Monde

L’armée du Myanmar utilise la torture pour supprimer les femmes

Que s'est-il passé et pourquoi ?

Selon une enquête de la BBC, l’armée du Myanmar a perpétré en juillet une série de massacres de civils qui ont entraîné la mort d’au moins 40 hommes.

Selon des témoins oculaires et des survivants, des soldats, dont certains n’avaient que 17 ans, ont rassemblé des villageois avant de séparer les hommes et de les tuer. Les vidéos et les images des incidents semblent montrer que la plupart des personnes tuées ont d’abord été torturées puis enterrées dans des fosses peu profondes.

Les meurtres ont eu lieu en juillet, lors de quatre incidents distincts dans le canton de Kani, un bastion de l’opposition dans le district de Sagaing, dans le centre du Myanmar.

Un porte-parole du gouvernement militaire n’a pas nié ces allégations.

L’armée est confrontée à la résistance des civils depuis qu’elle a pris le contrôle du pays lors d’un coup d’État en février, déposant un gouvernement démocratiquement élu dirigé par Aung San Suu Kyi.

La BBC s’est entretenue avec 11 témoins à Kani et a comparé leurs récits avec des images de téléphones portables et des photographies recueillies par Myanmar Witness, une ONG basée au Royaume-Uni qui enquête sur les violations des droits de l’homme dans le pays.

Coup d’État au Myanmar : Que s’est-il passé et pourquoi ?

Comment l’armée du Myanmar utilise la torture pour supprimer les femmes
Le massacre le plus important a eu lieu dans le village de Yin, où au moins 14 hommes ont été torturés ou battus à mort et leurs corps jetés dans un ravin boisé.

Les témoins à Yin – dont nous n’avons pas divulgué les noms pour protéger leur identité – ont déclaré à la BBC que les hommes avaient été attachés avec des cordes et battus avant d’être tués.

“Nous ne pouvions pas supporter de regarder ça, alors nous avons gardé la tête baissée, en pleurant”, a déclaré une femme, dont le frère, le neveu et le beau-frère ont été tués.

“Nous les avons suppliés de ne pas le faire. Ils s’en fichaient. Ils ont demandé aux femmes : “Vos maris sont-ils parmi eux ? S’ils le sont, faites vos derniers rites’.”

Un homme qui a réussi à échapper aux tueries a déclaré que les soldats ont infligé des sévices horribles aux hommes pendant des heures avant qu’ils ne meurent.

“Ils ont été attachés, frappés avec des pierres et des crosses de fusil et torturés toute la journée”, a déclaré le survivant.

“Certains soldats semblaient jeunes, peut-être 17 ou 18 ans, mais certains étaient vraiment vieux. Il y avait aussi une femme avec eux”.

Dans le village voisin de Zee Bin Dwin, fin juillet, 12 corps mutilés ont été retrouvés enterrés dans des fosses communes peu profondes, dont un petit corps, probablement un enfant, et le corps d’une personne handicapée. Certains étaient mutilés.

Le corps d’un homme d’une soixantaine d’années a été retrouvé attaché à un prunier à proximité. Des images de son cadavre, visionnées par la BBC, montrent des signes évidents de torture. Sa famille a déclaré que son fils et ses petits-enfants avaient fui lorsque les militaires sont entrés dans le village, mais qu’il était resté, croyant que son âge le protégerait.

Les meurtres semblent être une punition collective pour les attaques contre les militaires par les milices civiles de la région, qui demandent le rétablissement de la démocratie. Les combats entre l’armée et les branches locales de la Force de défense populaire – nom collectif des milices civiles – se sont intensifiés dans la région au cours des mois qui ont précédé les massacres, notamment les affrontements près de Zee Bin Dwin.

Il ressort clairement des preuves visuelles et des témoignages recueillis par la BBC que les hommes ont été spécifiquement visés, ce qui correspond à une tendance observée dans tout le Myanmar ces derniers mois, à savoir que les villageois de sexe masculin subissent un châtiment collectif à la suite d’affrontements entre les Forces de défense populaires et l’armée.

Le coup d’État au Myanmar : Pourquoi maintenant et quelle sera la suite ?

Un camion militaire fonce sur un groupe de manifestants au Myanmar.

Les familles des personnes tuées ont insisté sur le fait que ces hommes n’étaient pas impliqués dans des attaques contre l’armée. Une femme qui a perdu son frère dans le massacre du village de Yin a déclaré avoir supplié les soldats, leur disant que son frère “ne pouvait même pas manier une catapulte”.

Elle raconte qu’un soldat lui a répondu : “Ne dites rien. Nous sommes fatigués. Nous allons te tuer.”

Depuis le coup d’État, les journalistes étrangers sont interdits de reportage au Myanmar et la plupart des médias non étatiques ont été fermés, ce qui rend le reportage sur le terrain pratiquement impossible.

La BBC a demandé au général Zaw Min Tun, ministre adjoint de l’information et porte-parole de l’armée du Myanmar, de répondre aux allégations soulevées dans le présent article. Celui-ci n’a pas nié que des soldats avaient perpétré des massacres.

“Cela peut arriver”, a-t-il déclaré. “Quand ils nous traitent comme des ennemis, nous avons le droit de nous défendre”.

Les Nations unies enquêtent actuellement sur les violations présumées des droits de l’homme commises par l’armée du Myanmar.

D.S.

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Articles similaires

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page