US Date:28 October, 2020

la Grande Muraille Verte au Sénégal contre le changement climatique

La Grande Muraille Verte offre un grand potentiel

Le Sénégal commence à planter la Grande Muraille Verte contre le changement climatique

Le mur d'arbres de 4 000 miles qui s'étendrait du Sénégal à Djibouti est conçu pour arrêter la désertification
Grande Muraille Verte : Des ouvriers arrosent la pépinière de Widu dans la région de Louga au Sénégal
Des ouvriers arrosent la pépinière Widu dans la région de Louga au Sénégal, qui fait partie de la Grande Muraille Verte, une bande luxuriante de 15 km de large composée de différentes espèces de plantes, destinée à couvrir les 7 600 km qui séparent le Sénégal de Djibouti pour enrayer la désertification.

La capitale du Sénégal, Dakar, est située sur une péninsule qui s'avance dans l'océan Atlantique. Le désert du Sahara se trouve à au moins mille kilomètres, mais l'air est aujourd'hui si épais de sable que le sommet des immeubles disparaît dans une brume de sable.

C'est la pire tempête de sable de l'année et les gens d'ici craignent que le changement climatique ne rende ces événements plus fréquents. Les saisons se déplacent dans toute la région. Au Sénégal, la saison des pluies commençait autrefois en juillet ou en août, mais elle ne commence plus qu'en septembre. La diminution des pluies - ainsi que le surpâturage - entraîne une augmentation des déserts dans tout le Sahel. Environ 40 % de l'Afrique est aujourd'hui touchée par la désertification et, selon les Nations unies, deux tiers des terres arables du continent pourraient être perdues d'ici 2025 si cette tendance se poursuit.

Le Sénégal est l'un des 11 pays de la région du Sahel en Afrique qui cherchent la même solution au problème de la désertification : la Grande Muraille Verte. L'objectif du projet est de planter un mur d'arbres, long de 4 300 miles et large de 9 miles, à travers le continent africain, du Sénégal à Djibouti. Les dirigeants africains espèrent que les arbres emprisonneront les sables du Sahara et arrêteront l'avancée du désert.

Papa Sarr est le directeur technique de la Grande Muraille Verte au Sénégal : "Nous sommes convaincus qu'une fois que nous aurons commencé à planter la muraille d'arbres, la poussière diminuera à Dakar", dit-il.

Papa Sarr est assis sur le siège passager d'un 4x4 en route vers Widou, un village qui, espère-t-il, servira de modèle pour la Grande Muraille Verte du Sénégal. Les routes pavées de Dakar font place aux chemins de sable rouge du Shahel, une zone de transition de savane sèche entre les jungles équatoriales au sud et le Sahara au nord. Des chèvres noires et blanches serpentent devant le camion et des acacias au sommet plat parsèment le paysage sablonneux. Ils sont pratiquement la seule végétation dans une région où la saison sèche peut durer jusqu'à 10 mois.

À quatre heures au nord-ouest de Dakar, le village de Widou est situé à côté d'une section de la Grande Muraille Verte du Sénégal. Ici, les acacias n'ont que quatre ans, la taille haute et épineuse. Les arbres sont entourés d'un mur coupe-feu et d'une clôture métallique pour empêcher les chèvres de manger les arbres. Tous les arbres ont été choisis avec soin. Sarr dit : "Lorsque nous concevons une parcelle, nous regardons les arbres locaux et voyons ce qui peut le mieux y pousser, nous essayons de copier la nature".

Deux millions d'arbres sont plantés au Sénégal chaque année ; mais tous doivent être plantés pendant la courte saison des pluies. Les ouvriers plantent des acacias dans le sable avec du fumier animal comme engrais. Sarr montre un arbre d'un mètre de haut. "Celui-ci est l'Acacia nilotica. Il produit de la gomme arabique utilisée dans la médecine locale et un fruit qui peut être consommé par les animaux".

Pour que le projet réussisse, il était crucial de planter des arbres qui apporteraient également des avantages aux personnes vivant ici. Le gouvernement a des plans ambitieux pour planter plus d'arbres, mais la Grande Muraille verte est aussi un projet de développement, visant à aider les populations rurales.

Dans le Sahel sénégalais, le groupe ethnique dominant est celui des Peuhls. Grands et maigres, ils portent de longues robes fluides vert émeraude et bleu saphir. Ils ressemblent à des bijoux contre le sable rouillé et l'herbe sèche brune. Les femmes ont des tatouages bleus sur le menton et portent de lourdes boucles d'oreilles qui étirent le lobe de leurs oreilles.

Traditionnellement nomades, les Peuhls aident maintenant à entretenir les arbres et à planter des jardins. Un jour par semaine, les femmes de la région se portent volontaires pour aider à entretenir des jardins pleins de carottes, de choux, de tomates et même de pastèques. Le canonnier Yarati utilise le côté de sa tong pour amonceler le sol sablonneux autour des plants de pommes de terre. "J'aime travailler ici", dit-elle. "J'aime travailler avec mes amis, nous rions et jouons pendant que nous travaillons, mais ce qui est vraiment génial, c'est que nous avons des légumes plus variés. Nous mangeons les légumes nous-mêmes, mais nous les vendons aussi au marché".

Le marché le plus proche se trouve à une trentaine de kilomètres et avant que les jardins n'apparaissent, il fallait faire une journée entière de marche en charrette à cheval pour obtenir des légumes frais. Tout près des pommes de terre, Nime Sumaso verse une cruche d'eau sur des carottes. Elle raconte : "Quand les gens sont venus de Dakar et nous ont montré qu'ils pouvaient planter des légumes dans leurs communautés, nous avons vu que ce serait un moyen d'aider les femmes de notre propre communauté et nous avons donc su que le projet de la Grande Muraille Verte était important pour nous".

Pour les Peuhls, le travail est divisé en grande partie en fonction du sexe. Ainsi, alors que les femmes voient surtout (et rapidement) les avantages du projet dans leurs jardins, les hommes ont une perspective différente. La principale responsabilité d'un homme est de s'occuper des grands troupeaux de chèvres et de vaches de la famille.

Au petit matin, des vaches à bosse blanche et à cornes géantes se rassemblent autour des abreuvoirs. Les Peuhls dépendent de leurs animaux pour leur subsistance, et le bétail a besoin de beaucoup d'eau. Les scientifiques disent que les arbres de la Grande Muraille Verte amélioreront les précipitations et rechargeront la nappe phréatique. C'est donc une bonne nouvelle pour les bergers locaux comme Alfaca. "Planter des arbres est bon pour nous", dit-il. "Ces arbres peuvent apporter de l'eau et l'eau est notre avenir. L'eau peut résoudre notre problème."

Tous ceux qui participent à la Grande Muraille verte sont d'accord pour dire que l'objectif final est d'aider les communautés rurales. Mais les opinions varient quant à la meilleure façon pour le projet d'y parvenir. Les dirigeants africains envisagent la Grande Muraille Verte comme un mur d'arbres pour retenir le désert. Mais les scientifiques et les agences de développement la voient plutôt comme un "mur" métaphorique, une mosaïque de différents projets visant à réduire la pauvreté et à améliorer les terres dégradées.

La Grande Muraille Verte a reçu un total de 1,8 milliard de dollars de la Banque mondiale et 108 millions de dollars supplémentaires du Fonds pour l'environnement mondial. Jean-Marc Sinnassamy est chargé de programme au Fonds pour l'environnement mondial. "Nous ne finançons pas une initiative de plantation d'arbres", dit-il, "c'est plus lié à l'agriculture, au développement rural, à la sécurité alimentaire et à la gestion durable des terres que la plantation d'arbres".

Les 11 pays impliqués dans le projet sont déterminés à progresser, mais les défis sont nombreux : pauvreté abjecte, changement de saison et instabilité politique sont au premier plan. La région entière est en pleine crise alimentaire. Le Programme alimentaire des Nations unies estime que pas moins de 11 millions de personnes au Sahel n'ont pas assez à manger et le Mali a récemment connu un coup d'État militaire.

Le Sénégal est actuellement le pays le plus éloigné avec la Grande Muraille Verte. Ils ont planté environ 50 000 acres d'arbres en plus de protéger les arbres existants. Elle a été couronnée de succès jusqu'à présent au Sénégal, mais tout le monde ne pense pas qu'elle puisse fonctionner dans toute la région du Sahel.

Gray Tappan est géographe au sein de l'United States Geological Survey. Selon lui, "il y a eu une longue histoire d'échecs successifs dans les projets externes qui viennent et essaient de planter des arbres".

M. Tappan explique que ces projets échouent pour de nombreuses raisons. Parfois, les projets plantent des espèces non indigènes qui ne peuvent pas survivre dans le climat sec, ou les populations locales ne soutiennent pas le projet et permettent à leurs chèvres de manger les arbres nouvellement plantés.

Dans le village de Widou, ces préoccupations ne semblent pas être un problème mais Tappan est sceptique quant à la possibilité d'imiter le modèle du Widou à travers 4 300 miles d'écosystèmes et de communautés variés. Il pense qu'un meilleur modèle peut être trouvé au Niger. Historiquement, les agriculteurs de ce pays enlevaient tous les arbres ou buissons qui poussaient dans leurs champs. Mais suite à une sécheresse dévastatrice dans les années 1980, les agriculteurs ont décidé de laisser pousser la végétation naturelle et ont planté des cultures vivrières autour. Il en est résulté un excédent de nourriture et 12 millions d'hectares d'arbres, soit une superficie de la taille du Costa Rica.

Tappan a passé 30 ans à travailler dans la région et admet avoir été choqué par cette transformation : "En 2006, nous avons fait une grande visite sur le terrain au Niger et nous avons été tout simplement époustouflés par l'immensité de ce reverdissement".

Des scientifiques comme M. Tappan pensent que ce type de régénération naturelle a beaucoup plus de chances de réussir que la plantation d'arbres. Mais les dirigeants politiques du Sénégal sont attachés à leur vision. Djibo Leyti Ka est le ministre de l'environnement. Il est en charge du projet de la Grande Muraille Verte pour l'ensemble du pays. Il dit : "Nous avons beaucoup de désert du Sénégal à Djibouti. Un mur d'arbres arrêtera le vent".

Ka rejette les critiques qui disent que ce n'est pas pratique. "Ils sont fous ! La poussière arrive. Le sable va tous nous couvrir et nous devons l'arrêter. Il y a beaucoup de projets environnementaux au Sénégal, mais celui-ci est le plus important".

De retour à la Grande Muraille Verte près de Widou, Papa Sarr s'arrête pour reprendre le travail qu'ils ont fait jusqu'à présent. Les arbres de la taille n'ont que quatre ans, mais il attend de grandes choses d'eux.

"Dans 10 à 15 ans, ce sera une forêt. Les arbres seront grands et cette région sera complètement transformée. Nous voyons déjà revenir des animaux qui ne sont pas venus ici depuis des années. Principalement des cerfs et de nombreuses espèces d'oiseaux sauvages, même des chacals", dit-il.

Il n'est pas certain que le nouveau président élu du Sénégal, Macky Sall, sera aussi engagé dans la Grande Muraille verte que son prédécesseur Abdouley Wade. Mais pour les personnes qui vivent ici, qui s'occupent de leurs vaches, qui arrosent le jardin et qui espèrent que les pluies viendront, la Grande Muraille Verte offre un grand potentiel de changement positif au Sénégal et dans cette région d'Afrique pour les générations à venir.

David SCHMIDT

Laisser un commentaire