Astronomies

James Webb Telescope permettra d’étudier d’autres systèmes planétaires

Il sera lancé le 21 octobre par la fusée Ariane 5

Le James Webb Telescope, le clou du spectacle ?

C’est en tout cas ainsi que Jean-Yves Le Gall présente le troisième temps fort attendu en 2021. Fruit d’une collaboration internationale entre la NASA, l’Agence spatiale européenne (ESA) et l’Agence spatiale canadienne (ASC), le James Webb Telescope doit être lancé le 21 octobre par la fusée Ariane 5, le lanceur européen, depuis Kourou. Ce qui fait déjà beaucoup de pression sur les épaules des Européens, ce nouveau grand télescope spatial valant 10 milliards de dollars, rappelle le président du Cnes.

James Webb Telescope doit succéder au télescope Hubble, lancé en 1990. Il sera placé en orbite autour du soleil, autour du point de Lagrange L2, à 1,5 million de kilomètres de la Terre du côté opposé au soleil. Là, il déploiera sa structure de 18 miroirs et son pare-soleil de 20 mètres de long. Sa taille et ses capacités supérieures à Hubble – son miroir principal est trois fois plus sensible que son prédécesseur – devraient permettre aux astronomes du monde entier d’étudier les planètes du Système solaire et d’autres systèmes planétaires à un niveau de détail inégalé. Il aidera aussi à déterminer de quels éléments ces planètes sont constituées et, de cette manière, à estimer si elles présentent des conditions propices à la vie ou non. « Le James Webb va révolutionner l’astronomie spatiale comme Hubble l’a fait en son temps », annonce déjà Jean-Yves Le Gall.

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page