Schlossberg. Des armes légères, des mortiers, des grenades à purée de pommes de terre et des panzerfausts ont été utilisés sans relâche contre les GI à l'hôpital. Cette résistance déterminée, qui s'est poursuivie toute la journée du 20 février et jusque dans la nuit, a tenu la compagnie A à l'hôpital et a constitué la dernière tentative désespérée des Allemands pour repousser les pionniers de Forbach. Chaque tentative de pénétration dans les défenses allemandes se traduit par un plus grand nombre de blessés et de morts, mais cet après-midi-là, le général Barnett ordonne au Bloody Axe Regiment d'attaquer immédiatement et de capturer Forbach. "Couper, taillader et conduire !"

Une vue de Forbach prise près de la tour montre la raclée que la ville a subie de la part des canons américains, tant de l'artillerie que de l'aviation. Photo de Chester Garstki

A 8 heures, le 21 février, face à un intense feu de mitrailleuses et de mortiers, les GI attaquent, percent les défenses ennemies et font irruption dans la ville. Lentement et méthodiquement, ils ont pris maison après maison dans la partie sud-est de la ville. Ce fut une épreuve coûteuse et sanglante, et le nombre de victimes fut stupéfiant. Les combats de ville étaient une expérience inédite pour les Pionniers. Jusqu'alors, leurs combats se déroulaient dans de petits villages, des forêts et des montagnes. Les bâtiments à plusieurs étages présentaient des obstacles à surmonter bien différents de ceux des petites maisons comme à Wingen et à Oeting. Chaque bâtiment était en fait un énorme bunker, avec de petites fenêtres en sous-sol qui s'ouvraient au niveau de la rue comme des embrasures de casemates. Les murs de pierre massifs variaient de plusieurs pouces à plus de trois pieds d'épaisseur et beaucoup pouvaient résister à l'impact d'une artillerie de 105 mm. Les Allemands connaissaient tous les bâtiments, les rues, les ruelles et les places de quartier. Ils se positionnaient à des endroits stratégiques dans toute la ville où ils établissaient des points forts ; et avec un minimum d'effectifs, ils défendaient habilement leurs lignes avec des fusils, des mortiers légers, des canons à rots et d'autres armes automatiques. Leurs observateurs avancés ont dirigé des tirs de mortier et d'artillerie sur les GI en progression avec une précision incroyable.

Un groupe de de la 70th à Forbach, en 1945. Debout de gauche à droite: inconnu, Henry Naftulin, Nick Lauletta, Traina, d'autres inconnus. Personne à genoux est identifié comme Tschirhart

Lorsque les hommes ne pouvaient plus voir ce qu'ils attaquaient, les compagnies se préparaient à tenir bon pour la nuit et à défendre les biens immobiliers pour lesquels elles avaient payé si cher. Les hommes étaient physiquement épuisés par la journée éreintante passée à prendre d'assaut les bâtiments, à courir et à grimper sur les décombres, et par le fait d'avoir été à l'attaque pendant plus d'une semaine sans relâche. Leurs maigres repas étaient des rations K et C souvent consommées sur le pouce. La tombée de la nuit n'était pas une occasion de se reposer. Ils nettoyaient leurs armes, changeaient leurs chaussettes, postaient des sentinelles et certains partaient en patrouille pour localiser les positions ennemies. Les blessés à pied se rendaient aux postes de secours et les plus gravement blessés étaient aidés par leurs camarades. L'attaque reprit à l'aube du 22 février, lorsque la résistance ennemie s'accrut considérablement du fait qu'ils amenèrent plusieurs centaines de renforts pendant la nuit. Les compagnies de ligne poursuivirent leur pénible progression de bâtiment en bâtiment jusqu'au centre-ville. Les pertes sont toujours élevées et l'évacuation rapide des blessés devient plus difficile. En début d'après-midi, la compagnie A atteint la place du centre ville où plusieurs rues, dont l'autoroute d'Oeting, convergent vers la rue Nationale, principale artère est-ouest. Là, l'ennemi était bien établi dans des caves commandant des champs de tir dégagés dans toutes les rues qui se croisaient. Alors que les GI approchaient de la place, ils ont été accueillis par une pluie de balles de mitrailleuses, de tirs de snipers et d'obus de mortier. Plus ils se rapprochaient de la rue Nationale, plus les combats devenaient intenses et féroces. Le commandant a appelé l'artillerie et quelques minutes plus tard, des obus de 105 mm ont éclaté au-dessus de la tête des hommes et se sont écrasés sur les bâtiments occupés par l'ennemi de l'autre côté de la place. Les obus ont explosé si près des GI qu'ils les ont à peine entendus passer, mais ils ont senti la commotion et la pression sur leurs oreilles. Lorsque les bombardements ont cessé, les GI se sont précipités sur la place, ont lancé des grenades sur les bâtiments et ont fait irruption avec des fusils en feu. Après avoir traversé la rue Nationale, les deux bataillons continuèrent vers le nord pendant quelques pâtés de maisons jusqu'à la voie ferrée qui, avec ses cours adjacentes, semblait être une barrière infranchissable. La gare du côté sud de la ligne principale était déserte et, à l'exception de quelques wagons de marchandises en panne, les cours étaient vides de toute activité, mais dès que quelqu'un essayait de s'approcher des voies, c'était l'enfer. Ils étaient là, attendant en force.

Escadron de mortiers D/276Les fusiliers ont poussé les Allemands, rue par rue, hors de Forbach, l'ennemi détenait toujours environ un tiers de cette ville. Ici, le 24/24/45, un peloton de mortiers de la D/276 vient d'envoyer un obus en arc de cercle. Au premier plan, un officier est au téléphone pour vérifier le champ de tir avec un observateur avancé. (Photo du Signal Corps)

Pendant ce temps, l'avance du 274e d'infanterie à travers les forêts et les crêtes montagneuses à l'est de Forbach rencontre une opposition et des contre-attaques vicieuses de l'ennemi, par conséquent les ordres sont de tenir le chemin de fer et d'établir une ligne de défense jusqu'à ce que les deux régiments soient en ligne. Pendant les jours qui suivirent, les hommes consolidèrent leurs positions et nettoyèrent les dernières poches de résistance au sud du chemin de fer. Les combats se déroulèrent principalement sous forme d'échanges de tirs de fusils, de mitrailleuses et de mortiers. Pour se tenir au courant des activités de l'ennemi et des mouvements de troupes, des patrouilles de reconnaissance furent envoyées chaque nuit. De même, les patrouilles allemandes étaient actives. Des obus d'artillerie lourde et des nebelwerfers (hurleurs), dont les explosions étaient terribles, frappaient Forbach jour et nuit. Le 2 mars, le 274e d'infanterie avait capturé les crêtes montagneuses à l'est de Forbach, et le flanc droit du 276e d'infanterie n'était plus exposé. Le 3 mars à 8 heures, sous une pluie froide, le régiment attaque en travers de la voie ferrée avec le 1er bataillon à droite et le 3e bataillon à gauche. Les fusiliers des compagnies d'assaut entrent et capturent les maisons de leurs secteurs respectifs moins de dix minutes après avoir franchi la ligne de départ. Dans une tentative de passage sous un passage souterrain, les compagnies K et A ont rencontré des tirs d'armes légères et d'armes automatiques provenant de la route et des mines terrestres ont empêché le peloton de chars attaché de passer sous le passage souterrain. Un peloton de mines du génie a été appelé pour dégager la voie aux chars et une concentration d'artillerie de 240 mm a fait exploser les positions fortifiées ennemies. Le barrage d'artillerie lourde a permis aux GI's de poursuivre leur périlleuse tâche qui consistait à courir de la rue au caniveau et à la porte, à lancer des grenades à main dans les fenêtres et les embrasures des caves, à grimper et trébucher sur les décombres et à faire irruption dans les bâtiments. Ils ont attaqué de porte en porte, de bâtiment en bâtiment, et de bloc en bloc jusqu'à la limite nord de Forbach et dans la forêt de Forbach. À ce moment-là, les fantassins de combat étaient totalement épuisés, affamés et mouillés par de nombreux jours de combat rapproché sous une pluie misérable et froide. Ils étaient meurtris et coupés par les chutes de débris et de verre brisé qui jonchaient les rues pavées et trouées de pots, mais ils continuèrent à avancer vers l'Allemagne.

Frank Lowry a servi comme chef d'équipe dans la compagnie A/276e Régiment d'infanterie. Il a personnellement participé à la bataille de Forbach et de Wingen. Il est décédé.

(Source traduite depuis : https://www.trailblazersww2.org/units_276_forbach.htm)

Laisser un commentaire