Electronique

Débuter avec un montage simple.

Votre premier montage simple

D.S. Le premier article de cette catégorie, je tenais a ce qu’il soit simple pour être assimilé.
Je ne ferais pas de vous un crack en éléctronique mais j’éspère vous faire comprendre les bases.

Il est plus facile que vous ne le pensez de commencer à utiliser l’électronique de base. Ce tuto démystifiera, nous l’espérons, les bases de l’électronique afin que tous ceux qui s’intéressent à la construction de circuits puissent démarrer sur les chapeaux de roue.

Il s’agit d’un aperçu rapide de l’électronique pratique et mon but n’est pas de me plonger profondément dans la science de l’ingénierie électrique. Si vous souhaitez en savoir plus sur la science de l’électronique de base, Wikipedia est un bon endroit pour commencer votre recherche.

A la fin de cette tuto, toute personne intéressée par l’apprentissage de l’électronique de base devrait être capable de lire un schéma et de construire un circuit en utilisant des composants électroniques standard.

Étape 1: Électricité

Il existe deux types de signaux électriques : le courant alternatif (CA) tel que le 220 Volts

et le courant continu (CC).

Avec le courant alternatif, le sens d’écoulement de l’électricité dans le circuit est constamment inversé. Vous pouvez même dire qu’il s’agit d’une alternance de direction. Le taux d’inversion est mesuré en Hertz, qui est le nombre d’inversions par seconde. Ainsi, lorsqu’ils disent que l’alimentation électrique française est de (50 Hz, ce qu’ils veulent dire, c’est qu’elle s’inverse 100 fois par seconde (deux fois par cycle).

Avec le courant continu, l’électricité circule dans un sens entre le courant et la terre. Dans cet arrangement, il y a toujours une source de tension positive et une source de tension à la terre (0V). Vous pouvez le tester en lisant une pile avec un multimètre. Pour savoir comment faire, consultez la page du multimètre Ladyada (vous voudrez mesurer la tension en particulier).

En parlant de tension, l’électricité est généralement définie comme ayant une tension et un courant nominal. La tension est évidemment nominale en Volts et le courant est nominal en Ampères. Par exemple, une pile 9V neuve aurait une tension de 9V et un courant d’environ 500mA (500 milliampères).

L’électricité peut également être définie en termes de résistance et de watts. Nous parlerons un peu de la résistance dans la prochaine étape, mais je ne vais pas m’étendre en détail sur Watts. Au fur et à mesure que vous approfondissez l’électronique, vous découvrirez des composants d’une puissance nominale de Watt. Il est important de ne jamais dépasser la puissance nominale d’un composant, mais heureusement, la puissance de votre alimentation en courant continu peut facilement être calculée en multipliant la tension et le courant de votre source d’alimentation.

Si vous voulez mieux comprendre ces différentes mesures, ce qu’elles signifient et comment elles se rapportent, regardez cette image informative sur la loi d’Ohm.

La lois d’ohm

Étape 2 : Circuits

Un circuit est un chemin complet et fermé par lequel le courant électrique peut circuler. En d’autres termes, un circuit fermé permettrait la circulation de l’électricité entre le courant et la terre. Un circuit ouvert interromprait le flux d’électricité entre l’alimentation et la terre.

Tout ce qui fait partie de ce système fermé et qui permet à l’électricité de circuler entre le courant et la terre est considéré comme faisant partie du circuit.
.

Étape 3: Résistance

La prochaine considération très importante à garder à l’esprit est que l’électricité dans un circuit doit être utilisée.
Par exemple, dans le circuit ci-dessus, le moteur traversé par l’électricité ajoute de la résistance au flux d’électricité. Ainsi, toute l’électricité passant par le circuit est mise à profit.

En d’autres termes, il faut qu’il y ait quelque chose entre le positif et la terre qui ajoute de la résistance au flux d’électricité et l’utilise. Si la tension positive est connectée directement à la terre et ne passe pas d’abord par quelque chose qui ajoute de la résistance, comme un moteur, cela provoquera un court-circuit. Cela signifie que la tension positive est connectée directement à la terre.

De même, si l’électricité traverse un composant (ou un groupe de composants) qui n’ajoute pas suffisamment de résistance au circuit, un court-circuit se produira également (voir la vidéo sur la loi d’Ohm).
Les courts-circuits sont mauvais parce qu’ils provoquent une surchauffe de la batterie et/ou du circuit, un bris, un incendie et/ou une explosion.

Il est très important d’éviter les courts-circuits en s’assurant que la tension positive n’est jamais directement reliée à la terre.

Cela dit, n’oubliez jamais que l’électricité suit toujours la voie de la moindre résistance à la terre. Cela signifie que si vous donnez à une tension positive le choix de passer par un moteur à la terre, ou de suivre un fil directement à la terre, elle suivra le fil parce que le fil fournit le moins de résistance. Cela signifie également qu’en utilisant le fil pour contourner la source de résistance directement à la terre, vous avez créé un court-circuit. Veillez toujours à ne jamais brancher accidentellement une tension positive à la terre lorsque vous branchez des appareils en parallèle.

Notez également qu’un interrupteur n’ajoute aucune résistance à un circuit et qu’un simple interrupteur entre l’alimentation et la terre crée un court-circuit.

Étape 4 : Série V. Parallèle

Il y a deux façons différentes de câbler des choses appelées série et parallèle.
Quand les choses sont câblées en série, les choses sont câblées les unes après les autres, de sorte que l’électricité doit passer à travers une chose, puis la suivante, puis la suivante, et ainsi de suite.
Dans le premier exemple, le moteur, l’interrupteur et la batterie sont tous câblés en série parce que le seul chemin pour que l’électricité circule est d’un, au suivant et au suivant.

Lorsque les choses sont câblées en parallèle, elles sont câblées côte à côte, de sorte que l’électricité les traverse toutes en même temps, d’un point commun à un autre point commun.Dans l’exemple suivant, les moteurs sont câblés en parallèle car l’électricité passe par les deux moteurs d’un point commun à un autre point commun. dans le dernier exemple, les moteurs sont câblés en parallèle, mais la paire de moteurs parallèles, le commutateur et les batteries sont tous câblés en série. Ainsi, le courant est réparti entre les moteurs en parallèle, mais doit toujours passer en série d’une partie du circuit à l’autre.

Si cela n’a pas encore de sens, ne vous inquiétez pas. Lorsque vous commencerez à construire vos propres circuits, tout cela deviendra clair.

Étape 5 : Composants de base

Pour construire des circuits, vous devrez vous familiariser avec quelques composants de base. Ces composantes peuvent sembler simples, mais elles sont le pain et le beurre de la plupart des projets électroniques. Ainsi, en vous familiarisant avec ces quelques éléments de base, vous serez en mesure d’aller loin

Étape 6 : Résistances

Comme leur nom l’indique, les résistances ajoutent de la résistance au circuit et réduisent la circulation du courant électrique. Il est représenté dans un schéma de circuit sous la forme d’un gribouillis pointu avec une valeur à côté de celui-ci.

Les différents repères sur la résistance représentent différentes valeurs de résistance. Ces valeurs sont mesurées en ohms.

Les résistances ont également des puissances nominales différentes. Pour la plupart des circuits DC basse tension, des résistances de 1/4 watt devraient convenir.
Vous lisez les valeurs de gauche à droite vers la bande dorée (typique). Les deux premières couleurs représentent la valeur de la résistance, la troisième représente le multiplicateur et la quatrième (la bande dorée) représente la tolérance ou la précision du composant. Vous pouvez déterminer la valeur de chaque couleur en consultant le tableau des valeurs de couleur des résistances.
Ou… pour vous faciliter la vie, vous pouvez simplement rechercher les valeurs à l’aide d’un calculateur de résistance graphique.

Quoi qu’il en soit…. une résistance avec les marquages brun, noir, orange, or se traduira comme suit :
1 (brun) 0 (noir) x 1 000 = 10 000 avec une tolérance de +/- 5%.
Toute résistance de plus de 1000 ohms est généralement court-circuitée à l’aide de la lettre K. Par exemple, 1 000 serait 1K, 3 900 correspondrait à 3,9K et 470 000 ohms à 470K.
Les valeurs de plus d’un million d’ohms sont représentées par la lettre M. Dans ce cas, 1 000 000 d’ohms deviendraient 1M.

Étape 7 : Condensateurs

Un condensateur est un composant qui emmagasine l’électricité et la décharge ensuite dans le circuit lorsqu’il y a une chute d’électricité. Vous pouvez le considérer comme un réservoir de stockage d’eau qui libère de l’eau lorsqu’il y a une sécheresse pour assurer un débit régulier.

Les condensateurs sont mesurés en Farads. Les valeurs que vous rencontrerez typiquement dans la plupart des condensateurs sont mesurées en picofarad (pF), nanofarad (nF), et microfarad (uF). Ils sont souvent utilisés de façon interchangeable et il est utile d’avoir un tableau de conversion à portée de main.

Les types de condensateurs les plus couramment rencontrés sont les condensateurs à disque céramique qui ressemblent à de minuscules M&Ms avec deux fils en saillie et les condensateurs électrolytiques qui ressemblent davantage à de petits tubes cylindriques avec deux fils sortant par le fond (ou parfois à chaque extrémité).

Les condensateurs à disque céramique sont non polarisés, ce qui signifie que l’électricité peut passer à travers eux peu importe comment ils sont insérés dans le circuit. Ils sont généralement marqués d’un code numérique qui doit être décodé. Les instructions pour lire les condensateurs en céramique se trouvent ici. Ce type de condensateur est généralement représenté dans un schéma par deux lignes parallèles.

Les condensateurs électrolytiques sont généralement polarisés. Cela signifie qu’une branche doit être connectée à la terre du circuit et l’autre branche doit être connectée à l’alimentation. S’il est connecté à l’envers, il ne fonctionnera pas correctement. Les condensateurs électrolytiques ont la valeur écrite sur eux, typiquement représentée en uF. Ils marquent également le pied qui se raccorde au sol par le symbole moins (-). Ce condensateur est représenté dans un schéma sous la forme d’une ligne droite et courbe côte à côte. La ligne droite représente l’extrémité qui se connecte à l’alimentation et la courbe connectée à la terre.

Étape 8 : Diodes

Les diodes sont des composants polarisés. Ils ne laissent passer le courant électrique que dans un seul sens. Ceci est utile dans la mesure où il peut être placé dans un circuit pour empêcher l’électricité de circuler dans la mauvaise direction.

Une autre chose à garder à l’esprit est qu’il faut de l’énergie pour passer à travers une diode, ce qui entraîne une chute de tension. Il s’agit généralement d’une perte d’environ 0,7 V. Il est important de garder cela à l’esprit pour plus tard lorsque nous parlons d’une forme spéciale de diodes appelée LEDs.

L’anneau situé à une extrémité de la diode indique le côté de la diode qui est relié à la terre. C’est la cathode. Il s’ensuit que l’autre côté se connecte au courant. Ce côté est l’anode.
Le numéro de référence de la diode est typiquement écrit dessus, et vous pouvez découvrir ses différentes propriétés électriques en consultant sa fiche technique.

Ils sont représentés dans le schéma sous la forme d’une ligne avec un triangle pointant vers elle. La ligne est le côté qui est relié à la terre et le bas du triangle est relié à la puissance.

Étape 9 : Transistors

Un transistor absorbe un petit courant électrique au niveau de sa broche de base et l’amplifie de telle sorte qu’un courant beaucoup plus important peut passer entre ses broches de collecteur et d’émetteur. La quantité de courant qui passe entre ces deux broches est proportionnelle à la tension appliquée à la broche de base.
Il existe deux types de transistors de base, à savoir les transistors NPN et PNP. Ces transistors ont une polarité opposée entre le collecteur et l’émetteur. Pour une introduction très complète sur les transistors, consultez cette page.

Les transistors NPN permettent le passage de l’électricité de la broche du collecteur à la broche de l’émetteur. Ils sont représentés dans un schéma avec une ligne pour une base, une ligne diagonale reliant la base et une flèche diagonale pointant à l’opposé de la base.

Les transistors PNP permettent le passage de l’électricité de la broche de l’émetteur à la broche du collecteur. Ils sont représentés dans un schéma avec une ligne pour une base, une ligne diagonale reliant la base et une flèche diagonale pointant vers la base.

Les transistors ont leur numéro de pièce imprimé sur eux et vous pouvez consulter leurs fiches techniques en ligne pour en savoir plus sur la disposition de leurs broches et leurs propriétés spécifiques. Veillez également à tenir compte de la tension et du courant nominal du transistor.

Étape 10 : Circuits intégrés

Un circuit intégré est un circuit spécialisé entier qui a été miniaturisé et s’adapte sur une petite puce, chaque branche de la puce étant reliée à un point du circuit. Ces circuits miniaturisés se composent généralement de composants tels que des transistors, des résistances et des diodes.

Par exemple, le schéma interne d’une puce de minuterie 555 comporte plus de 40 composants.
Comme les transistors, vous pouvez tout apprendre sur les circuits intégrés en consultant leurs fiches techniques. Sur la fiche technique, vous apprendrez la fonctionnalité de chaque broche. Il doit également indiquer la tension et le courant nominaux de la puce elle-même et de chaque broche individuelle.
Les circuits intégrés sont disponibles dans une variété de formes et de tailles différentes. En tant que débutant, vous travaillerez principalement avec des puces DIP. Ils sont munis de broches pour le montage à trous traversants. Au fur et à mesure que vous avancez, vous pouvez envisager des puces SMT qui sont soudées en surface d’un côté d’une carte de circuit imprimé.

L’encoche ronde sur l’un des bords de la puce IC indique la partie supérieure de la puce. La quille en haut à gauche de la puce est considérée comme la quille 1. de la quille 1, vous lisez séquentiellement le long du côté jusqu’au bas (c.-à-d. la quille 1, la quille 2, la quille 3…). Une fois en bas, vous vous déplacez vers le côté opposé de la puce, puis vous commencez à lire les chiffres jusqu’à ce que vous atteigniez à nouveau le haut.
Gardez à l’esprit que certains jetons plus petits ont un petit point à côté de la broche 1 au lieu d’une encoche au sommet du jeton.

Il n’y a pas de méthode standard pour incorporer tous les circuits intégrés dans les schémas de circuit, mais ils sont souvent représentés sous forme de boîtes contenant des chiffres (les chiffres représentant le numéro de la broche).

Étape 11 : Potentiomètres

Les potentiomètres sont des résistances variables. En clair, ils ont une sorte de bouton ou de curseur que vous tournez ou poussez pour changer la résistance dans un circuit. Si vous avez déjà utilisé un bouton de volume sur une chaîne stéréo ou un gradateur de lumière coulissant, alors vous avez utilisé un potentiomètre.
Les potentiomètres sont mesurés en ohms comme les résistances, mais plutôt que d’avoir des bandes de couleur, ils ont leur valeur nominale écrite directement dessus (i.e. “1M”). Ils sont également marqués d’un “A” ou d’un “B”, qui indique le type de courbe de réponse dont ils disposent.

Les potentiomètres marqués d’un “B” ont une courbe de réponse linéaire. Cela signifie que lorsque vous tournez le bouton, la résistance augmente uniformément (10, 20, 30, 40, 50, etc.). Les potentiomètres marqués d’un “A” ont une courbe de réponse logarithmique. Cela signifie que lorsque vous tournez le bouton, les nombres augmentent logarithmiquement (1, 10, 100, 10 000, etc.).

Les potentiomètres ont trois branches pour créer un diviseur de tension, qui est essentiellement deux résistances en série. Lorsque deux résistances sont mises en série, le point entre elles est une tension qui est une valeur quelque part entre la valeur de la source et la masse.

Par exemple, si vous avez deux résistances 10K en série entre la puissance (5V) et la masse (0V), le point de rencontre de ces deux résistances sera la moitié de l’alimentation (2.5V) car les deux résistances ont des valeurs identiques. En supposant que ce point central est en fait la broche centrale d’un potentiomètre, lorsque vous tournez le bouton, la tension sur la broche centrale augmente réellement vers 5V ou diminue vers 0V (selon la direction dans laquelle vous la tournez). Ceci est utile pour ajuster l’intensité d’un signal électrique dans un circuit (d’où son utilisation comme bouton de volume).

Ceci est représenté dans un circuit comme une résistance avec une flèche pointant vers le milieu.
Si vous ne connectez qu’une des broches extérieures et la broche centrale au circuit, vous ne modifiez que la résistance à l’intérieur du circuit et non le niveau de tension sur la broche centrale. C’est aussi un outil utile pour la construction de circuits parce que souvent vous voulez juste changer la résistance à un point particulier et ne pas créer un diviseur de tension réglable.

Cette configuration est souvent représentée dans un circuit sous la forme d’une résistance avec une flèche sortant d’un côté et revenant en boucle pour pointer vers le milieu.

Étape 12: LEDs

LED signifie diode électroluminescente. Il s’agit essentiellement d’un type spécial de diode qui s’allume lorsque l’électricité le traverse. Comme toutes les diodes, la LED est polarisée et l’électricité ne doit passer que dans un seul sens.

Il y a généralement deux indicateurs pour vous indiquer dans quelle direction l’électricité passera et une LED. Le premier indicateur que la LED aura un fil positif plus long (anode) et un fil de masse plus court (cathode). L’autre indicateur est une encoche plate sur le côté de la DEL pour indiquer le fil positif (anode). Gardez à l’esprit que toutes les DEL n’ont pas cette encoche d’indication (ou que ce n’est pas toujours le cas).

Comme toutes les diodes, les LEDs créent une chute de tension dans le circuit, mais n’ajoutent généralement pas beaucoup de résistance. Afin d’éviter un court-circuit du circuit, il faut ajouter une résistance en série. Pour déterminer la taille d’une résistance dont vous avez besoin pour une intensité optimale, vous pouvez utiliser ce calculateur LED en ligne pour déterminer la résistance nécessaire pour une seule LED. Il est souvent recommandé d’utiliser une résistance dont la valeur est légèrement supérieure à celle qui est retournée par la calculatrice.

Vous pourriez être tenté de brancher les DEL en série, mais gardez à l’esprit que chaque DEL consécutive entraînera une chute de tension jusqu’à ce qu’il ne reste plus assez d’énergie pour les garder allumées. Ainsi, il est idéal d’éclairer plusieurs LEDs en les câblant en parallèle. Toutefois, vous devez vous assurer que toutes les DEL ont la même puissance nominale avant de le faire (les différentes couleurs sont souvent cotées différemment).

Les DELs apparaîtront dans un schéma sous la forme d’un symbole de diode avec des éclairs qui s’en détachent, pour indiquer qu’il s’agit d’une diode incandescente

Étape 13 : Commutateurs

Un interrupteur est essentiellement un dispositif mécanique qui crée une coupure dans un circuit. Lorsque vous activez l’interrupteur, il ouvre ou ferme le circuit. Cela dépend du type de commutateur qu’il est.
Les interrupteurs normalement ouverts (N.O.) ferment le circuit lorsqu’ils sont activés.
Les interrupteurs normalement fermés (N.F.) ouvrent le circuit lorsqu’ils sont activés.

Au fur et à mesure que les commutateurs deviennent plus complexes, ils peuvent à la fois ouvrir une connexion et en fermer une autre lorsqu’ils sont activés. Ce type d’interrupteur est un interrupteur unipolaire à deux positions (SPDT).

Si vous deviez combiner deux commutateurs SPDT en un seul commutateur, il s’agirait d’un commutateur bipolaire double effet (DPDT). Cela permettait de couper deux circuits distincts et d’en ouvrir deux autres, chaque fois que l’interrupteur était activé.

Étape 14: Batteries

Une batterie est un conteneur qui convertit l’énergie chimique en électricité. Pour simplifier à l’excès, on peut dire qu’il “stocke le pouvoir”.

En plaçant les batteries en série, vous ajoutez la tension de chaque batterie consécutive, mais le courant reste le même. Par exemple, une pile AA est de 1,5 V. Si vous mettez 3 en série, cela fait un total de 4.5V. Si vous deviez ajouter un quatrième en série, il deviendrait alors 6V.

En plaçant les batteries en parallèle, la tension reste la même, mais la quantité de courant disponible double. Cette opération est beaucoup moins fréquente que la mise en série de batteries et n’est généralement nécessaire que lorsque le circuit nécessite plus de courant qu’une seule série de batteries ne peut en fournir.

Il est recommandé de vous procurer une gamme de supports de piles AA. Par exemple, j’obtiendrais un assortiment contenant 1, 2, 3, 4 et 8 piles AA.

Les batteries sont représentées dans un circuit par une série de lignes alternées de différentes longueurs. Il existe également des repères supplémentaires pour la puissance, la masse et la tension nominale.

Étape 15 : Plaque De Montage Sans Soudure

Plaque d’essai de montage pour composants electroniques pour le prototypage de l’électronique. Ils sont recouverts d’une grille de trous, qui sont divisés en rangées électriquement continues.
Dans la partie centrale il y a deux colonnes de lignes qui sont côte à côte. Ceci est conçu pour vous permettre d’insérer un circuit intégré dans le centre.

Après son insertion, chaque broche du circuit intégré aura une rangée de trous électriquement continus qui lui seront connectés.

De cette façon, vous pouvez rapidement construire un circuit sans avoir à souder ou torsader des fils ensemble. Il suffit de connecter les pièces qui sont câblées ensemble dans l’une des rangées électriquement continues.
Sur chaque bord de la plaque d’essai, il y a généralement deux lignes d’autobus continues. L’un est conçu comme un bus d’alimentation et l’autre comme un bus de masse. En branchant l’alimentation et la mise à la terre respectivement dans chacun de ceux-ci, vous pouvez facilement y accéder de n’importe où sur la plaque d’essai.

Étape 16 : Câble

Pour relier les choses entre elles à l’aide d’une planche d’harmonie, vous devez utiliser soit un composant, soit un fil.

Les fils sont jolis parce qu’ils vous permettent de connecter des choses sans ajouter pratiquement aucune résistance au circuit. Cela vous permet d’être flexible quant à l’endroit où vous placez les pièces parce que vous pouvez les connecter ensemble plus tard avec du fil. Il vous permet également de connecter une pièce à plusieurs autres pièces.

il est recommandé d’utiliser un fil à âme pleine isolé de 22awg (calibre 22). Vous pouvez l’obtenir à Radioshack. Le fil rouge indique généralement une connexion d’alimentation et le fil noir représente une connexion de mise à la terre.

Pour utiliser du fil dans votre circuit, il suffit de couper une pièce sur mesure, de dénuder un quart de pouce d’isolant à chaque extrémité du fil et de l’utiliser pour raccorder les points ensemble

Étape 17 : Votre premier circuit

Liste des pièces :

Résistance 1K ohm – 1/4 Watt
5mm LED rouge
Interrupteur à bascule SPST
Connecteur de batterie 9Vor

Si vous regardez le schéma, vous verrez que la résistance 1K, la LED et le commutateur sont tous connectés en série avec la pile 9V. Lorsque vous construisez le circuit, vous pourrez allumer et éteindre la LED avec l’interrupteur.
Vous pouvez rechercher le code couleur d’une résistance 1K à l’aide du calculateur graphique de résistance. N’oubliez pas non plus que la LED doit être branchée dans le bon sens (indice – la longue jambe va du côté positif du circuit).
J’avais besoin de souder un fil solide à chaque branche de l’interrupteur. Pour des instructions sur la façon de le faire, consultez la section “How to Solder” Instructable. Si c’est trop pénible pour vous, laissez simplement l’interrupteur hors du circuit.
Si vous décidez d’utiliser l’interrupteur, ouvrez-le et fermez-le pour voir ce qui se passe lorsque vous faites et coupez le circuit.

Étape 18 : Votre deuxième circuit

Liste des pièces :
2N3904 Transistor PNP
2N3906 Transistor NPN
Résistance 47 ohms – 1/4 Watt
Résistance 1K ohm – 1/4 Watt
Résistance 470K ohm – 1/4 Watt
Condensateur électrolytique 10uF
Condensateur à disque céramique 0,01uF
5mm LED rouge
Porte-piles 3V AA

Facultatif :
Résistance 10K ohm – 1/4 Watt
Potentiomètre 1M

Le prochain schéma peut sembler intimidant, mais il est en fait assez simple. Il utilise toutes les pièces que nous venons de traverser pour faire clignoter automatiquement une DEL.
Tous les transistors NPN ou PNP d’usage général devraient faire pour le circuit, mais si vous voulez suivre à la maison, j’utilise des transistors 293904 (NPN) et 2N3906 (PNP). J’ai appris leur disposition des broches en consultant leurs fiches techniques. Une bonne source pour trouver rapidement des fiches techniques est Octopart.com. Recherchez simplement le numéro de pièce et vous trouverez une photo de la pièce et un lien vers la fiche technique.

Par exemple, d’après la fiche technique du transistor 2N3904, j’ai rapidement pu voir que la broche 1 était l’émetteur, la broche 2 la base et la broche 3 le collecteur.

En dehors des transistors, toutes les résistances, les condensateurs et les LED doivent être faciles à connecter. Cependant, il y a un point délicat dans le schéma. Remarquez le demi-arc près du transistor. Cet arc indique que le condensateur saute par-dessus la trace de la batterie et se connecte à la base du transistor PNP à la place.
Aussi, lors de la construction du circuit, n’oubliez pas de garder à l’esprit que les condensateurs électrolytiques et les LED sont polarisés et ne fonctionneront que dans un sens.

Après avoir terminé la construction du circuit et branché l’alimentation, il devrait clignoter. S’il ne clignote pas, vérifiez soigneusement toutes vos connexions et l’orientation de toutes les pièces.
Un truc pour déboguer rapidement le circuit est de compter les composants dans le schéma par rapport aux composants sur votre planche à pain. S’ils ne correspondent pas, vous avez oublié quelque chose. Vous pouvez aussi faire le même tour de comptage pour le nombre de choses qui se connectent à un point particulier dans le circuit.

Une fois qu’il fonctionne, essayez de changer la valeur de la résistance 470K. Notez qu’en augmentant la valeur de cette résistance, la LED clignote plus lentement et qu’en la diminuant, la LED clignote plus rapidement.
La raison en est que la résistance contrôle la vitesse à laquelle le condensateur 10uF se remplit et se décharge. Ceci est directement lié au clignotement de la LED.
Remplacez cette résistance par un potentiomètre 1M qui est en série avec une résistance 10K. Le câbler de telle sorte qu’un côté de la résistance se connecte à une broche extérieure du potentiomètre et l’autre côté à la base du transistor PNP. La broche centrale du potentiomètre doit être reliée à la terre. La vitesse de clignotement change maintenant lorsque vous tournez le bouton et balayez la résistance.

Étape 19 : Votre troisième circuit

Picture of Your Third CircuitPicture of Your Third CircuitListe des pièces :

555 Minuterie IC
Résistance 1K ohm – 1/4 Watt
Résistance 10K ohm – 1/4 Watt
Résistance 1M ohm – 1/4 Watt
Condensateur électrolytique 10uF
Condensateur à disque céramique 0,01uF
Petit haut-parleur
Connecteur de batterie 9V

Ce dernier circuit utilise une puce de minuterie 555 pour faire du bruit à l’aide d’un haut-parleur.

Ce qui se passe, c’est que la configuration des composants et des connexions sur la puce 555 fait osciller rapidement la broche 3 entre haut et bas. Si vous deviez représenter graphiquement ces oscillations, cela ressemblerait à une onde carrée (une onde qui alterne entre deux niveaux de puissance). Cette onde pulse alors rapidement le haut-parleur, qui déplace l’air à une fréquence si élevée que nous entendons ceci comme une tonalité stable de cette fréquence.

Assurez-vous que la puce 555 est à cheval sur le centre de la plaque d’appui, de sorte qu’aucune des broches ne puisse être accidentellement connectée. En outre, il suffit d’effectuer les connexions comme indiqué dans le schéma de principe.

Notez également le symbole “NC” sur le schéma. Ceci signifie “No Connect”, ce qui signifie évidemment que rien ne se connecte à cette broche dans ce circuit.

Vous pouvez lire tous les 555 puces sur cette page et voir une grande sélection de 555 schémas supplémentaires sur cette page.

Pour ce qui est de l’orateur, utilisez un petit haut-parleur comme celui que vous pourriez trouver à l’intérieur d’une carte de vœux musicale. Cette configuration ne peut pas piloter un grand haut-parleur, plus le haut-parleur est petit, mieux c’est. La plupart des enceintes sont polarisées, assurez-vous donc que le côté négatif de l’enceinte est connecté à la terre (si nécessaire).

Si vous voulez aller plus loin, vous pouvez créer un bouton de volume en connectant une broche extérieure d’un potentiomètre 100K à la broche 3, la broche centrale à l’enceinte, et la broche extérieure restante à la masse.

Étape 20 : Vous êtes seul(e)

Ok…. Vous n’êtes pas vraiment seul. L’Internet est plein de gens qui savent comment faire ce genre de choses et qui ont documenté leur travail afin que vous puissiez apprendre à le faire aussi. Allez de l’avant et cherchez ce que vous voulez faire. Si le circuit n’existe pas encore, il y a des chances pour qu’il y ait de la documentation sur quelque chose de similaire déjà en ligne.
De site Discover Circuits est un excellent endroit pour commencer à trouver les schémas de circuit. Ils ont une liste complète de circuits amusants à expérimenter.  D.S.

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page