Mes voyages

Lisbonne

Portugal

Mon voyage à Lisbonne.

Je dois dire que j’ai particulièrement apprécié mon séjour dans cette capitale. Moderne, propre, beaucoup de civisme et bonne humeur. J’ai séjourné à l’hôtel Olissipo Oriente. On mange bien dans la ville et pour pas chère, et d’un point de vu découverte, on est bien servi. Des quartiers plein de charmes découvert lors d’une visite guidé.

À Alameda, je me suis presque senti chez moi car on est loin de la vie cosmopolite avec ces boutiques chic et ses restaurants de luxe. C’est un quartier en pleine mutation tant il y avait des travaux d’aménagement. J’ai tout de même envie d’y revenir dans 3 ans pour voir ce changement. On se sent plus proche du peuple, comme si toutes ces rues avec ces boutiques accessibles à nos bourses et l’accueil des restaurateurs, vous font sentir chez vous.

Cet itinéraire de 3 jours à Lisbonne est idéal pour tous ceux qui visitent pour la première fois la capitale Portugaise. Oubliez les guides ou TripAdvisor. Voici quelques conseils sur ce qu’il vaut vraiment la peine de faire ainsi que les principaux sites touristiques. Bem-vindo a Lisboa !

Lisbonne.

La ville à la combinaison de tradition, de charme et de modernisme. L’histoire glorieuse millénaire, la nourriture délicieuse et les choses uniques à faire, tout cela à un rapport qualité-prix excellemment bon. Pas étonnant que Lisbonne soit la ville la plus branchée d’Europe en ce moment. La vérité, c’est que tu vas à Lisbonne, tu tombe amoureux. Les Pastéis de nata sont aussi connus sous le nom de tartes à la crème anglaise portugaise. Au cas où vous ne les auriez pas essayés, vous ne savez pas ce que vous avez manqué toute votre vie.

Ils sont aussi délicieux qu’ils en ont l’air et sont disponibles pratiquement partout à Lisbonne. Avec un bica, un espresso portugais, c’est la collation préférée des habitants de Lisbonne, et le meilleurs endroits pour manger des tartes aux oeufs.

Les originaux sont fabriqués à l’usine Pastéis de Belém, dans le quartier de Belém. Cet endroit est souvent bondé, surtout les fins de semaine, mais ils sont très bons.

Explorez les petites rues de Lisbonne et perdez-vous dans les quartiers typiques de Graça et Alfama. C’est ici que vous trouverez la vraie ville. Les personnes âgées font leurs courses dans les magasins locaux et les garçons jouent au football dans les rues étroites pendant que leurs mères discutent des voisins à proximité.

Bairro Alto est un autre de ces endroits pittoresques, mais cela vient avec une tournure d’intrigue. Le soir, surtout le week-end, les foules éclectiques se précipitent pour faire du quartier la Mecque de la vie nocturne à Lisbonne. Ici, vous traînez dans la rue en discutant avec vos amis avec un verre à la main. Oui, Lisbonne est facile à vivre.

Mais le conte de fées que je voulais dire est un endroit appelé Sintra, un village où d’imposants châteaux et d’anciens palais vivent en harmonie avec des jardins exotiques et la verdure. C’est un site du patrimoine mondial de l’UNESCO pour une raison.

Sans aucun doute, l’attraction principale est Palácio da Pena, un palais coloré débordant de motifs qui semblent sortir tout droit d’un conte de fées. Il est situé au sommet d’une colline et de là-haut, vous pourrez vous délecter d’une vue imprenable sur toute la région de Sintra-Cascais-Lisbonne.

Le Portugal est célèbre pour son vin depuis des siècles, mais à Lisbonne il y a une autre boisson alcoolisée qui définit la tradition. Les habitants de Lisbonne adorent le ginjinha une délicieuse liqueur aigre et joyeuse faite avec de l’aguardente.

Le légendaire Tram 28 comme l’une des meilleures choses à faire.
Lisbonne est très à la mode en ce moment alors réservez votre hôtel dès que possible !

Je suis sûr que vous conviendrez qu’il est extrêmement difficile de trouver des produits frais bon marché partout en Europe. N’importe où, sauf au Portugal. Partageant la majeure partie de sa frontière avec l’Atlantique, c’est probablement le pays le plus ami du poisson en Europe. Assez pour dire que le symbole des plus grandes festivités de Lisbonne, Santos Populares, est une…. sardine.

Assurez-vous de profiter de ce doux endroit embrassé par la mer pour savourer le meilleur poisson que vous n’ayez jamais mangé de votre vie. L’une des choses qui me manquent le plus dans le pays, c’est la simplicité de trouver du bon poisson frais.

Entrez dans n’importe quel restaurant typique de Lisbonne et demandez une Dourada, un Robalo ou un Salmão grillé. Vous ne le regretterez pas. Si je ne peux toujours pas vous convaincre, essayez au moins le plat de poisson : Bacalhau à Brás, une délicieuse combinaison de morue, œufs brouillés et frites. Ce n’est toujours pas de la viande, mais ça n’a pas le goût du poisson. Visitez à Lisbonne meilleur aquarium du monde !

D.S.


L’histoire du Portugal.

Pendant la période préhistorique, la vallée dans laquelle se trouve aujourd’hui le cœur de Lisbonne était le lit d’une branche fourchue du Tage ; l’identité des habitants des collines environnantes est inconnue. On pense, mais non prouvé, que la ville a été fondée vers 1200 av. J.-C. comme station commerciale par les Phéniciens du Levant. Son ancien nom, Olisipo, peut provenir du Phénicien alis ubbo (” petit port charmant “). Une autre légende raconte que la ville porte le nom de son fondateur mythique, Ulysse.

De 205 av. J.-C. à 409 ap. J.-C., ce qui est aujourd’hui le Portugal tomba sous domination romaine, formant la majeure partie de la province de Lusitanie. Jules César éleva Lisbonne à la dignité de municipalité et l’appela Felicitas Julia. La péninsule ibérique était une région importante de l’empire romain, enrichie par l’exportation de produits agricoles comme l’huile d’olive et surtout, de minéraux. Au Ve siècle, la péninsule fut envahie par les Alans, puis par les Suèves, puis par les Vandales qui établirent un royaume qui dura jusqu’en 711. Le plan des fortifications originales de Lisbonne est le seul vestige de la présence vandale dans la ville.

Les Berbères du Maghreb (aujourd’hui Maroc) ont pris Lisbonne lors de leur invasion de la péninsule ibérique au début du VIIIe siècle. Le Portugal fait partie de l’émirat puis du califat de Cordoue. Lorsque le califat s’est effondré en 1037 en un certain nombre de petits royaumes musulmans (Taifas Reyes), la partie sud du Portugal a fait partie de la taïfa de Badajoz. Lisbonne restera aux mains des musulmans jusqu’en 1147, malgré les tentatives des Normands en 844 et d’Alphonse VI de Léon en 1093. Après 1037, cependant, la faiblesse des taïfas donna aux petits royaumes chrétiens du nord de la péninsule ibérique l’occasion de se développer. Ce qui est aujourd’hui le nord du Portugal est passé au Royaume de León au XIe siècle.

Sous les musulmans, Lisbonne était connue sous des variantes de son nom actuel : Luzbona, Lixbuna, Ulixbone et Olissibona. Certaines autorités affirment que les musulmans ont pris ce nom du château romain conquis, mais les historiens de Lisbonne suggèrent qu’il dérive de l’água boa (” bonne eau “). Défendus par de hauts murs, les musulmans ont résisté à des mois de siège lorsque Lisbonne a été assaillie par une alliance de ” croisés ” portugais, et de croisés anglo-normands et flamands. Les forces étaient dirigées par Afonso Henriques, le premier roi du Portugal. La ville est finalement tombée en 1147 et les chrétiens ont résisté avec succès aux tentatives musulmanes de la reprendre. L’alcazar musulman (citadelle) a été transformé en palais royal portugais et, selon la légende, la cathédrale de Lisbonne (Sé Patriarcal) a été convertie d’une mosquée (bien qu’il n’existe aucune preuve physique d’un bâtiment sur ce site avant l’inauguration de l’actuelle cathédrale par Afonso Henriques).

Afonso Henriques établit sa cour à Coimbra. Ce n’est qu’un siècle plus tard, en 1256, que Lisbonne est devenue la capitale nationale. A l’intérieur de ses murs musulmans, dont il reste quelques traces, la Lisbonne médiévale mesurait environ quatre cents mètres à son point le plus large et cent quatre-vingt trois mètres à son point le plus long. La cité médiévale s’accroche à la colline sous la citadelle. Avant même la conquête portugaise, cependant, des maisons avaient déjà été construites à l’extérieur des murs vers la rivière. Le site de cette première Lisbonne est aujourd’hui le quartier animé d’Alfama, qui a conservé son plan de rues médiéval labyrinthique.

Dinis I (1279-1325) décrète que le portugais, dialecte de la région de Porto au nord, doit être la langue nationale du jeune royaume. Il fonda une université à Lisbonne en 1290. Sous son règne, d’autres sommets de collines entourant la vallée du Tage furent couronnés de couvents et d’églises. On croyait autrefois que les chrétiens d’Ibérie étaient unis dans leur ” croisade ” contre l’Islam. Rien n’est plus faux. Le jeune royaume du Portugal était constamment en guerre avec la Castille en plein essor. Nous devons nous rappeler qu’à cette époque, les gens ordinaires n’avaient pas le sens du nationalisme que les Européens ont développé au XIXe siècle. Néanmoins, c’est l’époque où le portugais aurait développé un vague sentiment d’identité, en grande partie à travers sa langue, mais aussi à travers des caractéristiques telles que son orientation vers la mer. C’était un contraste frappant avec les Castillans enclavés qui, jusqu’à la conquête des Amériques, regardaient vers l’intérieur les vastes mesetas de leur royaume. Il est intéressant de noter que l’une des plus anciennes alliances continues au monde, entre les marins portugais et anglais, a évolué à cette époque.

Les guerres avec la Castille étaient en réalité des querelles dynastiques entre les monarchies castillane et portugaise. En 1372-1373, Lisbonne fut assiégée et brûlée par les Castillans, qui obligèrent le Portugais Ferdinand Ier, candidat infructueux au trône castillan, à répudier son alliance avec l’Angleterre ; apprenant sa leçon, Ferdinand fit rapidement construire de nouvelles défenses. Son mur était long de plus de six kilomètres, défendu par soixante-dix-sept tours et percé de trente-huit portes. Elle comprenait une zone de plus de deux cent quarante-sept acres et permettait aux Portugais de résister à une nouvelle attaque castillane (1384), qui suivit la mort de Ferdinand.

Au début de ce que l’on a appelé l'” ère de la découverte ” portugaise (1415-1578), un recensement de Lisbonne a révélé que 65 000 habitants occupaient 23 paroisses. Le commerce enrichit de nombreux habitants et la ville fut dotée d’édifices plus grands et plus luxueux. Les esclaves africains devinrent familiers à Lisbonne, la traite des esclaves étant l’une de celles dans lesquelles le Portugal joua un rôle majeur. Après que Vasco da Gama ait mené une flotte portugaise en Inde en 1498, des colonies de commerçants allemands, flamands, hollandais, anglais et français se sont établis à Lisbonne. Les Grecs, les Lombards et les Génois qui avaient perdu leurs enclaves commerciales à Constantinople après sa chute aux mains des Ottomans Mehmet le Conquérant (1453), sont également venus à Lisbonne.

Sous le puissant Manuel I (1495-1521), une version extrêmement riche de la décoration architecturale du gothique tardif, célébrant Dieu, la puissance maritime naissante du Portugal et le roi Manuel lui-même, fut développée. Le style manuélin de la tour de Belém et du monastère de Jerónimos à Lisbonne est encore plus exubérant dans les villes rivales de Batalha et Tomar. Manuel Ier encouragea l’urbanisation de la vallée centrale entre les collines de Lisbonne, en créant une place de la ville, la Rossio, qui devint immédiatement un lieu de rencontre populaire. Sur les rives du Tage, il construisit un nouveau palais, le Paços da Ribeira, avec un grand carré disposé le long de son flanc est. La zone entre le Rossio et la Terrasse du Palais (Terreiro do Paço) fut bientôt sillonnée de rues, le long desquelles s’élevèrent les nouveaux magasins, églises et hôpitaux de ce qui était devenu une ville extrêmement prospère.

Lisbonne a cependant perdu sa prospérité au XVIe siècle. Plusieurs raisons expliquent cette situation. En 1537, le successeur de Manuel Ier, Jean (João) le Pieux, transféra l’université au palais royal de Coimbra. Il a également invité les Jésuites et l’Inquisition à venir au Portugal pour contrer ce qu’il considérait comme le matérialisme impie de la ville riche. L’Inquisition persécuta les Juifs de Lisbonne, qui en furent les banquiers, les financiers et les prêteurs sur gages. Beaucoup de biens furent confisqués et de nombreux Juifs quittèrent la ville, emportant avec eux leur argent et leur expertise financière. Cela a perturbé les relations de Lisbonne avec les marchés étrangers et a nui à l’économie du pays. Les fléaux et les tremblements de terre de cette époque, ainsi que la migration de la moitié de la population du pays vers les colonies portugaises à la recherche de richesses, ont aggravé le problème. Le Portugal a perdu ses travailleurs qualifiés et ses agriculteurs, les salaires ont grimpé en flèche et le pays a été contraint d’importer des denrées alimentaires à des prix écrasants.

En 1578, le roi Sébastien de Portugal fut tué dans une invasion désastreuse du Maroc. Deux ans plus tard, Philippe II d’Espagne envahit et unit le Portugal à l’Espagne. En 1588, c’est de Lisbonne que l’Armada a navigué contre l’Angleterre, le plus ancien allié du Portugal. Dans le demi-siècle qui a suivi, Lisbonne a prospéré en tant que port d’importation de richesses du Main espagnol. En 1640, une conspiration des nobles de Lisbonne chassa les Espagnols et restaura l’indépendance du pays. La place juste au nord de la Rossio, la Place de la Restauration (Praça dos Restauradores), porte leur nom.

Avec le traité de Cromwellie de 1654, à la suite de l’assistance militaire britannique aux Portugais pendant la guerre contre l’Espagne, les marchands britanniques qui commerçaient et vivaient à Lisbonne ont créé une société, qui est devenue connue sous le nom de British Factory. L’usine a négocié des concessions commerciales et d’autres privilèges avec le gouvernement portugais, faisant appel au gouvernement britannique pour qu’il fasse pression sur les autorités portugaises si nécessaire. L’influence économique et politique de la Grande-Bretagne sur le Portugal est forte et l’usine demeure en activité jusqu’en 1810. La ville, quant à elle, a été dévastée par un tremblement de terre en 1755, dont le tissu ne s’est que récemment complètement remis.

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page