France

Soldats aux convictions nazie dans l’armée française

Ils ont affiché leur nostalgie du Troisième Reich

Une longue enquête du site d’information français Mediapart a révélé l’existence d’une cinquantaine d’éléments « supplémentaires » de conviction nazie dans les rangs de l’armée française, qui n’hésitent pas à afficher publiquement leurs idées extrémistes, que ce soit à l’intérieur des casernes ou lors des missions militaires menées par l’armée.

En juillet dernier, le site a révélé comment une dizaine de soldats français se sont vantés sur les médias sociaux de leur croyance dans l’idéologie des néonazis et ont affiché leur nostalgie du Troisième Reich (Allemagne nazie), mais la découverte de dizaines de soldats supplémentaires montre, selon le site, que la taille de l’idéologie nazie dans les rangs des forces armées françaises est plus importante qu’il ne l’imaginait.

Commentant les résultats de la nouvelle enquête menée par 3 journalistes d’investigation pour Mediapart, le ministère français des Armées a déclaré que « les données soulevées par l’enquête sont très sérieuses. »

L’enquête a révélé que les éléments découverts sont répartis entre plusieurs branches de l’armée française, notamment le « Corps étranger », le 3e régiment de Marines, le 35e régiment d’infanterie, et que la plupart des personnes découvertes ne sont pas des cas isolés mais communiquent entre elles et apparaissent sur des photos de groupe publiées sur leurs comptes sur les sites de communication. .

Le site web a déclaré que les identités de ceux qui ont été révélées jusqu’à présent – soit environ 60 personnes – portent à 14 le nombre de branches de l’armée française qui comportent des éléments montrant leur loyauté et leur croyance en l’idéologie nazie.

Il a souligné que, comparés au nombre total de soldats français d’environ 210 000 soldats, les 60 cas découverts en quelques mois par MediaPart restent d’une valeur limitée et ne peuvent exprimer avec précision l’ampleur du phénomène car ils s’appuient uniquement et principalement sur des sources ouvertes et sur les capacités d’un site d’information et non d’un État. .

Mais ce qui est certain – ajoute le site – c’est que les résultats de cette enquête partielle, qui s’est limitée à la seule catégorie des néonazis – sans suivre les autres types d’autres extrémistes de droite – contredisent clairement les chiffres présentés par les autorités à cet égard.

En juin 2019, le rapport de la mission d’information sur les services publics face à l’extrémisme – établi par les parlementaires Eric Dyar et Eric Bollat sur la base des statistiques fournies par la Direction du renseignement et de la sécurité de la défense – estimait que  » les forces armées de notre pays (la France) semblent être à l’abri, Jusqu’à cet instant, de tout extrémisme notable.  »

Selon cette même direction, le taux de suspicion d’extrémisme était alors estimé à 0,05% au sein des forces terrestres et à 0,03% dans la marine, ce qui signifie qu’il y a environ 57 extrémistes au sein des forces armées terrestres  » qui sont principalement des extrémistes islamistes « , et 11 éléments extrémistes dans la marine .

L’armée de terre a répondu

Le site Internet indique que le ministère français des Armées a fait tout son possible pour minimiser les résultats de l’enquête en publiant une déclaration affirmant qu’il avait « analysé avec soin » les données et les détails qu’il avait trouvés.

Le ministère a déclaré qu’il y a des éléments parmi les 50 noms qui ont été fournis qui « n’ont plus aucune relation avec l’armée … Et environ 20 des cas susmentionnés n’ont pas confirmé nos enquêtes continues les informations fournies par le site Web concernant leur association avec l’extrême droite. »

Le ministère a également confirmé qu' »une dizaine de cas ont été effectivement découverts lors de leur entrée dans l’armée, mais ils n’étaient pas impliqués dans des crimes de sang, ils ont donc été recrutés au titre du droit à l’oubli qui est appliqué spécifiquement dans le cas des personnes enrôlées dans les unités de la légion étrangère … Ils ont été avertis et n’ont pas publié, à notre connaissance, c’est-à-dire. Contenu depuis leur intégration dans les rangs de l’armée.  »

Elle a indiqué que certains des soldats dont les noms ont été mentionnés avaient déjà été exposés et avaient été sanctionnés pour leurs actes. Cependant, la dernière enquête de MediaPart « n’a pas montré, à la lumière des résultats et de l’état d’avancement de l’enquête menée par le ministère, que seuls 6 ou 7 cas n’ont pas été remarqués par les organismes spéciaux de surveillance et d’enquête. » Au ministère.  »

David SCHMIDT

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page