MondeMusique

Où en est l’affaire R.Kelly ?

« Il pousse les gens à faire des choses très dégradantes »

En novembre dernier, après avoir visionné pour la première fois «Surviving R. Kelly», documentaire explosif dans lequel de nombreuses femmes accusent le chanteur de violences sexuelles, Azriel Clary tombe de haut et comprend qu’elle vit depuis plus de quatre ans une relation abusive avec lui. C’est le début d’une vraie prise de conscience. Aujourd’hui, elle regrette de l’avoir défendu et de ne pas avoir parlé plus tôt du calvaire qu’elle a subi. Elle comprend aussi qu’elle n’est pas la seule femme dont la vie a été détruite par les agissements de la star américaine. «Je pense qu’il y a des centaines de victimes. Robert a des petites amies dans chaque ville, des conquêtes dans chaque ville. (…) Son truc, c’est de faire du chantage. Il pousse les gens à faire des choses très dégradantes, en les filmant par exemple, et les oblige à signer des documents pour éviter qu’ils se retournent contre lui. (…) Ce qu’il a fait est terrible. Lorsque j’ai vu le documentaire, et que j’ai compris qu’il s’était comporté de la sorte avec tant d’autres femmes, je me suis dit que je n’étais pas si spéciale. Il agit comme ça depuis les années 1990. C’est vraiment douloureux car je l’aimais vraiment, je voulais vraiment un futur avec lui. Et maintenant, quand j’entends son nom, j’aimerais juste pouvoir effacer chaque souvenir que j’ai avec lui, qu’il soit bon ou mauvais», a-t-elle confié.

Une publication partagée par Azriel Clary (@azrielmostwanted) le 1 Janv. 2020

Selon Azriel Clary, R. Kelly a tout fait pour se protéger des accusations, notamment en créant des documents qui pourraient endommager la réputation de ses victimes. «Beaucoup ont honte ou sont gênées de témoigner contre lui parce que ça les incriminera. Il y a tant de choses accablantes. Il a des lettres de personnes qui lui avouent [faussement] qu’elles lui ont volé des choses. Il a des lettres de personnes qui lui disent qu’elles ont été violées ou victimes d’abus de la part de leurs parents, de leurs frères ou d’autres membres de la famille. Il a même des enregistrements vidéos de personnes agressant leurs jeunes nièces ou jeunes frères. Et donc je sais qu’il y a beaucoup de femmes qui se sentent humiliées ou honteuses de dire la vérité parce que cet homme a eu tellement de pouvoir et de contrôle sur elles qu’elles ont été jusqu’à molester leur jeune frère. Personnellement, si j’avais fait quelque chose de ce style, je me sentirais trop honteuse pour sortir de ma réserve. Heureusement, je n’ai jamais été dans cette situation. Mais ai-je vu ça avec d’autres femmes ? Absolument», a-t-elle ajouté.

Femmes montées les unes contre les autres

Comme de nombreuses autres femmes qui accusent R. Kelly, Azriel Clary décrit un quotidien fait de violences physiques et émotionnelles. Elle admet avoir été souvent battue et bafouée. Elle explique aussi que le chanteur contrôlait tout ce qu’elle faisait, de sa manière de s’habiller à ses repas. Elle devait lui demander l’autorisation de se doucher et lui avait juré loyauté au point d’être interdite de contacter ses proches ou sa famille. Azriel Clary, qui avait donc seulement 17 ans lorsqu’elle a rencontré R. Kelly, affirme également qu’elle vivait avec d’autres femmes et qu’elle était «forcée d’avoir des rapports sexuels en groupe avec des hommes et des femmes jusqu’à cinq fois par jour. (…) Les abus sexuels survenaient régulièrement. Robert avait des pulsions fréquentes, faire ça trois à cinq fois par jour était normal pour lui». Elle confirme également des actes sexuels dégradants, comme le fait que R. Kelly se filmait souvent en train d’uriner ou de déféquer sur des femmes.

Si par malheur Azriel Clary ou les autres femmes ne respectaient pas les règles établies par le chanteur, il les obligeaient à «se battre». «Nous étions chez lui à Atlanta et il s’est précipité dans la pièce en disant qu’il y avait une réunion et qu’une des filles ne voulait pas aider à nettoyer pour cette réunion. A cause de ça, deux autres filles ont commencé à abuser verbalement cette fille, puis elles ont commencé à la frapper, à la gifler. Robert est revenu dans la pièce et il s’est aussi mis à la gifler, à l’insulter, à la pousser, comme si c’était une poupée de chiffon. C’est le premier signe avant-coureur que j’ai décelé», a-t-elle poursuivi.

Désormais détachée de l’emprise de son bourreau, Azriel Clary tente de se reconstruire, soutenue par sa famille. Elle est également persuadée que R. Kelly ne reconnaîtra jamais ses responsabilités et sa culpabilité. «Il sait qu’il a fait des choses horribles. Mais honnêtement, il sait aussi qu’il a trop à perdre. Il n’a pas d’autre choix que de combattre ces accusations. Ça fait tellement de temps qu’il fait ça, il nie tout ça depuis trop longtemps. Il n’a pas d’autre choix que de continuer à le nier», a-t-elle déploré.

Après la publication de l’interview d’Azriel Clary, un avocat de R. Kelly a contre-attaqué en décrédibilisant son témoignage, l’accusant de se retourner pour gagner de l’argent dans le dos de la star. Le chanteur a été arrêté pour la dernière fois en juillet 2019. Il est accusé d’avoir enlevé, séquestré, menacé et filmé à leur insu plusieurs jeunes filles et jeunes femmes dans quatre Etats différents. R. Kelly a beau nié les accusations portées contre lui depuis des décennies : s’il est -enfin- reconnu coupable des nombreux chefs d’accusation, il risque la prison à vie.

Surviving R Kelly Part II : que pouvons-nous apprendre de cette horrible mise à jour ?

Si le monde fonctionnait comme il le devrait, il n’y aurait jamais eu de Surviving R Kelly, la série de documentaires détaillant près de trois décennies d’abus sexuels présumés – la plupart contre des mineurs, et presque entièrement contre de jeunes femmes afro-américaines – par le musicien R&B. Au moment où la série, produite par l’activiste dream hampton, a été diffusée sur Lifetime en janvier dernier, les allégations contre R Kelly étaient déjà publiques depuis longtemps et elles se multipliaient. Mais il a fallu un événement télévisé de six heures pour faire ce que de multiples procès publics, des images d’abus sexuels d’enfants très médiatisées et un procès, une cassette largement diffusée impliquant des actes sexuels avec une jeune fille de 14 ans, un article à sensation de BuzzFeed News du journaliste Jim DeRogatis et le mouvement #MuteRKelly n’ont pas pu faire : la chaleur qui couve le malaise du public – ou, pire, un aveuglement volontaire – sur la conduite de la chanteuse en pleine ébullition.

R Kelly fait face à des accusations de corruption liées à son mariage de 1994 avec la chanteuse Aaliyah

Comme le montre Surviving R Kelly Part II : The Reckoning, la suite qui a été diffusée sur Lifetime ce week-end, la première série a atterri dans un environnement médiatique #MeToo avec un grand succès, produisant une explosion d’attention sur Kelly, attendue depuis longtemps, avec des répercussions juridiques. Des célébrités, de Christina Aguilera à Lady Gaga, ont publiquement fait l’éloge de la série, tandis que les appels pour que la musique de Kelly soit enfin mise en sourdine ont explosé ; son label, RCA, l’a laissé tomber, coupant ainsi des revenus essentiels. Kim Foxx, le procureur de la ville natale de Kelly, Chicago, a lancé un appel public aux victimes pour qu’elles fournissent des informations afin d’aider le ministère public. Six semaines après la diffusion de la série, Kelly a été inculpé pour dix chefs d’accusation d’abus sexuels. Dix-huit chefs d’accusation fédéraux, notamment pour enlèvement, travail forcé et envoi d’images d’abus sexuels d’enfants à travers les frontières de l’État, ont suivi en août.

Tous ces développements pourraient donner l’impression que l’affaire de longue date contre Kelly a abouti, abstraction faite des procès à venir, à une sorte de résolution. Mais Surviving R Kelly Part II illustre, comme dans la première série, avec des interviews obsédantes et minimalement mises en scène, que la compilation des histoires des abus de Kelly devant les caméras n’était pas la fin. En fait, ce n’est que le début d’un combat différent : celui de passer à autre chose, ou de trouver la justice, ou de résister à un retour de bâton vicieux. Cette série de cinq heures, encore une fois aidée par de nombreux commentateurs culturels, activistes, experts en psychologie et professionnels de l’industrie musicale, s’appuie sur les questions qui ont été posées dans le discours post-#MeToo en 2019, maintenant à deux ans du reportage sur Harvey Weinstein qui a lancé un déferlement d’histoires publiques d’abus : cela en valait-il la peine ? Cela valait-il la peine de se présenter devant les médias sociaux, de se soumettre à l’examen du public ? Surtout contre une figure publique, surtout que des femmes noires s’opposent à une célébrité aussi grande que Kelly ? Quelle culture de la complicité a permis que cela dure si longtemps ? Et maintenant que Kelly est en détention, à quoi ressemble la justice ?

Le contrecoup

Les deux premiers épisodes traitent de la série dans son propre contexte médiatique : un succès viral qui a inspiré un sérieux jugement mais aussi un doute et une résistance furieuse. Les dizaines de femmes qui se sont présentées dans la première série, ou qui ont raconté leur histoire à la télévision, selon leurs propres mots, pour la première fois, « ont été elles-mêmes continuellement mises à l’épreuve », déclare la militante Brittany Packnett Cunningham. Le vitriol en ligne a suivi, comme le décrit la série, un scénario typique de blâme des victimes : que portaient-elles ? Pourquoi se mettre dans cette situation ? À quoi pensaient leurs parents ?

La deuxième partie révèle une partie des conséquences de ce contrecoup sur les accusateurs de Kelly, et comment les ressources et les tactiques de peur d’une célébrité à son niveau passent en hyperpropulsion à mesure que sa visibilité augmente. Il y a des images choquantes de la première série à New York, qui a été évacuée sous la menace de violence. Dans le chaos qui a suivi à l’hôtel, un représentant de l’équipe de Kelly aurait menacé une participante à la série, Faith Rodgers, en mettant en ligne des photos de nus pour la punir d’avoir pris la parole en public. Cela n’a finalement pas eu d’importance ; après la diffusion de l’émission, des pages d’autodéfense soutenant Kelly sont apparues – une page particulièrement vile a tenté de discréditer les femmes une par une avec des accusations publiques, des photos d’identité judiciaire et des fuites de photos, y compris celles de Rodgers.

La pression depuis la diffusion de l’émission a été implacable, selon de nombreux intervenants de la première série. Une autre accusatrice, Asante McGee, dit qu’en 2019, elle voulait juste tout faire disparaître. Kelly a peut-être été arrêtée, mais après la date de diffusion, « je me suis sentie comme une moins que rien », dit Rodgers. « Je n’étais plus connue sous le nom de Faith. Je suis connue comme la fille qui a couché avec R Kelly. »

Une culture de la complicité
Tiffany Hawkins : Le récit

« Il ne s’agit pas pour les femmes de trouver nos voix – nous avons toujours eu nos voix », déclare Tarana Burke, fondatrice du mouvement #MeToo, dans la série. « Il s’agit de la capacité des gens à entendre. Nous venons juste de trouver une fréquence à laquelle les gens peuvent nous entendre ».

Les femmes utilisent leur voix pour s’élever contre Kelly depuis plus de deux décennies – même si, comme le souligne la deuxième partie, le système juridique a souvent rendu cette tâche difficile. Comme pour Catch and Kill de Ronan Farrow et She Said de Jodi Kantor et Megan Twohey, deux ouvrages récents qui dissèquent le rapport Weinstein, la partie II examine comment les règlements et les accords de non-divulgation qui les accompagnent sont devenus des outils essentiels pour protéger les agresseurs.

Deux femmes, Tiffany Hawkins et Lanita Carter, illustrent la douleur du silence forcé dans des détails déchirants. Tiffany Hawkins, la première femme à avoir accusé Kelly d’abus sexuel dans un procès, en 1996, a rencontré Kelly en 1991, alors qu’elle avait 15 ans. Elle est rapidement devenue ce qu’il appelait sa « fille du câble » – elle l’a branché avec plusieurs de ses amis de 15 ans avant que Kelly ne rende leur relation sexuelle. Carter était sa tresseuse de cheveux au début des années 2000 et, comme Hawkins, se sentait proche de Kelly en tant que sa « petite sœur » ointe. Lorsqu’il l’a agressée, elle a appelé la police, demandant des poursuites pénales.

Les histoires de ces deux femmes et les poursuites judiciaires éventuelles ont été, elles s’en souviennent, largement ignorées par les autorités de l’époque ; toutes deux ont fini par régler et signer des accords de non-divulgation avec un avocat de Chicago qui, selon DeRogatis, a négocié probablement une douzaine d’accords conclus par la NDA pour Kelly, ce qui équivaut à ce qu’il appelle une « usine à règlements ».

Il y a l’usine du silence, mais aussi le refus d’écouter ou de menacer la vache à lait de la célébrité de Kelly en confrontant son comportement – pas après le procès d’Hawkins, ou le mariage de Kelly avec sa protégée de 15 ans, Aaliyah, ou lorsqu’une cassette montrant Kelly en train d’uriner sur une fille de 14 ans a donné lieu à des accusations d’images d’abus sexuels sur des enfants. Un ancien ingénieur du son qui a travaillé avec Kelly en attendant le procès dans lequel il a été acquitté en 2008, se souvient avoir livré un gâteau d’anniversaire à la fille de la cassette, qui vivait encore dans le garage de Kelly à l’époque. Il savait que des filles vivaient dans la maison mais « nous n’étions pas censés leur parler, elles n’étaient pas censées nous parler », se souvient-il, bien que l’ambiance autour de l’enregistrement de la musique soit restée inchangée.
Nous leur devons tout », se souvient-il.

Dominique Gardner : The Reckoning

Les deux derniers épisodes se concentrent sur la progression après la fin de la première série – qu’est-il arrivé aux filles encore sous le contrôle de Kelly au moment de la diffusion de la première série, et à quoi ressemble la justice pour un casting de victimes comptant, selon DeRogatis, au moins 48 femmes ? La deuxième partie s’intéresse à Dominique Gardner, dont la mère l’a sortie de l’orbite de Kelly en 2018, et aux familles de Joycelyn Savage et Azriel Clary, deux aspirants chanteurs qui ont tous deux rencontré Kelly à 17 ans et qui ont défendu la chanteuse dans son interview avec Gayle King en mars dernier. Dans un détail dévastateur, les familles Savage et Clary réfutent les stéréotypes et la haine que leur ont jetés pendant des années les défenseurs de Kelly et expliquent comment la chanteuse a manipulé leurs filles contre elles. Les deux familles, au moment du tournage en 2019, n’avaient pas vu leurs filles depuis trois ou quatre ans.

Leur témoignage montre les conséquences d’une Kelly non contrôlée et bien pourvue en ressources. Même lorsque le documentaire a été diffusé l’année dernière, les tactiques de manipulation de Kelly – retourner les femmes contre leurs parents, couper la communication, contrôler leurs allées et venues – ont continué à faire des ravages dans leurs familles. Clary, selon l’épilogue, a quitté le cercle de Kelly en décembre, mais le soutient toujours alors qu’il se prépare pour le procès. Savage, à la date de diffusion de l’émission, est resté isolé de sa famille.

Kelly attend son premier procès en avril, mais pour les téléspectateurs, la question de la justice et la poursuite des négociations sur la question de savoir s’il faut séparer l’art de l’artiste sont immédiates. Comme pour les retombées de l’émission de HBO « Finding Neverland » sur les allégations d’abus de Michael Jackson, il est urgent de savoir comment écouter quand les gens disent, selon DeRogatis, « être conscient du contexte ». Soyez conscient de ce qu’il dit vraiment dans ce canon de la musique. Soyez conscient de la douleur qu’il a causée aux gens ».

Après le premier, le deuxième, le troisième, le quatrième, le cinquième, on aurait pu dire : « Plus jamais ça. Mais il y a eu le sixième, le septième, le huitième – nous aurions pu l’arrêter à ce moment-là », dit Oronike Odeleye, co-fondatrice du mouvement #MuteRKelly. « Et puis il y a eu la neuvième, la dixième, la onzième. Cela dure depuis près de 30 ans maintenant à cause du silence ». Surviving R Kelly Part II : The Reckoning fait valoir qu’il y a encore des choses à raconter, et qu’il y a toujours une obligation d’écouter – même si, espérons-le, nous pouvons enfin dire : plus jamais ça …

DS: Enquête faite sur la traduction de plusieurs article, à lire aussi :
https://davidschmidt.fr/r-kelly-les-filles-etaient-retenues-contre-leurs-volontes

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page