Monde

Des dizaines de personnes sont portées disparues au Mozambique

Une attaque islamiste, selon des groupes de défense des droits

Des dizaines de personnes sont portées disparues au Mozambique après une attaque islamiste, selon des groupes de défense des droits.

Maputo, Mozambique (CNN)De violents combats se sont poursuivis samedi autour de la ville de Palma, dans le nord du Mozambique, qui a été attaquée mercredi par des insurgés islamistes, selon de multiples sources contactées par CNN.

Des milliers de personnes ont fui Palma après l’attaque de mercredi, selon des groupes de défense des droits de l’homme, tandis que le sort de dizaines de personnes qui s’étaient réfugiées dans un hôtel local reste incertain.

Des témoins ont rapporté avoir vu des corps dans les rues après que les insurgés, qui seraient affiliés au groupe terroriste ISIS, ont attaqué Palma depuis trois directions, a déclaré Human Rights Watch samedi.

La ville est proche d’un grand projet de gaz naturel liquéfié géré par la société française Total. L’attaque a eu lieu quelques heures après que le gouvernement mozambicain et Total ont annoncé la reprise des opérations sur le vaste projet Afungi, au nord de Palma, où les travaux avaient été suspendus depuis janvier à la suite d’une série d’attaques d’insurgés.

Des dizaines de civils décapités par des insurgés dans le nord du Mozambique, selon un témoin


La vidéo de jeudi obtenue par CNN montre des hélicoptères pilotés par des entrepreneurs militaires déployés par le gouvernement qui passent au-dessus d’un hôtel, apparemment dans le but de sécuriser un couloir de fuite pour des dizaines de personnes qui s’y étaient réfugiées pendant l’attaque.
Parmi les personnes visibles dans la vidéo depuis l’enceinte de l’hôtel, au moins 20 semblent être des travailleurs étrangers.

Dans une autre vidéo obtenue par CNN, un Mozambicain également pris au piège dans l’hôtel décrit la situation comme « critique », disant « nous n’avons pas de nourriture, nous n’avons que de l’eau ».

Dans la vidéo enregistrée jeudi, il dit : « Nous sommes attaqués depuis hier… Nous sommes sous des tirs croisés depuis 24 heures.

« Nous ne savons pas comment nous allons sortir d’ici. Nous allons être évacués mais nous ne savons pas quand, à quelle heure, comment et par qui », a-t-il ajouté.

« Les hélicoptères tournent autour de la zone de l’hôtel Amarula pour s’assurer que les routes sont libres pour se rendre à la plage mais comme vous pouvez l’entendre, nous ne savons pas si cela sera possible. La situation est critique. Nous n’avons pas de nourriture. Nous n’avons que de l’eau. » On pouvait entendre des hélicoptères en arrière-plan pendant qu’il parlait.

On ne sait pas si les insurgés contrôlent toujours Palma.

Au moins quelques personnes ont été évacuées par voie terrestre vendredi dans des convois alors que les hélicoptères tournaient au-dessus. Un Mozambicain qui se trouvait à l’hôtel a décrit la situation à Palma comme un « chaos total ».

Selon de multiples rapports, au moins un convoi a été attaqué alors qu’il tentait de rejoindre Pemba, au sud. L’agence de presse portugaise LUSA a rapporté que sept personnes avaient été tuées, sans donner plus de détails.

Une société opérant dans la région, African Century Real Estate, a déclaré avoir réussi à évacuer 19 travailleurs et quatre invités d’une propriété située au sud-ouest de Palma samedi matin « sous des tirs nourris ». L’entreprise a déclaré qu’elle poursuivait ses efforts pour « localiser les membres restants de notre équipe ».

« Le village de Palma reste sans communications depuis le début des attaques, il est donc prématuré de faire une réelle évaluation de la situation », a déclaré la société.

Le ministère portugais des Affaires étrangères a confirmé qu’un de ses ressortissants a été blessé dans une opération de sauvetage de la région, a rapporté samedi l’agence de presse portugaise LUSA.

Dans un communiqué samedi, le gouvernement sud-africain a déclaré qu’il notait « avec une profonde inquiétude » que des Sud-Africains étaient touchés par les attaques. Il a indiqué que sa mission diplomatique dans la capitale, Maputo, était renforcée pour aider à identifier et à localiser les personnes touchées.

Un journaliste de CNN au Mozambique a déclaré qu’au moins certaines des personnes piégées ont pu rejoindre la ville de Pemba dans un convoi vendredi.

Amnesty International demande qu’une enquête soit menée sur une vidéo montrant l’exécution d’une femme au Mozambique.

Dewa Mavhinga, directeur pour l’Afrique australe de Human Rights Watch (HRW), a déclaré que les militants avaient « tiré sur des civils dans leurs maisons et dans les rues de Palma, alors qu’ils tentaient de fuir pour sauver leur vie ».

HRW dit avoir joint plusieurs civils par téléphone avant que les communications avec la ville ne soient coupées jeudi.

L’organisation cite un témoin qui a déclaré que « les gens couraient et criaient « Al-Shabaab est là… ». C’est Al-Shabaab… ». Ils tuent tout le monde ».

Les insurgés sont connus localement sous le nom de « Shabaab » mais n’ont aucun lien avec le groupe somalien du même nom. Le nom complet du groupe est Ahl al-Sunnah wa al Jamma’ah (ASWJ), et il a officiellement rejoint la province autoproclamée de l’État islamique en Afrique centrale l’année dernière. Au début du mois, les États-Unis ont désigné le groupe comme une organisation terroriste sous le nom de « ISIS-Mozambique ».

Deux employés de l’hôtel ont déclaré à HRW que des hommes armés avaient tiré sur des personnes et des bâtiments, y compris l’hôtel.

Un enregistrement audio reçu par CNN d’une personne se trouvant à l’hôtel jeudi incluait le son de tirs nourris.
Le ministère mozambicain de la Défense a déclaré jeudi qu’une opération de l’armée visant à rétablir la sécurité à Palma était en cours, mais n’a fourni aucune autre information.

Une « planification méticuleuse » de la part des insurgés

On ignore si les insurgés contrôlent toujours la ville. Vendredi, une source de sécurité de haut niveau ayant une connaissance directe des événements a déclaré à CNN que les militants du Mozambique étaient probablement toujours actifs dans la région.

La source a déclaré que des combats acharnés entre les insurgés et les forces et la police mozambicaines ont duré des heures, avec des entrepreneurs privés fournissant un engagement aérien par hélicoptère pour repousser les forces insurgées hors du centre de la ville.

Les insurgés ont attaqué des installations militaires et policières et ont dévalisé deux banques dans la ville dans la nuit de mercredi à jeudi, avant d’y mettre le feu, a ajouté la source.

Jasmine Opperman, une analyste de la sécurité qui rédige un résumé hebdomadaire des événements à Cabo Delgado, a déclaré que l’attaque avait démontré une « planification méticuleuse » de la part des insurgés.
Avant même l’assaut sur Palma, la ville était inaccessible par la route en raison de l’insécurité le long de la route vers le sud, ce qui a entraîné des pénuries alimentaires dans la région.

Alexandre Raymakers, analyste senior pour l’Afrique chez Verisk Maplecroft, a déclaré à CNN que l’assaut sur Palma était un « revers majeur pour le gouvernement, surtout après l’annonce de Total, et remet sérieusement en question sa capacité à sécuriser les projets GNL vitaux pour la prospérité financière à long terme du pays. »
Raymakers a déclaré que « la décision de Total de reprendre la construction était subordonnée à la garantie par Maputo d’un périmètre de sécurité de 25 kilomètres autour de la péninsule d’Afungi, qui inclurait Palma. »

En août de l’année dernière, ASWJ a lancé un assaut de grande envergure contre le port de Mocimboa da Praia, et continue d’occuper la zone malgré les efforts du gouvernement pour la reprendre.

ASWJ a rendu de grandes parties de la province la plus septentrionale du Mozambique, Cabo Delgado, inaccessibles et peu sûres, car ses attaques ont gagné en portée et en sophistication depuis 2017.Raymakers affirme que  » la capacité de combat, le commandement et le contrôle, ainsi que la confiance générale d’ASWJ ont énormément augmenté l’année dernière.  »

Les combats entre le groupe et les forces gouvernementales ont fait plus de 1 500 morts parmi les civils et déplacé plus de 600 000 personnes, selon HRW.

David SCHMIDT

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page