FlashPlanète

Une nouvelle planète a été découverte autour de Proxima Centauri

La planète est baptisée "Proxima d"

Une nouvelle planète a été découverte dans notre voisinage galactique.

Une équipe d’astronomes a trouvé des preuves de la présence d’une troisième planète en orbite autour de l’étoile la plus proche de notre système solaire, Proxima Centauri. En raison de sa relative proximité (d’où son nom !) avec la Terre, ce mystérieux système stellaire est une cible idéale pour une future mission d’exploration d’un monde au-delà des frontières de notre propre système stellaire.

À l’aide du Very Large Telescope (VLT) de l’Observatoire européen austral (ESO) au Chili, l’équipe à l’origine de cette nouvelle étude a détecté une exoplanète en orbite autour de Proxima du Centaure.

Ils ont capté un signal correspondant à un objet passant autour de l’étoile sur une orbite de cinq jours. Mais le signal était très faible, et l’équipe a dû effectuer des observations de suivi avec l’instrument ESPRESSO (Echelle SPectrograph for Rocky Exoplanets and Stable Spectroscopic Observations) pour confirmer que le signal était bien une planète, et non causé par de légers changements dans l’étoile elle-même.

La planète, baptisée Proxima d, a une masse égale à environ un quart de celle de la Terre. En fait, il s’agit non seulement de la planète la plus légère découverte dans ce système stellaire, mais aussi de l’une des exoplanètes les plus légères jamais découvertes.

Si les humains développent la technologie nécessaire pour voyager au-delà des limites du système solaire et atteindre des destinations interstellaires, Proxima Centauri sera la première cible d’une telle mission. Aujourd’hui, nous avons de nouvelles preuves de l’existence de divers mondes qui attendent d’être explorés par ces futures entreprises.

“Cette découverte montre que notre voisin stellaire le plus proche semble regorger de nouveaux mondes intéressants, à la portée d’une étude plus approfondie et d’une exploration future”, a déclaré João Faria dans un communiqué.

Faria est chercheur à l’Institut de “Astrofísica e Ciências do Espaço”, au Portugal, et auteur principal de l’étude. Mais il y a plus.

Proxima centauri illo
Cette dernière découverte montre à quel point notre système stellaire voisin est diversifié.
ESO/L. Calçada

Proxima d tourne autour de son étoile à une distance d’environ quatre millions de kilomètres, soit moins d’un dixième de la distance de Mercure au Soleil. Il ne faut que cinq jours pour effectuer une orbite complète autour de Proxima du Centaure. Néanmoins, elle orbite à proximité de la zone habitable de l’étoile, c’est-à-dire la zone autour d’une étoile où il ne fait ni trop chaud ni trop froid pour que de l’eau liquide existe à la surface d’une planète. Lorsqu’il s’agit de théories sur comment et où la vie pourrait apparaître ailleurs dans le cosmos, l’eau liquide de surface est souvent la clé.

Plus intriguant encore, Proxima d serait une planète rocheuse semblable à la Terre.

Proxima du Centaure est une étoile naine rouge de faible masse, dont la masse équivaut à environ un huitième de celle du Soleil et qui est 500 fois moins brillante.

Proxima du Centaure est située à 4,2 années-lumière de notre système solaire. C’est l’un des soleils du système stellaire Alpha du Centaure, le système stellaire connu le plus proche du nôtre. Il se compose de deux étoiles imbriquées dans une orbite l’une autour de l’autre, ou étoiles binaires, et d’une autre étoile.

Bien que Proxima Centauri soit l’étoile la plus proche de la Terre, elle est trop petite et trop faible pour être vue à l’œil nu depuis notre planète.

Armés de puissants télescopes, les scientifiques ont découvert en 2016 une planète en orbite autour de la petite étoile. Cette planète, Proxima Centauri b, tourne autour de l’étoile à une distance d’environ 4,7 millions de miles, avec une période orbitale d’environ 11,2 jours.

Cette planète est à peu près de la même taille que la Terre et tourne dans la zone habitable de son étoile – une perspective intrigante pour une exploration future.

Une autre exoplanète, Proxima Centauri c, est ce que l’on appelle une super-Terre ou une mini-Neptune, environ sept fois plus massive que la Terre. Elle tourne autour de son étoile une fois tous les 5,2 ans. En raison de la faible luminosité de l’étoile et de la longue période orbitale de la planète, il est peu probable que Proxima Centauri c soit habitable.

Chacune des planètes du système de Proxima du Centaure constitue une étude de cas intéressante pour les chercheurs d’exoplanètes : Elles existent ensemble autour d’une même étoile, mais elles sont toutes très différentes les unes des autres.

Cette bizarrerie, ainsi que la perspective alléchante d’au moins une planète située dans une zone habitable, font que les scientifiques sont toujours curieux de savoir si une mission future pourrait être préparée pour visiter le système stellaire et ses planètes en orbite.

Les scientifiques à l’origine de cette récente découverte espèrent également trouver d’autres planètes légères à l’aide des mêmes instruments que ceux utilisés pour trouver Proxima d.

“Cette réalisation est extrêmement importante”, déclare Pedro Figueira, un scientifique de l’instrument ESPRESSO, dans le communiqué.

“Il montre que la technique des vitesses radiales a le potentiel de dévoiler une population de planètes légères, comme la nôtre, qui devraient être les plus abondantes dans notre galaxie et qui peuvent potentiellement accueillir la vie telle que nous la connaissons.”

Proxima Centauri est l’étoile la plus proche du Soleil.
Cette petite naine de faible masse et de taille moyenne M est connue pour abriter une exoplanète de masse terrestre avec une période orbitale de 11,2 jours à l’intérieur de la zone habitable, ainsi qu’un candidat planète de longue période à une période orbitale proche de 5 ans.

Nous rapportons l’analyse d’un large ensemble d’observations prises avec le spectrographe ESPRESSO au VLT visant à une évaluation approfondie de la présence d’un troisième compagnon planétaire de faible masse, qui a commencé à émerger lors d’une campagne précédente.

Les vitesses radiales (VR) ont été calculées en utilisant à la fois une fonction de corrélation croisée (CCF) et une approche de mise en correspondance de modèles. L’analyse des vitesses radiales comprend un composant permettant de modéliser l’activité de Proxima à l’aide d’un processus gaussien (GP). Nous utilisons la largeur totale à mi-hauteur du CCF pour aider à contraindre le GP, et nous étudions d’autres observables simultanés comme indicateurs d’activité afin d’évaluer la nature de tout signal potentiel de VR.

Nous détectons un signal à 5,12 ± 0,04 jours avec une semi-amplitude de 39 ± 7 cm s-1 . L’analyse de sous-ensembles des données ESPRESSO, des indicateurs d’activité et des VR chromatiques suggère que ce signal n’est pas causé par la variabilité stellaire mais plutôt par un compagnon planétaire, avec une masse minimale de 0,26 ± 0,05 M⊕ (environ deux fois la masse de Mars) orbitant à 0,029 au de l’étoile. L’excentricité orbitale est bien contrainte et compatible avec une orbite circulaire.

David SCHMIDT

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Articles similaires

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page