ActualitéMonde

Il sont morts après vaccination

Une réalité sur le vaccin Pfizer/BioNtech

David SCHMIDT: Ces rapports sont suivis de leurs sources afin que vous en mesuriez l’authenticité, ce n’est pas une FakeNews! lisez bien ce qui suit ! Suivez les liens …

8 pensionnaires d’une maison de retraite allemande sur 31 sont morts après avoir été forcés de recevoir des injections expérimentales d’ARNM de Pfizer contre leur gré.

Le juriste allemand Reiner Fuellmich, qui a précédemment déclaré que les responsables du “scandale du Corona” doivent être poursuivis pénalement pour crimes contre l’humanité, a récemment publié une interview d’un lanceur d’alertes qui travaille dans une maison de retraite à Berlin.

L’interview est en allemand, mais il y a une traduction anglaise traduite en français que j’inclus ci-dessous.
La voix du lanceur d’alertes est altérée pour empêcher que son identité ne soit reconnue.

Le lanceur d’alertes décrit comment les soldats allemands ont accompagné les infirmières pour administrer les vaccins, et qu’il n’y a pas eu de consentement éclairé, et que certaines personnes qui ont résisté ont quand même été vaccinées.

Le lanceur d’alertes explique ensuite comment la santé des résidents a rapidement décliné peu après la vaccination, ce qui a entraîné la mort de 8 des 31 résidents en quelques semaines.

Ces résidents souffriraient de démence, mais ils étaient apparemment tous en bonne santé physique avant la procédure. Ils avaient également été testés négatifs pour le COVID, mais ont commencé à être testés positifs après les injections.

Selon les connaissances et les observations de première main du lanceur d’alertes, la mort de ces personnes âgées était “inhumaine”.

“Normalement, la personne mourante finit par accepter sa mort prochaine et peut-être après avoir vu un être cher pour la dernière fois partir en paix. Mourir comme après une vaccination, cependant, est différent, a-t-il dit.

Les personnes âgées qu’il avait vues mourir respiraient lourdement, tremblaient fortement et semblaient, intérieurement, être déjà décédées. Il lui semblait que c’était une lutte solitaire et futile contre la mort, comme si les gens étaient conscients que leur heure n’était pas encore venue, et qu’ils n’avaient donc pas encore été capables de lâcher prise”.

L’avocate Viviane Fischer a déposé une plainte pénale auprès du ministère public, et a également informé la police.

Le Rapport des autorité que les laboratoires souhaitent voir disparaître …

Selon le président du conseil d’administration de Children’s Health Defense (CHD), Robert F. Kennedy Jr, “la coïncidence s’avère être tout à fait mortelle pour les bénéficiaires du vaccin contre le COVID”. Kennedy ajoute : “Si les essais cliniques sont de bons prédicteurs, le taux de coïncidence risque d’augmenter considérablement après la deuxième dose”.

Selon les dossiers des essais cliniques, il est suggéré que presque tous les bénéfices supposés du vaccin contre le COVID et la grande majorité des lésions étaient associées à la seconde dose du vaccin expérimental à ARNm.

Un autre cas qui se dessine en Allemagne est particulièrement inquiétant, et concerne une dissimulation par des fonctionnaires de ce qui semble clairement lié à l’administration du produit génétique Pfizer/BioNTech.

2020News rapporte…

Pour la première fois, il y a un rapport de témoin oculaire d’une maison de retraite berlinoise sur la situation après la vaccination. Il provient de la maison de retraite AGAPLESION Bethanien Havelgarten à Berlin-Spandau. Là, dans les quatre semaines suivant la première vaccination avec le vaccin Comirnaty de BioNTech/Pfizer, huit des 31 personnes âgées, qui souffraient de démence mais étaient en bonne condition physique selon leur âge avant la vaccination, sont décédées. Le premier décès est survenu après seulement six jours, et cinq autres personnes âgées sont décédées environ 14 jours après la vaccination.

Les premiers symptômes de la maladie étaient déjà apparus peu de temps après la vaccination.

D’après les informations, les patients n’ont pas été dûment informés des risques de ce vaccin. L’une des raisons étant qu’aucune information détaillée sur la nouveauté de ce vaccin à ARNm qui n’a été certifié que sous condition dans l’Union européenne n’a été fournie.

L’avocate Viviane Fischer et l’avocat Dr. Reiner Füllmich du Comité Corona ont parlé dans une interview vidéo avec le lanceur d’alertes des circonstances proches de la vaccination, des symptômes qui sont apparus et de la nature différente des décès en lien temporel avec la vaccination.

Le 3 janvier 2021, 31 résidents, hommes et femmes, du service de démence “rez-de-chaussée/zone protégée” avaient été vaccinés avec Comirnaty. Les parents de trois autres personnes âgées s’étaient opposés à la vaccination, et deux résidents étaient en soins terminaux, de sorte qu’aucune vaccination n’a été effectuée.

Les résidents de ce service sont très actifs, des patients atteints de démence “auto-défensifs” qui sont physiquement en bonne condition. Ils sont autorisés à se déplacer dans le service toute la journée sans restriction. La veille de la vaccination, les 31 personnes vaccinées étaient toutes en bonne santé. Quelques jours plus tôt, toutes avaient été testées négatives pour la maladie de Corona, selon le rapport du lanceur d’alertes.

Selon le lanceur d’alertes, la première vaccination de Comirnaty, le 3 janvier 2021, s’est déroulée de telle sorte que tous les résidents étaient réunis dans la salle de loisirs du premier étage. Une équipe de vaccination composée d’un vaccinateur âgé, de trois aides et de deux soldats fédéraux en uniforme de camouflage a effectué les vaccinations. Le personnel du foyer ainsi que le médecin du foyer ont participé au processus. Le rôle des soldats, qui à aucun moment ne se sont éloignés du vaccin, n’a pas été déterminé de manière concluante.

Ce que le lanceur d’alertes a pu établir, cependant, c’est que la présence des hommes en uniforme intimidait beaucoup les personnes âgées.

Le groupe, qui présente normalement un “fort comportement défensif” dans le cas de traitements peu familiers, était à peine reconnaissable, si bien qu’ils étaient surtout “maladroits” qu’ils avaient laissé passer la vaccination avec Comirnaty. Le lanceur d’alertes soupçonne que cela pourrait également être lié au fait que les personnes âgées, qui avaient encore vécu la guerre, ne pouvaient pas évaluer correctement le rôle des soldats et se sont peut-être senties rappelées des circonstances traumatisantes de la guerre.

Lors de la première vaccination, une personne âgée résistante a été retenue par une infirmière sous les yeux attentifs des soldats allemands, rapporte le témoin oculaire. Une décision judiciaire pour la détention, qui en tant que telle représente une contrainte et nécessite donc en principe une évaluation judiciaire dans le cas individuel, n’avait pas été rendue.

Selon le récit du lanceur d’alertes, l’administration de la deuxième dose de vaccin a eu lieu sans avertissement, toujours sur le lieu où se trouvait la personne à vacciner. Par exemple, une dame âgée couchée sans méfiance qui a commencé à résister à la deuxième dose a été retenue par deux membres du personnel soignant afin de surmonter sa résistance, là encore sans l’ordonnance judiciaire nécessaire. L’écouvillonnage pour le test PCR, auquel certaines personnes âgées ont tenté de résister, est également effectué régulièrement en utilisant la force physique contre les personnes âgées qui résistent au traitement non désiré, a déclaré le lanceur d’alertes.

Selon le lanceur d’alertes, l’éducation à la vaccination des soignants et des proches mentionne que les personnes âgées ne peuvent pas consentir efficacement à la vaccination en raison de leur démence et que ceci était basée sur des fiches d’information périmées du RKI/Grünes Kreuze.

En particulier, les informations requises par le règlement (CE) n° 507/2006 sur le fait que le vaccin Comirnaty n’a obtenu qu’une autorisation de mise sur le marché conditionnelle et les raisons de cette situation font défaut. En particulier, il aurait dû être indiqué que, du point de vue de l’autorité réglementaire EMA, la situation des données doit encore être améliorée en ce qui concerne divers aspects, par exemple l’interaction de Comirnaty avec d’autres médicaments.

Déjà le jour de la vaccination, quatre des personnes âgées vaccinées ont commencé à présenter des symptômes inhabituels. Dans la soirée de ce jour-là, elles étaient fatiguées et extrêmement fatiguées, certaines d’entre elles s’étant endormies à table pendant le dîner. Une forte baisse de la saturation en oxygène du sang a été constatée. Par la suite, la fatigue a continué, la saturation en oxygène dans le sang est restée insuffisante, dans certains cas une respiration haletante s’est produite, et de la fièvre, un œdème, une éruption cutanée, une décoloration gris jaunâtre de la peau et un tremblement musculaire (caractéristique) du haut du corps et des bras sont apparus.

Les personnes âgées ont également montré un changement de comportement, ont été partiellement insensibles et ont refusé de manger ou de boire.

Une personne âgée vaccinée, qui était auparavant “en grande forme” pour son âge et ne souffrait d’aucune maladie grave, est morte dès le 9 janvier 2021, six jours seulement après la vaccination. Les décès parmi les personnes âgées vaccinées et les personnes âgées sont survenus les 15, 16 et 19 janvier (2 décès), le 20 janvier, le 2 février et le 8 février 2021. La dernière personne âgée décédée était un ancien chanteur d’opéra qui avait joué du piano la veille de la vaccination. Le lanceur d’alertes rapporte sur l’état de santé que le vieux monsieur faisait régulièrement du jogging, dansait, jouait de la musique et était par ailleurs très dynamique et actif.

Parmi les personnes âgées dont le test de dépistage était négatif avant la vaccination, plusieurs ont soudainement montré un résultat positif après la vaccination.

Cependant, toutes ces personnes âgées ne présentaient aucun des symptômes connus du COVID-19, c’est-à-dire des symptômes de rhume tels que la toux, le rhume, la perte de l’odorat et du goût, etc.

Le 24 janvier 2021, la deuxième dose de Comirnaty a été appliquée à 21 personnes âgées. Après cette vaccination, selon le lanceur d’alertes, onze personnes âgées présentent maintenant une fatigue extrême persistante, un essoufflement partiel, un œdème partiel, une éruption cutanée et une décoloration gris jaunâtre de la peau. Au 10 février 2021, aucune des personnes âgées qui ont reçu la deuxième dose de Comirnaty n’est décédée, mais la santé de certaines d’entre elles se détériore régulièrement…

Lire le rapport sur 2020News…

David SCHMIDT.

David SCHMIDT

Journaliste reporter sur Davidschmidt.fr. Chroniqueur radio sur Form.fr.

Donnez-nous votre avis sur cette article !

Bouton retour en haut de la page