David SCHMIDTForbach (57)

Hommage à Samuel Paty à Forbach

Avec le Maire, M. Alexandre CASSARO

Retour sur les faits:

Il y a un an, le 16 octobre 2020, le professeur Samuel Paty était assassiné aux abords de son collège, victime du terrorisme islamiste. La commémoration de cet évènement tragique doit, pour l’École de la République, être à la hauteur à la fois du traumatisme subi et des principes et valeurs qui ont été attaqués à travers cet assassinat.

M. Alexandre Cassaro, Maire de Forbach.

Il y a un an, Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie au collège de Conflans-Sainte-Honorine, a été lâchement assassiné. Il est une des trop nombreuses victimes du terrorisme islamiste en France et dans le monde. L’acte barbare dont Samuel Paty a été la victime est le reflet d’une idéologie obscurantiste et moyenâgeuse.

Je tiens à adresser toute ma solidarité et toute ma compassion à la communauté éducative.
Enseigner n’est pas un métier comme les autres. Enseigner ne se limite pas à la transmission des savoirs fondamentaux.

Enseigner, c’est permettre, aux plus jeunes, de se construire, au sein de notre société, en tant que citoyen éclairé. Enseigner, c’est transmettre les belles valeurs de notre République : la liberté, l’égalité, la fraternité mais aussi la laïcité. En définitive, enseigner est une véritable vocation.

Cette définition, que je tente de faire, du métier d’enseignant correspond parfaitement à l’état d’esprit de Samuel Paty. En France, pays des lumières, la pluralité de la presse est une richesse que nous devons défendre et continuer à enseigner à nos écoliers.

  • En France, la satire et la caricature forment une tradition qui contribue à la conservation de notre système démocratique.
  • En France, la laïcité est une valeur qui fait de notre pays une République d’être une et indivisible et qui permet de faire société.

Oui, la France est une grande démocratie mais l’actualité nous démontre que rien n’est définitivement acquis. Des extrémismes et des fondamentalismes en tout genre tentent d’imposer un pouvoir de nuisance et une véritable chape de plomb sur notre société. Certains profitent des tragédies et d’autres continuent, silencieusement mais sournoisement, à tenter de construire un inversement de valeurs. Face à ce phénomène, les Républicains de tous bords ont le devoir de ne rien céder. Au contraire, collectivement, nous nous devons d’enclencher une véritable reconquête républicaine.

Cette reconquête républicaine commence par le fait de ne jamais oublier Samuel Paty. Cette commémoration est triste mais elle est essentielle. Elle nous rappelle qu’un homme est mort pour avoir défendu notre idéal républicain. Elle nous rappelle que nous devons, constamment, rester vigilants et faire bloc. Elle nous rappelle que nous avons, toutes et tous, un devoir vis-à-vis de notre jeunesse. Le devoir de tout mettre en œuvre pour que les jeunes femmes et les jeunes hommes de notre pays soient éduqués, cultivés, altruistes et ouverts sur le monde.

Vive la République ! Vive la France !
Alexandre Cassaro, Maire de Forbach.

 

Quel est le rôle de l’école à présent ?

L’École a en effet pour mission de former des individus libres, égaux et fraternels. Le terrorisme et son terreau en sont l’exact inverse. C’est pour cette raison que l’École est le premier antidote face à ce fléau contemporain parce qu’elle permet de forger l’esprit critique des élèves.

Le rôle de Samuel Paty, comme de tout professeur, était d’accompagner chaque élève vers les progrès de la connaissance et de la conscience, en confrontant les faits, les opinions, les analyses. Il a été assassiné dans l’exercice de cette mission essentielle.

Cérémonie à huit clos dans l’établissement où exerçait Samuel Paty

Dans le collège où travaillait Samuel Paty, enseignants et élèves se sont réunis samedi presque à huis clos pour une cérémonie poignante. Près de 300 personnes, dont une soixantaine de personnels, des parents et des élèves, se sont rassemblées sous une tente, derrière la cour de récréation, soudés près d’une grande fresque colorée portant les mots «respect, paix, amour et tolérance».

«Samuel semblait toujours calme, serein», il avait le «sourire tranquille», raconte un enseignant. «Bienveillant, il savait deviner quand l’un d’entre nous paraissait un peu plus éteint (…) Nous nous souviendrons toujours de Samuel avec sa légendaire écharpe violette». Comme la couleur des rubans qu’ils ont accroché à leurs vêtements. «En salle des profs, il lui arrivait de lancer des débats philosophiques sur la liberté, et il parlait sa tasse Star Wars à la main», reprend un professeur. «Depuis rien n’est plus comme avant», témoigne une autre enseignante.

A Valence : Menace lors de la cérémonie en Hommage à Samuel Paty

Le parent d’élève qui a menacé de mort le personnel d’un collège de Valence sera jugé en janvier
L’établissement scolaire avait puni son fils pour avoir crié « Allah akbar ! » lors de la minute de silence organisée en hommage à l’enseignant assassiné. Le père d’un élève qui avait menacé de mort le personnel d’un collège où son fils avait reçu un avertissement après avoir crié « Allah akbar » lors de l’hommage à Samuel Paty sera jugé le 20 janvier, a annoncé, mercredi 20 octobre, le parquet de Valence.

L’agent de sécurité de 43 ans, habitant à Valence et de nationalité française, sera d’ici là placé sous contrôle judiciaire, a précisé le parquet dans un communiqué, à l’issue de sa présentation au juge des libertés et des détentions mercredi après-midi. Le parquet avait requis sa comparution immédiate et son placement en détention provisoire. (Le Monde).

David SCHMIDT

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page