US Date:25 November, 2020

Comment se débarrasser des mauvais souvenirs ?

Comment se forment les souvenirs ?

Tout le monde a des souvenirs qu'il préférerait oublier, et il se peut qu'il connaisse les déclencheurs qui les ramènent à la vie. De mauvais souvenirs peuvent être à l'origine d'un certain nombre de problèmes, du syndrome de stress post-traumatique aux phobies.

Lorsqu'un souvenir indésirable envahit l'esprit, c'est une réaction humaine naturelle que de vouloir le bloquer.

Il y a cent ans, Freud a suggéré que les humains ont un mécanisme qu'ils peuvent utiliser pour bloquer les souvenirs indésirables de la conscience.

Plus récemment, les scientifiques ont commencé à comprendre comment cela fonctionne.

Des études de neuro-imagerie ont permis d'observer quels systèmes cérébraux jouent un rôle dans l'oubli délibéré, et des études ont montré qu'il est possible pour les gens de bloquer délibérément les souvenirs de la conscience.

Le souvenir reste là tant qu'on le revisite de temps en temps.

Pendant longtemps, les gens ont pensé que plus la mémoire est vieille, plus elle est fixe, mais ce n'est pas nécessairement vrai.

Chaque fois que nous revisitons une mémoire, elle redevient flexible. Les connexions semblent devenir malléables, puis se réinitialisent. La mémoire peut changer un peu à chaque fois que nous la rappelons, et elle se réinitialise de façon plus forte et plus vivante à chaque rappel.

Même les souvenirs à long terme ne sont pas stables.

Ce processus de renforcement s'appelle la reconsolidation. La reconsolidation peut changer légèrement nos souvenirs pour le meilleur ou pour le pire. Manipuler ce processus peut faire la même chose.

Si quelque chose nous effraie quand nous sommes jeunes, le souvenir de cet événement peut devenir un peu plus effrayant chaque fois que nous nous en souvenons, entraînant une peur qui peut être hors de proportion avec l'événement réel.

Une petite araignée qui nous a fait peur une fois peut devenir plus grande dans nos esprits avec le temps. Une phobie peut en résulter.

Par contre, jeter une lumière humoristique sur un souvenir embarrassant, par exemple, en l'entrelaçant dans une histoire drôle, peut signifier qu'avec le temps, il perd son pouvoir d'embarrasser. Une gaffe sociale peut devenir une pièce de fête.

Pourquoi les mauvais souvenirs sont-ils si vifs ?

Beaucoup de gens trouvent que les mauvaises expériences ressortent plus dans leur mémoire que les bonnes. Ils s'immiscent dans notre conscience quand nous ne le voulons pas.

Les chercheurs ont montré que les mauvais souvenirs sont vraiment plus vifs que les bons, peut-être en raison de l'interaction entre les émotions et les souvenirs. C'est particulièrement vrai lorsque les émotions et les souvenirs sont négatifs.

La neuro-imagerie a montré aux scientifiques que le processus d'encodage et de récupération des mauvais souvenirs implique les parties du cerveau qui traitent les émotions, en particulier l'amygdale et le cortex orbitofrontal.

Il semble que plus les émotions associées à la mémoire sont fortes, plus nous nous souviendrons de détails.

Les études révèlent une plus grande activité cellulaire dans ces régions lorsqu'une personne vit une mauvaise expérience.

Substitution de mémoires, les souvenirs non désirés peuvent mener à l'anxiété.

En 2012, des scientifiques de l'Université de Cambridge ont montré pour la première fois quels mécanismes du cerveau sont impliqués dans la substitution et la suppression des souvenirs.

Ils ont découvert qu'une personne peut supprimer un souvenir, ou le forcer à perdre conscience, en utilisant une partie du cerveau, connue sous le nom de cortex préfrontal dorso-latéral, pour inhiber l'activité dans l'hippocampe. L'hippocampe joue un rôle clé dans la mémoire des événements.

Pour substituer une mémoire, les gens peuvent réorienter leur conscience vers une mémoire alternative.

Ils peuvent le faire en utilisant deux régions appelées le cortex préfrontal caudal et le cortex préfrontal moyen-ventrolatéral. Ces zones sont importantes pour amener des souvenirs spécifiques dans l'esprit conscient, en présence de souvenirs distrayants.

La suppression d'une mémoire implique l'arrêt de certaines parties du cerveau qui sont impliquées dans le rappel. Pour substituer une mémoire, ces mêmes régions doivent être activement engagées dans la réorientation de la mémoire vers une cible plus attrayante.

L'un des auteurs du rapport, le Dr Michael Anderson, compare cette situation à celle d'un freinage brusque dans une voiture ou d'une direction pour éviter un danger.

Les chercheurs ont utilisé l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) pour observer l'activité cérébrale des participants pendant une activité.

Cette activité consistait à apprendre les associations entre les paires de mots, puis à essayer d'oublier les souvenirs, soit en rappelant d'autres mots pour les remplacer, soit en les bloquant.

Les résultats ont montré que les deux stratégies sont également efficaces, mais que différents circuits neuronaux sont activés.

Dans le syndrome de stress post-traumatique (SSPT), les personnes qui ont vécu un événement traumatisant de leur vie sont troublées par des souvenirs indésirables qui insistent pour s'imposer.

En savoir plus sur la façon dont une mémoire peut être substituée ou supprimée pourrait aider les personnes atteintes de cette maladie débilitante.

Le contexte mental dans lequel une personne perçoit un événement affecte la façon dont l'esprit organise les souvenirs de cet événement.

Nous nous souvenons des événements par rapport à d'autres événements, où ils se sont produits, et ainsi de suite. Ceci, à son tour, affecte ce qui déclenche ces souvenirs ultérieurs, ou comment nous pouvons choisir de les rappeler.

Le contexte peut être tout ce qui est associé à une mémoire. Il peut s'agir d'indices liés aux sens, comme l'odeur ou le goût, l'environnement extérieur, les événements, les pensées ou les sentiments au moment de l'événement, les caractéristiques accessoires de l'élément, par exemple, où il apparaît sur une page, et ainsi de suite.

Alors que nous utilisons des indices contextuels pour nous rappeler des informations sur des événements passés, les scientifiques ont suggéré que tout processus qui change notre perception de ce contexte peut augmenter ou réduire notre capacité à retrouver des souvenirs spécifiques.

Pour tester cela, une équipe de chercheurs a demandé aux participants de mémoriser des ensembles de mots, tout en regardant des images de la nature, comme des plages ou des forêts. Le but des images était de créer des souvenirs contextuels.

On a ensuite demandé à certains participants d'oublier les mots de la première liste avant d'étudier la seconde.

Lorsque le moment est venu de se souvenir des mots, le groupe à qui l'on avait demandé d'oublier était capable de se souvenir de moins de mots.

Plus intéressant encore, le suivi IRMf a montré qu'ils avaient également moins de pensées pour les images.

En essayant délibérément d'oublier les mots, ils avaient écarté le contexte dans lequel ils les avaient mémorisés. De plus, plus le détachement du contexte est grand, moins ils se souviennent de mots. Cela suggère que nous pouvons intentionnellement oublier.

Les chercheurs ont ensuite demandé au groupe de se rappeler que les mots n'avaient pas "vidé" les scènes de leur esprit et qu'ils continuaient à se souvenir des mots et à penser aux images.

Les résultats pourraient être utiles pour aider les gens à se souvenir de certaines choses, par exemple lorsqu'ils étudient, ou pour réduire les souvenirs non désirés, par exemple lorsqu'ils traitent le SSPT.
L'affaiblissement des souvenirs à l'origine des phobies

Le traitement des personnes atteintes de phobies comprend l'exposition à l'objet qui cause la peur. La thérapie d'exposition vise à créer un souvenir "sûr" de l'objet craint, qui éclipse l'ancien souvenir. Bien que cela fonctionne temporairement, la peur revient souvent avec le temps.

En août 2016, des chercheurs de l'Université d'Uppsala et du Karolinska Institute en Suède ont montré que la perturbation d'une mémoire peut réduire sa force.

Dans leur expérience, les personnes qui avaient peur des araignées ont été exposées à des photos de leurs amis à huit pattes en trois séances. L'objectif était de perturber la mémoire en la perturbant puis en la réinitialisant.

Tout d'abord, l'équipe de recherche a activé la peur des participants en leur présentant une mini-exposition à des images d'araignées.

Puis, 10 minutes plus tard, les participants ont regardé les images plus longtemps. Le lendemain, ils ont revu les photos.

À la troisième observation, les chercheurs ont remarqué qu'il y avait moins d'activité dans la partie du cerveau connue sous le nom d'amygdale.

Cela reflétait un niveau plus faible d'interférence émotionnelle et une tendance moindre chez les participants à éviter les araignées.

Les scientifiques ont conclu que la première exposition avait rendu la mémoire instable. Lorsque l'exposition la plus longue s'est produite, la mémoire a été réenregistrée sous une forme plus faible. Cela, disent-ils, empêche la peur de revenir si facilement.

Les chercheurs croient que cela pourrait renforcer les techniques de traitement de l'anxiété et des phobies dans les cas où l'exposition seule n'apporte pas une solution à long terme.
Un médicament pour oublier ?
Certains médicaments sont prometteurs pour le traitement ou la prévention du SSPT.
Certains médicaments sont prometteurs pour traiter ou prévenir le SSPT en éliminant les mauvais souvenirs.

Pour compléter les approches cognitives, certains scientifiques ont suggéré d'utiliser des médicaments pour éliminer les mauvais souvenirs ou l'aspect angoissant qui y est associé.

La D-cyclosérine est un antibiotique, et elle stimule également l'activité du glutamate, un neurotransmetteur "excitateur" qui active les cellules du cerveau.

Dans une étude, des personnes ayant peur des hauteurs ont pris de la D-cyclosérine avant une thérapie d'exposition en réalité virtuelle. Une semaine, puis trois mois plus tard, leur niveau de stress était plus bas qu'avant.

Dans d'autres recherches, lorsqu'un groupe de personnes atteintes du SSPT prenait du propranolol au moment de consolider une mémoire, par exemple, juste après avoir raconté une mauvaise expérience, elles avaient moins de symptômes de stress la prochaine fois que la mémoire était activée.

Le propanololol bloque la norépinéphrine, un produit chimique qui joue un rôle dans le mécanisme de "combat ou de fuite" et qui provoque des symptômes de stress.

Des chercheurs de New York ont effectué des tests sur des rats qui ont montré qu'il est possible d'effacer des souvenirs isolés du cerveau, en administrant un médicament connu sous le nom de U0126, tout en laissant le reste du cerveau intact.

Dans une étude sur la souris publiée dans Nature en 2014, les scientifiques ont utilisé un médicament connu sous le nom de HDACi pour effacer les marqueurs épigénétiques de l'ADN qui permettent aux mauvais souvenirs de survivre. Cela pourrait aider les gens, par exemple, avec le SSPT.

Toutefois, des recherches plus poussées sont nécessaires sur la façon d'utiliser ces médicaments de façon sécuritaire.

Pour aller plus loin dans la manipulation de la mémoire, des experts en mémoire comme Julia Shaw, auteure de "The Memory Illusion", ont découvert comment implanter de faux souvenirs.

Elle commence, dit-elle, en disant à quelqu'un que lorsqu'il était jeune, il a commis un crime, puis en ajoutant des couches d'information jusqu'à ce qu'il ne puisse plus déchiffrer la réalité de son imagination.

Shaw dit qu'elle le fait pour montrer comment certaines méthodes d'interrogatoire peuvent être utilisées à mauvais escient.

De telles techniques ne sont pas exemptes de préoccupations éthiques.

Les gens en bonne santé pourraient s'en servir pour effacer un événement gênant de l'esprit. Les auteurs de crimes pourraient donner des drogues qui effacent la mémoire aux gens pour leur faire oublier des événements.

Après tout, certains mauvais souvenirs servent à quelque chose. Ils peuvent empêcher les gens de refaire les mêmes erreurs ou guider leurs actions en des occasions semblables dans l'avenir. Combien voulons-nous oublier ?

Steven, 25 ans, échoue encore à l'école. Il y a plusieurs raisons ; il est distrait, il fume trop d'herbe, et il n'aime pas vraiment étudier. Mais, ce qui reste dans sa tête, ce sont des mots anciens de son père disparu depuis longtemps : "Steven, tu es paresseux. Tu ne seras jamais grand chose." Son père narcissique a peut-être prononcé ces mots avec exaspération, mais ils font maintenant partie de l'identité de Steven. "Je ne ferai pas grand-chose."

Suzanne, 33 ans, se souvient très bien de sa mère décédée ; ce n'est pas beau à voir. Sa mère a beaucoup crié. La mère de Suzanne était vraiment effrayante. Elle allait bien une minute et lançait un méchant missile la minute d'après. Maintenant, Susanne se souvient de la peur ; et elle apporte cette peur à sa vie d'adulte. Elle fait peu confiance et court beaucoup.

Malheureusement, les relations de Suzanne ne durent pas longtemps.

Traumatisme complexe : Les traumatismes aigus et le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) sont bien connus du public. Vous vivez un événement terrible. Peut-être que vous étiez en Afghanistan et que vous avez vu votre meilleur ami se désintégrer sous vos yeux. C'est un traumatisme aigu. Des mois, sinon des années plus tard, vous avez des flashbacks et des cauchemars au sujet de l'événement ; c'est le SSPT. Mais qu'en est-il du fait d'être blessé par des milliers de petites coupures et de ne pas pouvoir s'échapper ? C'est un traumatisme complexe.

Steven n'a pas pu échapper à son père critique.
Susanne n'a pas pu échapper à sa mère lunatique et en colère.

Les deux ont été traumatisés.

Pensez-y bien. Quand un petit enfant est attaqué par un adulte adulte, ça fait mal.
Lorsqu'un jeune enfant est attaqué par la personne sur qui il compte pour s'occuper de lui, c'est dommageable.

Lorsqu'un jeune enfant est rabaissé ou effrayé et qu'il n'a pas d'échappatoire - cela déclenche une bagarre, une fuite ou un gel.

Steven se fige face à un défi scolaire. Il a déjà des grèves contre lui. Il a des problèmes d'attention et obscurcit son esprit avec de l'herbe. Mais, il croit aussi qu'il est voué à l'échec. Alors, qu'est-ce qu'il fait ? Ne bougez plus.

Quand le travail devient un peu difficile, il ne peut pas étudier. Son cerveau s'arrête. Et son défunt père lui parle haut et fort : "Tu es un raté."

Steven doit laisser reposer son père mort en paix.

Suzanne court : Comme un animal qui sent le danger, Suzanne fuit le premier sentiment de colère ou de déception d'un amant, d'un collègue ou d'un patron. Ça ruine sa vie. Elle se dit : "Je n'aime pas la confrontation." Mais, c'est vraiment à propos du traumatisme de sa mère décédée.

Toutes les relations impliquent des conflits et souvent de la colère. Suzanne tient tout à distance. Elle ne sort qu'avec des hommes dociles. Et, quand elle se sent attaquée, elle s'enfuit, sans qu'aucune relation ne dure plus d'une ou deux bagarres. "Je déteste ça, c'est tout."

Suzanne doit laisser reposer en paix sa mère décédée.

La mort est définitive, mais l'est-elle ? Les gens qu'on aime meurent. Les gens qu'on déteste meurent. C'est la voie du monde. Mais mourent-ils dans nos cœurs ? Et, pourquoi est-ce qu'on s'accroche trop longtemps ?

Le passé est le présent : Le grand dramaturge américain Eugene O'Neill a fait une observation importante dans Long's Day Journey into Night and A Moon for the Misbegotten. Il s'agit de savoir comment le passé peut dominer le présent  pour devenir l'avenir.

Le passé est le présent, n'est-ce pas ? C'est aussi l'avenir.
-- Le long voyage de la journée à la nuit

Il n'y a pas de présent ou de futur, seulement le passé, qui se répète encore et encore, maintenant.
-- Une lune pour les Misbegotten

Le passé devient l'avenir - Oui ou non ? Vous pouvez vous identifier à Steven ou à Suzanne. Ou, vous avez peut-être eu un parent alcoolique ou vécu un divorce désagréable ou peut-être, vous avez été battu ou pire. Ces événements passés sont tous admissibles à des traumatismes complexes - si ce n'est plus.

Pensez à 8 façons de guérir :

1. La psychothérapie peut aider à identifier les traumatismes passés. Steven peut parler de son père et de la façon dont cette relation se déroule dans sa vie. Suzanne devra faire preuve de réalisme face à sa mère décédée. Elle était peut-être aimée, mais elle était blessée aussi.

2. Le deuil exige de s'occuper de votre parent décédé ; verrues et tout le reste. Vous acceptez d'avoir été traumatisé ; vous pouvez même pardonner. Mais tu es déterminé à ne pas laisser ces blessures gâcher ta vie aujourd'hui.

3. Identifiez vos déclencheurs. Tous ceux qui ont été traumatisés ont des déclencheurs et des réactions. Apprenez à connaître les vôtres. Pour Steven, c'est une mission difficile qui le remet dans la peau d'un enfant de dix ans inquiet. Il se fige. Pour Suzanne, il peut simplement s'agir d'une personne qui élève la voix. Elle est, une fois de plus, comme une fillette de six ans submergée par une mère enragée. Elle s'enfuit.

4. Le Trigger-Response recrée le passé. Lorsque vous courez, figez ou attaquez, vous finissez par recréer et donc par renforcer le passé. Tu gèles et les gens pensent que tu es froid et que tu fais de l'obstruction. Si tu cours, rien ne durera. Et, si vous faites rage en réponse à un déclenchement, vous faites ce qu'on vous a fait. Les gens se retireront ou seront blessés ; ce n'est pas un bon résultat.

5. Une bonne thérapie vous aide aussi à redécouvrir vos forces. Nous ne sommes pas seulement des créatures endommagées, mais aussi des êtres vivants dotés de pouvoir et de talents. Beaucoup de gens découvrent qu'ils ne savaient pas qu'ils avaient de la force en traitement. Cela, à son tour, vous donne plus de motivation pour surmonter le traumatisme de votre jeunesse. Avec une psychothérapie compétente, vous pourrez peut-être acquérir la force nécessaire pour faire face au fait d'être déclenché, sans nuire aux autres - ou à vous-même. Le bonheur est si important que ça.

6. Des traitements alternatifs peuvent également être utiles. Ces traitements aident à inhiber les déclencheurs qui sont intégrés neurologiquement dans votre cerveau. Rappelez-vous que la réaction de combat, de fuite et de gel a un but évolutif. Il protège l'organisme des situations dangereuses. Il se peut que vous ayez besoin d'une expertise spécialisée pour surmonter cette programmation.

7. Souvent, les traumatismes s'ajoutent à d'autres troubles psychiatriques comme l'anxiété ou la dépression. Une utilisation intelligente des médicaments psychiatriques peut réduire l'effet de déclenchement et vous donner l'occasion de créer une réaction future qui n'est pas dictée par votre passé.

8. La spiritualité peut être inestimable. Personne ne peut vous dire COMMENT être spirituel, mais pour beaucoup, une certaine forme de foi peut vraiment désintoxiquer. (Tant que vous n'êtes pas dans une foi qui vous rend plus anxieux et plus accablé.) Les gens peuvent vous avoir blessé, mais une nouvelle vie est à vous à prendre. Regarde les étoiles. Sentez l'air frais. Sentez l'opportunité à chaque instant. Et sachez que vous faites partie de quelque chose de plus grand que vous. Ça calme l'âme.

Le pouvoir de lâcher prise : Nous parlons souvent des morts avec les mots ;
"Il (ou elle) devrait reposer en paix." Oui, ils devraient.

Pourtant, il nous arrive souvent de ne pas penser à la façon dont les gens qui sont partis ont encore un impact sur nous, même s'ils ne sont pas là. Ton père ou ta mère est peut-être parti, mais il y a toujours blessures. Et, vous avez le choix de vivre une vie meilleure malgré ce qui vous est arrivé.

Le passé affecte le présent - et l'avenir.

Mais la psychologie contemporaine ouvre la porte plus grande. Vous pouvez vous libérer de votre passé.
Ça commence avec la conscience. Alors, le voyage dépend de vous.

Laisser un commentaire